8 kinds of Smart
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum
Emploi
Notes de lecture
Liens

Quelques incohérences du kimbanguisme

La déification de Simon Kimbangu et de ses trois enfants  

Hotep !

Nous conformant à la recommandation de Richard Feinman qui incite le chercheur à toujours secouer la baraque et à bousculer l'argument d'autorité, nous allons modestement faire une critique rationnelle contre le dogmatisme du kimbanguisme sans pour autant nous arc-bouter dans les prétentions d'un savoir dont on peut également étaler les limites. Nous sommes ouvert à la contradiction et à la réfutation de nos thèses par des arguments opposés à la condition qu'ils s'inscrivent dans le mouvement dialectique de notre critique. Plus précisément, nous voulons relever quelques contradictions même formelles de la doctrine religieuse kimbanguiste et montrer que certaines affirmations à caractère dogmatique ou mystique sont en fait et tout simplement irrationnels et contradictoires, car, contrairement à ce que l'on voudra faire croire, tout n'échappe pas à la raison raisonnante. Certains travaux ou certaines assertions d'allure érudite ne servent au final qu'à plébisciter des vérités voulues infaillibles et que les kimbanguistes même instruits ou conscientisés ne peuvent remettre en question sous peine de sanction. Il est vain ainsi d'attendre de la part des théologiens kimbanguistes une critique libre de leur Eglise puisque la doctrine de cette dernière supposée dérivée d'une révélation échappe de fait à un réexamen. Ces théologiens sont astreints à faire un métier de funambules.

Le caractère divin ou transcendantal et le caractère humain ou contingent s'excluent mutuellement et sont donc rationnellement contradictoires. D'un côté, le kimbanguisme semble adopter au départ la théorie originale de la révélation des autres christianismes en se ralliant au credo de Nicée, théorie attenant à la fameuse doctrine de l'incarnation qui soustrait le chrétien à l'irrémédiable cercle vicieux de l'altérité de Dieu, le Transcendant ou l'Absolu, et de l'homme, le contingent ou le relatif. Mais très vite, la christologie orthodoxe est minée de l'intérieur du socle doctrinal kimbanguiste, s'il n'implose pas carrément. En effet, le prophète, mieux l'envoyé spécial de Jésus-Christ, Simon Kimbangu semble lui-même et désormais en voie d'être déifié : il n'est pas un simple prophète, il est l' envoyé spécial de Dieu et donc de Jésus-Christ, il est plus qu'un homme  : c'est un Homme-Esprit (autrement dit à la fois et contradictoirement visible et invisible). Pourtant, comme tout Congolais, comme tout Négro-Africain et tout humain, Simon Kimbangu a épousé une femme de laquelle il eu trois enfants par l'acte de sexualité toute humaine. Ce sont ces trois enfants qui deviennent ou qui sont décrétés aujourd'hui les trois personnes en Dieu. Ainsi que nous l'avons référé dans la première partie de cette intervention, l'un des trois enfants, Dialungana pour le nommer, s'est auto-proclamé comme étant Jésus-Christ en personne et avait, disent les kimbanguistes, les précieux et vénérés stigmates.

Tel qu'on le ressent déjà par ailleurs, la doctrine christologique orthodoxe est donc tout simplement tordue par le kimbanguisme, sauf si quelqu'un peut nous fournir une autre clé d'interprétation rationnellement acceptable. Aux classiques contradictions de l'idéologie de l'incarnation de Jésus-Christ sur lesquelles s'abattent depuis des siècles tant de critiques, s'ajoutent à présent des contradictions kimbanguistes franchement autodidactes, reflet d'une assimilation à mauvais escient d'une doctrine allogène à la faveur d'une idéologie bancale. Contrairement à Jésus-Christ qui est dit être né en dehors de toute sexualité et n'avoir pas eu de descendance, Dialungana, Diangenda et Kisolokele sont les fruits de la sexualité humaine de leurs parents. Ces trois Congolais que nous avons connus comme humains et donc contingents, avec leurs qualités et leurs défauts, étaient des époux (ils se sont mariés à trois personnes humaines) et des pères de famille (ils ont eu chacun une florissante descendance devenue par la magie de la foi et du mimétisme la Sainte Famille kimbanguiste ). On nous dit à présent que ces trois grands hommes étaient à la fois humains et divins et donc faisaient coïncider en eux deux personnalités rationnellement contradictoires, divine et humaine. Puisque Simon Kimbangu est l'envoyé spécial de Dieu et donc de Jésus-Christ et que par ailleurs Dialungana est Jésus-Christ réincarné dans le corps matériel d'un Nègre, alors Simon Kimbangu et sa femme ont eu logiquement comme enfant un Dieu dont Simon Kimbangu a été au préalable l'envoyé spécial. Allez-y comprendre !

Si on peut penser que le christianisme n'a pas réussi le moindrement à élaborer une théorie parfaitement cohérente, non contradictoire de la révélation et de l'incarnation, on constate que le melting-pot kimbanguiste n'a fait qu'empirer les choses. Les kimbanguistes doivent faire un effort pour rationaliser leur doctrine ou procéder à son élaboration poussée et sortir du bourbier d'une théologisation sommaire et vrillée. La déité ou le caractère mystique à rebours collé(e) aux basques de Simon Kimbangu tente vaille que vaille de remédier au lourd inconvénient théorique d'un message confié à un intermédiaire personnel ou temporel et donc contingent étant donné que son caractère im-médiat présumé doit en principe et logiquement s'affranchir d'un média c'est-à-dire de tout traducteur même sous la forme par exemple d'un prophète et aussi de tout délai de transmission du message. C'est pourquoi a posteriori on s'époumone à convaincre que Simon Kimbangu était plus qu'un homme , un Homme-Esprit , un envoyé spécial de Dieu, un descendant de Dieu, Dieu en titre (n'ayons pas peur de conclure !). Mais cela passe mal dans l'entendement de ceux qui, comme certains de nos lecteurs, essaient de bien pénétrer l'intelligibilité de ce rafistolage théorique et qui sont au fait de son dessein ultime, à savoir édifier le culte de Simon Kimbangu et de sa postérité, donc perpétuer la domination de cette famille ou de ce clan sur l'EJCSK avec toutes les conséquences matérielles imaginables qui ont provoqué déjà tant de remous au sein de cette institution. Mohamed, le fondateur de l'islam, n'est pas au centre de cette religion et ne concurrence pas le Transcendant. Né de l'acte de sexualité humaine de ses deux parents humains comme nous tous, marié à une humaine (sauf preuve contraire et sauf énième retro-élaboration théologique) et ayant eu une descendance par l'acte de sexualité toute humaine, baptisé au départ au sein d'une branche de l'Eglise chrétienne et ayant évolué idéologiquement au terme d'une révolte politico-religieuse dont on a déjà retracé les arcanes, la figure de Simon Kimbangu est fatalement imbibée d'humanitude et de contingence et, partant, s'ébroue difficilement au milieu des contradictions théologiques suite à la rampante déification décrétée de son ontologie et de celle de ses trois enfants. Toutes les affirmations (orales ou écrites) déduites actuellement de la mission confiée à l'env oyé spécial Simon Kimbangu ne remplissent pas de notre point de vue les conditions pouvant les faire accréditer comme authentiquement des paroles de Dieu et ne sont soutenables ni spirituellement ni théologiquement.

Pour le croyant kimbanguiste de base, absolue est sa foi en ces inepties assenées répétitivement par un clergé saoulé doctrinalement (un peu comme dans la méthode Coué) et qui sans doute s'échine à faire admettre aux ouailles comment il est envisageable, sans se contredire, de démontrer qu'il est chimérique d'illustrer la non-déité de Simon Kimbangu et compagnie. Chez un tel fidèle et par une espèce d'osmose métaphysique , la foi imposée par l'EJCSK qui a toujours sempra razione fortifie sa foi en ce qui lui est inculqué parce qu'il est démuni d'arme épistémologique et qu'il est nanti d'une maigre capacité de révolte qui auraient pu lui permettre de remettre en question le sophisme par lequel il se sert de cette foi comme authentique preuve de ce qui n'est en réalité que montage au profit d'une cause, d'une hiérarchie ou d'un clan, alors que ce sophisme est censé devoir être démontré et qu'il ne l'est en rien.

Le kimbanguisme s'engouffre dans le machisme de la doctrine chrétienne. Le Dieu en titre et les trois personnes en ce Dieu se sont incarnés dans les corps matériels et masculins de Simon Kimbangu et de ses trois enfants. Si Kimbangu et ses trois fils sont des Dieux, qu'est alors l'épouse de l'envoyé spécial et les trois épouses desdits trois fils ? En cela c'est-à-dire en déifiant les quatre hommes (Simon Kimbangu, Diangenda, Dialungana et Kisolokele), le kimbanguisme perpétue le mythe de la masculinité historique d'un divin (Jésus-Christ) réincarné en Dialungana et aussi les conséquences sociales d'un tel dogme vu du côté des relations sociales entre hommes et femmes. Tous les attributs du Dieu des kimbanguistes sont mâles contrairement à la perception des Kémits qui résolvent ce problème en considérant qu'il y a une Matrie à côté de la Patrie et que le Patriarche a sa réplique, la Matriarche , que la masculinité et la féminité fusionnent en Dieu et c'est pourquoi ils l'appellent la Mère-Père Primordial(e).

Si Charles Kisolokele était une des trois personnes du Dieu kimbanguiste et comme ce grand compatriote fut, presque jusqu'à la fin de sa vie, un Secrétaire d'Etat inamovible, il faut alors en déduire que la République Démocratique du Congo, dit République du Zaïre sous le président Mobutu, a eu un privilège que n'avait aucun autre Etat négro-africain, à savoir celui de compter au sein du gouvernement un membre qui était à al fois humain et divin. Alors s'il en était ainsi, comment expliquer la déglingue de ce pays qui se produit sous les yeux d'un Dieu dont le côté nature humaine en faisait notre compatriote ? Pourquoi le trinitaire Kisolokele n'a-t-il pas puisé dans sa puissance extra-temporelle pour sauver ce pays du gouffre où l'a enfoncé un régime politique dont il était un des dirigeants en tant que membre du gouvernement ? On a accusé l'ancien régime des crimes divers (de sang et économiques). Comment innocenter la nature divine de Kisolokele sachant que sa nature humaine qui faisait partie des dirigeants du régime est, au minimum, co-responsable politiquement parlant en attendant l'inventaire ? Faut-il accuser le Dieu Kisolokele de non assistance à nation en danger pour avoir vu, sans broncher, le Congo s'embourber dans le maelström ? Comment faisait papa Kisolokele pour être tantôt divin et tantôt mortel ? Ce questionnement veut faire ressortir les contradictions de la fuite en avant de la doctrine théologique kimbanguiste.

Cependant, nous pensons que tous les kimbanguistes ne partagent pas heureusement ce dogmatisme. C'est pourquoi, eu égard à la dérive de l'Eglise de Jésus-Christ sur la Terre par l'envoyé spécial Simon Kimbangu, on peut comprendre, sans totalement l'approuver, le dépit d'un Kant exprimé dans la formule suivante : « Si la révélation était une réalité, ce serait un désastre pour la liberté humaine ».

Dr TEDANGA Ipota Bembela
tedanga@hotmail.com

© Congo Vision


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.