8 kinds of Smart
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum
Emploi
Notes de lecture
Liens

Comment devient-on journaliste en République Démocratique du Congo ?

Hortense Massamba, Ancien Journaliste à la RTNC et représentante de Congo Vision en Caroline du Nord, répond à nos questions.


Congo Vision : Aujourd'hui, il suffit d'avoir de l'argent, d'être universitaire pour devenir journaliste. Ne va-t-on pas vers une fragilisation de ce corps de métier ?

Hortense Massamba : Le journalisme pour moi est une passion, une vocation. C'est cette passion qui m'a amené à parcourir mes cinq années de formation à l'Institut des Sciences et Techniques de l'Information I.S.T.I devenu aujourd'hui Institut Facultaire Des Sciences de l'Information et de la Communication IFASIC. Comme d'aucuns le savent, tout universitaire peut écrire, mais le journalisme est tout d'abord est art, une profession qui a ses exigences comme bien d'autres professions. C'est pourquoi, pour redorer le blason de cette noble profession, une formation s'impose afin d'être à mesure de respecter certaines normes fondamentales liées à la déonthologie et à l'éthique professionnelles. Produire un texte est une chose, mais écrire selon les normes journalistiques en est une autre.

Congo Vision : Alors, comment devient-on journaliste ?

H.M. : La formation est une voie obligée pour devenir journaliste. Partout a travers le monde, les principes journalistiques sont les mêmes. Même ceux qui sont formes sur le tas, sont censés connaître et surtout respecter les exigences de la profession. C'est pourquoi, les pouvoirs publics de la République Démocratique du Congo, soucieux de voir le journaliste jouer son rôle d'informateur, de formateur et d'éducateur, ont prévu des institututions academiques appropriees ainsi que des centres de formation.

Congo Vision : La manipulation dans le traitement médiatique des malaises sociaux par certains journalistes donne une image moins reluisante de cette profession. Quelles alternatives faut-il pour contraindre ces journalistes à une certaine éthique?

HM. : Comme je le disais plus haut, par essence le journaliste doit jouer le role de communicateur sans déformer l'information. Mais aujourd'hui, la manipulation dans le traitement de l'information médiatique de l'informationpar certains journalistes est un fait réel qui néssecite une réflexion approfondie. Cette manipulation, est souvent causee par certains detenteurs de pourvoir qui, pour de intérêts égoistes, manipulent le journaliste. Ce dernier a son tour torture l'information au dépend de la societe. Je pense que c'est à ce niveau que devait se poser le problème de conscience professionnelle. Pour freiner ce fléau, il serait souhaitable que des organisations ou structures qui protègent les droits du journaliste, tel qu'on le voit dans d'autres corps professionnnels (la Médecine par exemple) soient mises en place afin de défendre le journaliste encore intègre.

Congo Vision : Le journaliste, est-ce un métier en quête de reconnaissance sociale ?

H.M. : Non je n'y crois pas car le journaliste a sa place au sein de la société de par son travail si et seulement ce dernier est rendu sans intérêt particulier. C'est plutôt au journaliste lui-même de protéger sa dignité afin de se bâtir une image positive et acceptable.

Congo Vision : La responsabilité sociale des médias n'est-elle pas de donner un sens au réel ?

H.M. : Bien sur que oui ! Pour donner un réel sense au réel, le journaliste se doit d'être objectif dans le traitement et le rendement de l'information. Il est bien vrai que l'objectivité reste un idéal difficile à atteindre. Mais pour se faire une place au sein de la société, le commnunicateur n'a pas d'autres alternatives sinon demeurer sans parti pris et rendre l'information telle quelle se présente.

Propos receuillis par Jean-Macaire Munzele Munzimi, Docteur en Sociologie.

Publié le 27 novembre 2002


 

 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.