8 kinds of Smart
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum
Emploi
Notes de lecture
Liens

Comment devient-on pasteur en République Démocratique du Congo ?

Le Révérend  Père  Adolphe MUSYPAY ZEMBA LUZOLO, de l'Eglise Catholique Libérale à Washington, aux Etats-Unis d'Amérique.

  1. Congo Vision : - Quel est le rôle du pasteur ou du prêtre et de l'église dans notre société ?

-Révérend Père  A. Musypay Zemba Luzolo :  Avant tout, je remercie sincèrement, Congo Vision pour cette opportunité qu'il m'accorde  de participer au débat sur la question qui touche  notre  vie religieuse ( nous, Congolais en particulier et nous   ,  hommes et femmes  de la planète terre en général. )

J'aurai souhaité que la question soit : « Quel est le rôle du Pasteur ou du Prêtre et de l'Eglise ? » pour une simple raison que,  ces trois mots : Pasteur, prêtre et Eglise n'existent pas seulement dans notre société, mais ils  sont aussi vieux que le monde.

 Les preuves scriptuaires  qu'on rencontre dans  de  différentes Ecritures Saintes le prouvent.

Depuis l'Ere Sabbatique, passant par les Civilisations Chaldéenne, Egyptienne  et beaucoup d'autres encore jusqu'à l'Ere  du Christianisme , l'homme connaît  les systèmes d'Eglises, de Pasteurs , de Prêtres et   leurs rôles respectifs. Jésus-Christ  lui-même se nommait aussi quelques fois Pasteur.

 C'est pourquoi,  il est  bien que nous parlions sincèrement et ouvertement de la religiosité de notre société afin de rectifier nos attitudes,  d'autant plus et surtout que, cette matière touche à notre propre évolution spirituelle et à l'évolution spirituelle de notre humanité.
C'est d'ailleurs cette raison qui m'a conduit,   il y a quelques années, d'écrire  le livret intitulé L'Evangélisation à l'Ere du Verseau ou le Catéchisme du III ème Millénaire,  ouvrage dans lequel nous traitons des sujets comme celui que nous présente Congo Vision. 

 Dans tous les cas, mon intervention dans ce débat est l'ensemble d'idées tirées de ce livret.  Je crois fermement que ce livret peut  intéresser beaucoup de personnes, des personnes  attirées à la spiritualité  et celles qui aimeraient tout simplement par curiosité  connaître plus sur les religions et Eglises etc.

Comme  l'évolution de la planète terre ne pourra se faire que par nous mêmes les terrestres,  faisons le mieux que nous pouvons. Certes, les êtres venant d'autres planètes ou ceux d'autres sphères ( dimensions spirituelles ou mondes invisibles ) peuvent nous aider  et ils nous aident d'ailleurs dans le cadre de la Fraternité Universelle à nous développer;  mais la grande partie du travail avec toutes ses difficultés et ses sacrifices ne concerne que nous-mêmes,  les habitants de cette planète. Voilà l'une des raisons pour laquelle l'Homme Jésus était envoyé chez les hommes ses frères pour les sauver. Cfr Héb. 2 : 14 – 18.  Si cela ne cadrait pas avec la loi spirituelle immuable, Le Dieu Créateur aurait envoyé un être non humain pour sauver les hommes. Comme Dieu ne viole jamais les lois Qu'Il a Lui-même créées par sa pré-science, Il les respecte et les maintient.

Cette logique est universelle et elle s‘applique dans tous les  domaines, même dans la politique.   Personne d'autre ne peut   développer  votre pays si ce n'est que vous-mêmes.    Alors dans ce  cas, plus nous serons ignorants dans la connaissance spirituelle, plus nous retarderons notre évolution. Chaque  être humain doit tout faire pour découvrir la vérité afin de participer à l'évolution de notre terre. Le Seigneur Jésus-Christ avait dit : …lorsque vous découvrirez la vérité, la vérité vous affranchira.

Si nous croyons réellement en Jésus-Christ, la clef du développement tant matériel que spirituel est dans l'acquisition de la vérité  ( connaissance ) ;  sans elle, pas d'évolution. Dans cette même logique, nous disons : si quelqu'un veut titrer profit de ce débat, qu'il considère  dans toute  indépendance de son état d'âme,  les arguments et le bon sens de chaque intervenant sans préjugé et sans se référer à un maître physique quelconque, à un pasteur ou à un prêtre. Que chacun  se sente d'abord maître de lui-même avant de se référer à qui que ce soit . Car, ce sont les préjugés qui bloquent le mental des êtres de la terre. Et ce blocage rend impossible la compréhension du  vrai sens, du  vrai rôle des religions et des Eglises, le vrai but et les bonnes méthodes  de la vraie prière... ; conséquence :  les croyants ordinaires  substituent la vie spirituelle à la vie purement anthropologique et superstition.    


 Quant au débat  tel qu'il est présenté, c'est une critique contre les abus dans le système religieux du Christianisme  actuel dans notre pays. J'agrée avec vous cette vision des choses, tout en signalant que,  ce que nous voyons  chez les Congolais en cette période,  n'est pas une originalité congolaise. Mes compatriotes  n'ont rien inventé dans ce domaine. C'est un phénomène naturel qui mérite d'être expliqué sincèrement  pour ne pas trop accuser gratuitement un peuple.

 Avant Jésus-Christ, ce phénomène existait;   à l'époque de Jésus-Christ  et après Jésus-Christ  ce phénomène existait, il existe  et il existera jusqu'au moment où l'humanité toute entière  sera spirituellement mûre. C'est  seulement en cette période là que,  nous tous,  nous deviendront des Christs
. ( Ephésiens 4, 13 ). La parole de Dieu est vérité et elle ne passera pas sans s'accomplir.  Elle ne discrimine personne ; elle ne se limite pas à une personne ;  elle ne se limite pas  à un peuple ou à une religion  seulement. Bons ou mauvais, chrétiens ou non chrétiens,  tous, nous la vivons et nous la vivrons. C'est cela l'équité de Dieu.
 

Dans l'Eglise chrétienne, bien que ce phénomène de religiosité existait déjà à l'époque de Jésus et à l'époque des ses Apôtres directs (  Référez-vous à ce que Jésus- Christ considère mauvais semeur qui a semé l'ivraie qui se ressemble au vrai blé dont seuls les sages peuvent  les distinguer avant la maturité   à  cause de leur  grande ressemblance et dont la majorité ne  les distinguera  qu'à la période de la moisson .  Référez-vous encore aux critiques de l'Apôtre Jean  qui dit : « Ils sont sortis de chez nous, mais ils n'étaient pas de nôtres.   S'ils avaient été de nôtres, ils seraient restés avec nous… » cfr. 1. Jean 2 ; 19 +  )

Ce phénomène avait été accentué par la naissance du Protestantisme,  le mouvement crée par le Révérend Père Martin Luther, l'Allemand.  Le mouvement avait reçu l'appuis  de ses confrères Calvin et les autres qui l'ont rependu en Europe et dans le monde avec la grande assistance des autorités politiques de l'époque.

Un prêtre,  quels que soient ses dons spirituels, quelle que soit son  intelligence  qui dépasse celle de son évêque ( le vrai Pasteur ),  et quelle que soit sa sainteté, il n'a pas qualité de créer une Eglise spirituellement chrétienne valide. Je suis prêtre, je vous le dis ; si je le fais un jour, je vous tromperai. Ma communauté sera seulement chrétienne de l'extérieur ; intérieurement ( spirituellement )  elle sera  vide et elle sera hors de l'Eglise Chrétienne ; croyez moi.

C'est pour cette raison que,  depuis sa naissance,  le Protestantisme évolue spirituellement hors de l'Eglise chrétienne. Son existence actuelle  sous forme d'Eglise chrétienne est due  au fait qu'il a  vite  rencontré la coutume occidentale de liberté dans tous les domaines où il a été associé la lecture de la Bible croyant qu'en lisant la Bible on devient chrétien.  Tous ces faits se sont parfaitement mariés jusqu'à mettre au monde le Christianisme extérieur et c'est ainsi   que ce dernier existe encore jusqu'à nos jours. C'est contre lui que ce débat est ouvert.

 Au nom de la vérité spirituelle, je le dis aussi  personnellement dans ma pastorale :  ce genre d'Eglises sont de  l'occidentalisme  et non du Christianisme parce qu'elles tirent leur origine et leur légitimité  de l'esprit  et de la coutume de l'Occident.   Elles ne les tirent pas  des règles et  des lois du Fondateur de l'Eglise Chrétienne.  Le courant  du protestantisme est plus dominant dans le monde anglo-saxon.  Comme nous venons de le dire, il est aussi devenu leur coutume. Et la majorité des peuples l'ont  faussement assimilé au Christianisme. C'est la partie gauche de la coutume de l'Occident ; tandis que le catholicisme romain est sa partie droite.

Permettez-moi d'ouvrir une parenthèse en ce qui concerne  1 Jean 2. 19. pour pouvoir donner à certaines personnes l'idée juste ou la lumière sur en quoi ils croient.   Par ce passage, Jean, l'Apôtre direct de Jésus fait voir l'aspect extérieur de ceux qui s'arrogent le pouvoir de serviteur de Dieu ( Ils sont sortis de chez nous, mais ils n'étaient pas de nôtres. )

  Ceci veut encore dire que, l'aspect extérieur de la religion chrétienne est facile d'être adoptée puisqu'il se confond avec l'aspect réel ; tandis que l'aspect cachée, aspect réel, aspect intérieur du Christianisme ne s'adopte jamais sans transmission du pouvoir par un Apôtre ou par son Successeur de façon et  dans les conditions  requises par la tradition mystique de l'Eglise du Christ. ( …Ils  n'étaient pas de nôtre ) ou encore : aucun Apôtre ne leur avait  transmis le pouvoir apostolique qui leur donnerait légalité légitimité et validité d'Eglise  du Christ. ) Beaucoup doutent de ce que nous disons ici, mais les sages et les  vrais chrétiens agréent. Dans ce domaine, le jugement dépend de l'âge spirituel de l'âme qui est appelée à jugé.
En religion, en politique et dans d'autres domaines, le pouvoir du bien  ne se ramasse pas ; il ne se confisque pas. Voilà pourquoi le monde a horreur de ceux qui s'autoproclament  détenteurs  des  pouvoirs...

Tandis que pour ceux qui font corps  et qui  sont élevés dans le respect des normes de la tradition spirituelle et mystique au  rang  d'Apôtres, malgré leurs faiblesses inhérentes à la condition humaine,   malgré aussi  leurs  nombreux péchés,  ils demeurent Apôtres de droit   grâce à la  succession apostolique qui leur a été conférée. Tout ce qu'ils bâtiront comme Eglises dans le respect de la doctrine et dans le respect des mystères du Christ ( la science dont parle l'Apôtre dans ce verset,  autrement dit les sacrements, ) ces Eglises seront  appelées Eglises  au ciel et sur la terre. Et rien au monde ne pourra  leur ôter ce privilège. C'est cette explication de :  …Tu es Pierre et sur toi je construirai mon Eglise… dont aucune puissance… ne détruirait …

C'est pour cette raison que, 
les différents schismes n'ont point amoindri  le pouvoir de ces Eglises à travers le monde et à travers les âges. Pour une simple raison que,  les Apôtres directs ou leurs Successeurs  leurs avaient transmis le pouvoir sacré du Ministère dans l'Eglise de Jésus-Christ.  cfr.
1 Jean 2, 20.
 Ce pouvoir, d'après les mystiques en accord avec la tradition de l'Eglise du Christ, il ne s'efface ni ne se corrompt. Il est indélébile : «  Quant à vous, vous avez reçu l'onction venant du Saint, et tous vous possédez la science. ».

Il est encore  dit d'autre part :
« Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc, de toutes les nations faites les disciples,  baptisez les  au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant d'observer tout ce que je vous ai  prescrit. Et voici que je suis avec vous pour toujours jusqu'à la fin du monde. » Mat.28 ; 18 - 20.  Ici, nous pensons que,  le message christique est très clair, simple,  intelligible et sans équivoque.
Le Seigneur Jésus-Christ  ne dit pas :  Vous, mes disciples, allez donc, de toutes les nations leur dire qu'ils sont d'office mes disciples comme moi Jésus je suis né et je suis mort pour tous...
 Il n'a pas dit  non plus: Ecoutez, mes disciples, dites leur : peuples  de la terre :  lorsque vous aurez songes et rêves impressionnants  pendant lesquels   un homme vêtu en blanc ou en rouge vous remettra  une bible en main, dites que vous êtes  devenus  les  serviteurs  et  disciples de Jésus-Christ…
  Jésus-Christ n'a pas dit :  lorsqu'une personne ou un groupe des personnes liront régulièrement la bible et mémoriseront verset par verset et ou lorsqu'elles  chanteront
de beaux cantiques en mon  nom Jésus,   et lorsque beaucoup d'entre elles tomberont en transe , ou encore :  lorsqu'ils imprimeront beaucoup de Bibles et lorsqu'ils traverseront les mers et les montagnes pour faire  lire la bible   à des multitudes… ils seront mes disciples.

Il n'a pas dit non plus : écoutez mes disciples, dites aux hommes de la terre, ceux qui croiront en moi, qu'ils se baptisent  les uns et les autres  et qu'ils se disent sûrement : nous sommes les disciples de  Jésus-Christ. etc.

 Des hommes et des femmes de notre monde qui n'ont pour guide spirituel   que
le cartésianisme, la base ou les fondements de la philosophie ordinaire, ou encore des personnes sans vraie connaissance spirituelle,  mais zélées, ces personnes  ne découvrent pas le sens ésotérique des Ecritures. C'est cela qui conduit à l'interprétations littérale des Saintes Ecritures,  au prosélytisme et au fanatisme religieux  que l'on déplore maintenant.

 La majorité des personnes  croient  que,  c'est en parlant de la bible et en  créant des Eglises n'importe comment qu'on peut être sauvé.

 Elles  oublient totalement l'acquisition de  la science dont l'Apôtre parle  dans ce verset avant de prétendre quoi que ce soit au sujet de l'Eglise de Jésus. Cette science est loin d'être l'électronique, la biologie, l'astronomie, l'histoire  ou une autre science physique ordinaire quelconque que le candidat peut acquérir après ses études dans une haute école occidentale…
 Mais, il s'agit plutôt de la gnose transmissible ( la connaissance totale des choses spirituelles ;  science dans laquelle était baignés les 12 premiers disciples dont le Maître était Lui-même  un Grand Mage Universel, Gnostique des gnostiques ).
 Jésus-Christ est le Maître par excellence. Il est caché dans son Eglise sous le voile des Sacrements ( les secrets ).
 Suivre son enseignement littéralement avec passion sans discernement, créer des Eglises en son nom sans l'Ordre pré établi  par le  Maître, prouve qu'on est très loin de Le  comprendre et on est très loin de comprendre l'objectif
pour lequel Il avait fondé l'Eglise.   ( … Ils ont les yeux, mais ils ne voient pas ; ils ont les oreilles ; mais ils n'entendent pas.. ( parole  de Jésus-Christ. ) Ce genre des prédicateurs et ceux qui les suivent sont ceux desquels Jésus parle : J'ai d'autres brebis en dehors ; dès que le temps viendra, ils entendront ma voix et ils viendront dans l'enclos afin qu'ils soient pais par le Bon Berger. Comprenons les, leur temps de sortir d'illusion n'est pas encore venu.

 Le même Maître a dit que,  le jour viendra où le jugement sera très sévère ; et certains me diront : Seigneur,  aies  pitié de nous ;  n'est-ce pas que c'est en ton nom que nous avons prophétisé ?  N'est-ce pas qu'en ton nom nous avions guéri des malades ?  et n'est-ce  pas qu'en ton nom que nous avons chassé de mauvais esprits ? N'est-ce pas que c'est en ton nom que nous avons fait lire la bible et avons crée des paroisses et églises ?
Jésus-Christ ne va pas dans les quatre chemins pour nous répondre. Il est un Enseignant qui nous donne questions et réponses si nous voulons bien gagner notre test.  N'est-ce pas que sa réponse est claire et nette à cette question qui constitue le débat ? Il dit ce qu'Il dira le jour de la moisson :  Je ne vous connais pas…ouvrier de l'iniquité…allez chercher récompense à l'anarchie.  Le Maître ajoute que ces genres des personnes leur place est dans un lieu où ils grinceront des dents. Que celui qui veut comprendre, comprenne. 
 Fermons la parenthèse et retournons au phénomène de la religiosité observée dans le Christianisme.

 Le Protestantisme appelé Reforme,  avait  ses avantages sur beaucoup d'aspects et  dans plusieurs  domaines  du  Christianisme tel qu'il était vécu en cette époque  en Occident. Mais, malheureusement,  tout le monde, savants et érudits des Ecritures, sans surtout parler des fidèles ordinaires, tous  ont oublié et ils sont toujours dans l'oublie de comprendre que,  ne peut être reformé que ce qu'un homme assujetti au péché et à l'imperfection a inventé ou imaginé.

 Par contre, 
un Christ ou Homme Dieu connaît déjà  tout. Il ne possède pas d'erreur ni de fautes. Le mal ne demeure pas en Lui.   Le passé et le future sont le Présent Eternel  en Lui. Donc, tout ce qu'il a dit et tout ce qu'il a fait ne peut plus jamais être reformé ; c'est parfait. Cela doit rester ainsi jusqu'à la fin des temps parce que le parfait ne fait que le parfait. Si nous comprenons de cette façon là, nous éviterons beaucoup d'erreurs spirituelles occasionnées par notre fanatisme religieux, auteur de l'ignorance. Et vous savez que,  l'ignorance est la cause de la mort et même  la cause de la mort spirituelle.
 Cfr
. Proverbes XXIX ; 18 : « Là où il n'y a pas de connaissance, les peuples périssent. »
Pour donner une idée aux âmes qui veulent déjà sortir de l'ignorance : considérez les Evangiles sans y mêler la passion ni le préjugé. Vous verrez que leurs messages sont toujours neufs et ils s'appliquent à tous et dans toutes les circonstances. C'est pour cela qu'on les appelle « Evangile ». Lire
L'Evangélisation à l'Ere du Verseau ou le Catéchisme du III ième Millénaire pour apprendre un peu, ce que ce le  nom « Evangile » signifie.
C'est vrai, le comportement des hommes de l'Eglise de l' époque de la Réforme et même celui de notre époque aussi  méritait et mérite  d'être reformé.  Mais les principes spirituels  de base crées  par le Maître et Seigneur Jésus-Christ, Homme Dieu, sont exemptes d'erreurs et de corruptions. Donc, ils ne méritent aucun changement. Personne n'est,  non seulement capable de changer ce que le Christ a dit ou ce qu'Il a  fait, mais aussi personne n'est autorisé  de le faire ;  sauf ceux dont les âmes se baignent encore  dans l'océan de l'ignorance, le partage des âmes médiocres.

Ce que nous tous nous devons faire, c'est de nous élever à la Dimension du Maître. 
 C'est pourquoi, en ma qualité de prêtre,  je vous parle avec la vraie  foi catholique, la vraie foi chrétienne que vous pouvez tous expérimenter :
le Protestantisme dans toutes ses formes n'a aucun avantage sur le fondement ou sur les bases spirituelles  du Christianisme.
L'appartenance à une nation n'est pas acquise  par la connaissance littérale de sa constitution et par  le fait de parler la langue du peuple de cette nation ; mais, par un acte juridique légal conféré par celui ou par ceux qui en ont qualité. Voilà ce que nous enseigne l'Evangile de la Nature.
Par manque de respect des règles, le  Protestantisme dans toutes ses formes a perdu totalement la légalité et la validité du pouvoir d'une vraie Eglise Chrétienne. Sur le plan intérieur, le Protestantisme  ne touche que l'esprit de dévotion et rien d'autre. C'est par complaisance et esprit du consensus   démocratique   à l'occidentale et seulement  par l'intelligence physique  qu'on est arrivé à reconnaître le Protestantisme comme Eglise Chrétienne. Cette erreur coûtera cher à ceux qui s'en étaient fait décideurs. Ils ont porté un lourd  karma que nous ne sommes pas autorisés de juger.
Ceux qui étudient 
l'Histoire, la Théologie et Les Religions comparées, s'ils sont dans la voie authentique de la vérité, ils ont  appris que, jusqu'aux années
  1949, le Protestantisme était considéré comme une religion à part  à cause de ses  fondements qui sont  différents de ceux d'une Eglise Chrétienne Apostolique.

 Jusqu'à cette époque là, l'Eglise de Rome, grande par la loi du  nombre,  faisait encore foi aux  personnes  capables de juger au moyen des  connaissances gnostiques le vrai et le faux. C'est depui
s 1950 seulement, qu'un consensus était intervenu entre le Magistère  Catholique Romain et les Protestants ;  au départ, ces derniers  étaient  supportés  par des riches  rois, princes et ducs  dont la majorité sont anglo-saxons qui en avaient marre avec des principes rigides de l'Eglise de Romme  et grâce au pouvoir capitaliste dont les anglo-saxon sont les premiers maîtres et détenteurs du monopole  que vous connaissez tous  bien, le Protestantisme était accepté par la papauté.  Sur une seule base de la lecture de la Bible, on avait  reconnu le Protestantisme comme une  Eglise Chrétienne. Cette reconnaissance faite par un désir d'intérêt extérieur et matériel ne change pas la loi de la vraie Eglise de Jésus. Cfr. Mat 16 ; 18  : « Eh bien ! moi je te dis : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les Portes de l'Hadès ne tiendront pas contre elle. »

 A l'Ere du Verseau, les erreurs tant politiques, religieuses que sociales doivent être corrigées. Les erreurs et les mensonges doivent être substituées à la Vérité. Si les humains ne le font pas par leur gré, la nature forcera les choses…
 
Donc,   ce que nous voyons dans  toutes les assemblées dites chrétiennes  non
catholiques, assemblées rependues en Europe, en Amérique et dans le monde entier, n'est pas différent  de ce qui se passe au Congo, notre pays en matière religieuse.  Donc, la religiosité n'est pas l'originalité des Congolais.
 
Malgré tout,  la religiosité est aussi un bon signe aux yeux du Bon Berger ( Pasteur ) qui a reçu du Christ l'ordre de nourrire les brebis. C'est grâce aux mouvements de religiosité que les vrais Bergers, les bons Pasteurs dans de bonnes Eglises  découvrent que les troupeaux ont faim. Il faut les nourrir. Cfr
. Jean.6 : 1 – 13.

  Pour  nourrir les brebis, il faut les amener dans une prairie où ils peuvent trouver de bonnes herbes, bonne nourriture ;  autrement dit, les brebis de Dieu ont besoin de bons enseignements dans de bonnes Eglises  qui assurent le salut de tous.  Les enseignements  semblables aux  fables du Moyen Age que se plaisent encore certaines Eglises d'enseigner au peuple mûr, enseignements  bons pour les enfants, doivent mûrir et s'adresser à ceux qui ont faim et soif à cette époque, à cette nouvelle ère ( Ere du Verseau ignorée par la majorité ). Les Eglises qui ne savent pas distinguer le lait à donner aux enfants et la nourriture solide  à donner aux personnes mûres   pour les fortifier doivent reconsidérer la critique de Saint Paul à ce sujet :
  ( Héb.5 ; 11 – 14 ).

Celui ou ceux qui enseignent ne peuvent pas dire que leurs enseignements sont bons.
Ce sont les enseignés qui doivent dire que ces enseignements sont bons et ils leur conviennent. Car, chacun ne supporte que les enseignements de son  niveau spirituel. Chaque personne se sent heureuse dans l'Eglise qui lui offre son niveau spirituel même si c'est une mauvaise Eglise où les troupeaux broutent
les virus et la peste spirituelle.
 Donc, si vous trouvez beaucoup de personnes dans les enseignements fanatiques et d'égarements, il ne faut pas beaucoup se plaindre et aussi il ne faut pas les amener par obligation là où vous savez que c'est là que se trouve la vérité. En réalité, la Vérité est partout ; c'est son degré qui diffère.
Il faut laisser chacun expérimenter d'abord seul  ses expériences spirituelles bonnes ou mauvaises. Ces expériences le conduiront à la vérité et la vérité le conduira à Dieu. Lorsqu'il saura distinguer les bons et les mauvais enseignements, il se décidera librement et bien. Voilà pourquoi la liberté religieuse  est très importante.
 
Ceux qui s'aventurent à nourrir les peuples de Dieu sans autorisation légale et légitime, ceux qui sont emportés par le zèle du Christianisme, ce sont ceux- la qui sont qualifiés par le Seigneur Jésus-Christ de malin qui sème l'ivraie  qui se ressemble au vrai blé dont le peuple a besoin… Ceux qui mangent cette ivraie, mangent la peste et les virus spirituels qui leur causeront beaucoup de retard dans leur évolution vers la Montagne Sainte où se terminera la course de toutes les créatures.

Referez-vous à un proverbe biblique où le Seigneur Jésus parle des invités à la fête de la noce conviée par un Roi. Dans ce proverbe, les vrais invités désistent en évoquant de faux motifs ( en réalité, leur sagesse leur fait éviter de lourdes sanctions une fois  arrivés à la fête faute de beau costume
( symbole de  pureté d'âme ). Tandis que des personnes sans sagesse, guidées par zèle et fanatisme spirituel, sans avoir examiné leur costume, elles ont rehaussé leur présence à la fête. Pendant la fête, le Maître passe les invités en revu. Il découvre ceux qui sont mal habillés… Il les fait arrêter et les fait jeter en prison où ils grinceront les dents…   

Et alors, ces faux bergers seront sans doute traités de la même manière. Ils seront traités  comme l'on traite des chauffeurs sans permis ; comme l'on traite de faux soldats et de faux percepteurs d'impôts. Ils seront jugés  comme l'on juge  les faussaires avec les  faux et usage de faux etc. Tout ceci fait parti de l'Evangile de la Nature.
Par contre,  toutes les branches catholiques  qui ont aussi beaucoup et de  graves faiblesses et de graves erreurs  dans  plusieurs  domaines, elles  ont pourtant beaucoup d'avantages sur le plan spirituel grâce à l'héritage et à la promesse  du Christ qu'elles obtiennent  au moyen de la  succession apostolique qu'elles préservent. Car, en leur conférant cet héritage, le Seigneur savait très bien qu'ils sont des pécheurs.
 Cfr
. Hébreux : 5 ; 1 – 2.
 « Tout grand prêtre, en effet, pris d'entre les hommes, est établi pour intervenir en faveur des hommes dans leurs  relations avec Dieu, afin d'offrir dons et sacrifices pour les péchés. (…) puisqu'il est lui même également enveloppé de faiblesse, et qu'à cause d'elle, il doit offrir  pour lui même des sacrifices pour le péché, comme il le fait pour le peuple.
( Celui qui ne comprend pas ce privilège que Dieu Créateur  accorde au prêtre depuis la création du monde, est encore au séjour des morts, croyez-le moi. )
 Les différents schismes  que les Eglises Catholiques  ont connu et qu'elles continuent à connaître ne changent absolument rien sur le plan du mystère de la succession apostolique. Les Apôtres eux-mêmes avaient connu des schismes  au sein de leurs différentes communautés sans compromettre leur pouvoir apostolique. L'Eglise Catholique Romaine qui a trop chanté les schismes aux siècles derniers, elle-même en avait connu lorsqu'elle s'était séparée de l'Eglise Catholique Orthodoxe, la toute première Eglise Catholique en Occident. 

Les dangers monstrueux guettent aussi ces Eglises Apostoliques. Beaucoup d'entre elles sont plus prêtes à perdre totalement la succession apostolique et rejoindre l'Eglise Protestante: par les ordinations sacerdotales aux heures de l'après midi et par les ordinations fantaisistes et ignorantes des prêtres de sexe  féminin. Mystiquement parlant, les heures de l'après midi ne sont pas favorables au partage des pouvoirs spirituels dans le cadre des Saints Ordres ( diaconat, prêtrise et épiscopat ). Elles ne sont pas aussi favorables à la Célébration Eucharistique.
 Quant aux femmes, si elles  étaient autorisées à la prêtrise, Jésus-Christ les aurait ordonnées. Marie sa mère,  Marie Magdaléene,  Marthe,  toutes auraient bénéficié de ce pouvoir. C'est grâce à la  connaissance parfaite de l'ensemble de la vue et de la  vie du monde
( le visible et l'invisible ) que Jésus-Christ s'était basé pour fonder son Eglise. Il ne l'avait pas fondé pour gagner les MABONZA et pour se faire admirer aux yeux du peuple. Il l'avait fait pour guider les âmes vers la perfection dans le respect des lois immuables.
 
Dans L' Evangélisation à l'Ere du Verseau ou le Catéchisme du III ème Millénaire, nous expliquons pourquoi Jésus n'avait pas légué ce pouvoir aux femmes.

 Permettez-moi une fois de plus d'ouvrir une autre parenthèse sur
le nom Catholique. Par le nom  catholique, ne voyez pas seulement  en l'Eglise Catholique Romaine telle que le pensent la majorité des croyants qui demeurent dans l'ignorance en matière de la
Religion du Christ ; mais croyez aussi en toutes les Eglises chrétiennes issues de la succession apostolique ininterrompue  de façon  sûre et certaine. 
Si
le nom Catholique n'était que pour désigner l'Eglise de Rome, l'adjectif Romaine aurait été inutile et superflu. Donc, brièvement, si elle est  appelée  Catholique Romaine pour des raisons historiques dont nous n'allons  pas parler ici, c'est-à-dire qu'il en existent d'autres qui ne sont pas romaines…Cfr. le Nouveau Testament,  surtout les Actes des Apôtres et quelques écrits des Pères de l'Eglise du début du Christianisme… Les écrits de Saint Jérôme, un ancien prélat romain de l'antiquité et beaucoup d'autres Pères de cette même Eglise tranchent avec clarté cette questions .

Voudriez- vous m'excuser  du fait que j'entre beaucoup en détail dans ce genre des débats ; je le fais dans le but de donner la lumière à certaines âmes disposées à découvrir la vérité à cette Ere du Verseau.  
Certaines études basées sur la clairvoyance de certaines personnes des temps passés et celles  des personnes, hommes et femmes, chrétiens et non chrétiens de notre époque, nous donnent la certitude de confirmer ce que nous disons ici. Malgré tout cela, je ne fais que vous proposer les enseignements et je ne vous les impose pas. Pour progresser, fermons cette parenthèse et retournons au débat tel qu'il est.

Alors,  en rapport avec notre question,  je souhaiterais  d'abord  parler sommairement de l'Eglise et des Eglises ;  ensuite  de l'Eglise et des Eglises  chrétiennes   et leurs rôles ;  et en fin, je parlerai aussi sommairement  du pasteur, du prêtre et de leurs rôles respectifs dans  l'Eglise et dans la société des hommes.

 Vous me permettrez de commencer par l'Eglise avant de parler des  pasteurs et des  prêtres. Car, il faut d'abord l'Eglise avant d'obtenir des pasteurs et des prêtres.
L'Eglise dont nous parlons ici, ce n'est pas un édifice, un building, mais une institution mystique et spirituelle. Ceci est différent de ce que le désir d'une personne ou d'un groupes de personnes créent ou fondent comme il en existe à travers le monde.

 Le mot Eglise  vient du grec qui  signifie l'Assemblée des personnes qui louent Dieu.     Sans trop aller dans les détails, le mot Eglise ne distingue pas si cette assemblée  est  chrétienne  ou non !
 Avant Jésus, à l'époque de Jésus et  après Jésus, des milliers des personnes se regroupaient et se regroupent encore  en Assemblées  et  célébraient et célèbrent encore  Dieu avec des pratiques qui n'étaient pas ou qui ne sont pas nécessairement  celles de la religion  chrétienne. Bref, chaque Assemblée  est liée à une Religion  qui lui a inspirée des pratiques appropriées  pour adorer Dieu. Et alors, chaque religion lie à Dieu.  C'est ailleurs la définition de la religion pour ceux qui ont des connaissances théologiques. Donc, le même Dieu est adoré de mille et une manières  par ses créatures, selon des Assemblées  et aussi selon leur degré spirituel respectif.

 Chaque religion est inspirée par un être à qui l'on accorde le qualificatif d' illuminé… Cet être ou ces êtres sont supposés avoir séjourné dans le monde céleste où ils ont été instruits et d'où ils ont reçu des mains des Aînés Spirituels  des règles de bases  des  religions respectives  qu' ils apportent  aux  hommes de la terre afin de leur montrer ce qu'ils doivent faire pour vite retourner à Dieu, Notre Père, notre Origine.
 ( Cfr. Hébreux :6 ; 4 – 5 ).
 
 Alors, nous qui ne sommes pas  encore illuminés, nous devons seulement suivre exactement, pas par pas  ce que les illuminés nous enseignent. Nous, comme nous n'avons pas été avec eux dans le séjour  céleste, nous n'avons pas partagé avec eux la nouvelle science et leurs expériences, donc, nous n'avons  aucune raison et même pas le droit de porter correction à ce qu'ils ont vu et à ce qu'ils ont entendu.
Vous connaissez tous l'histoire des religions, il ne nous sert  plus d'en parler ici. Donc, il faut être soit trop ignorant soit trop orgueilleux pour contredire ceux qui se sont séjournés au ciel où les enseignements sont plus intenses et merveilleux.

 Au sein d'une même Religion, on peut  rencontrer plusieurs Eglises ( Assemblées )  aux différentes liturgies et légères différences   doctrinales qui ne sont pas naturellement étrangères dans cette religion.
 Exemples : les Eglises Catholiques, les Eglises islamiques ( Shites et les Souny. ) etc.

 Quant aux  rôles  de l'Eglise, ils diffèrent selon les plans :

1. –
le plan matériel et visible : c'est  le plan le mieux connu des adorateurs ordinaires de Dieu :  les fanatiques et les zélés. Des personnes qui prient Dieu, non pour l'adorer, mais plutôt parce qu'ils ont peur d'aller en enfer comme on les a enseignés ; ou encore ces personnes qui prient Dieu pour demander des biens  matériels ( santé physique,  mariage, richesse, pouvoir temporaire  etc.): «  Vous, vous adorez ce que vous  ne connaissez pas ; nous,  nous adorons ce que nous  connaissons… » ;
  cfr
. Jean 4 ; 21- 24.

Ce plan visible autrement dit  côté visible de l'Eglise ou encore  le plan extérieur de l'Eglise s'exprime par des  services et prières en commun ; par l'assistance mutuelle  et  le  partage des biens matériels entre les membres d'une Assemblée au tour du Pasteur et au tour du Prêtre. Ce plan attire beaucoup  plus des fanatiques et des ignorants plutôt que des sages et des saints, de vrais adorateurs de Dieu. Ce plan compte beaucoup  plus le nombre d'adeptes plutôt que la qualité des services spirituels
 : « Beaucoup sont appelés, peu sont élus. »  

2.- Le plan spirituel et invisible : C'est le domaine des sages,  des mystiques et des saints. Saint Paul dit : le visible est pour un temps, tandis que l'invisible est éternel. L'invisible est le rôle principal d'une bonne Assemblée ( Eglise ) chrétienne ou non. Sur le plan invisible, une assemblée joue le rôle d'une maison avec cheminée ( un canal ou un tube ) qui  canalise et envoie les prières des membres de l'assemblée à Dieu ; et par lequel les bénédictions qui viennent de Dieu descendent sur les membres de l'assemblée et ceux-ci à leur tour les partagent avec l'humanité toute entière par fraternité universelle. ( Nul n'est crée pour lui-même et nul ne doit mourir pour
lui-même
( vous connaissez ce passage biblique )
Dans cette institution mystique où se réunissent  des adorateurs de Dieu,  l'image de cheminée est nécessaire et importante. Sans cheminée, les prières ne peuvent point monter. Elles vont ramper tout au tour de la maison. Ce cheminée  symbolise l'Ange de l'Alliance attribué à chaque assemblée légitime, chrétienne ou pas
.  ( Cfr. Exode et l' Apocalypse 1, 2 et 3 dans les lettres adressées aux Anges attribués aux Eglises légales et valides ( Je vous dis la vérité que,  les clairvoyants  voient cet Ange tous les jours lors des services de l'Eglise légitime. Cela les avise où il faut prier et où il ne faut pas. )

Alors, s'il existe un cheminé, il doit y avoir une autre personne qui doit mettre le feu au bois  du  cheminé. Ce ne sont pas tous les membres de l'Assemblée qui auront le rôle de mettre le feu sous le cheminé. Cette personne  c' est le prêtre ou le pasteur ( évêque catholique autrement appelé grand prêtre ).
 Dans les Eglises non légales  et non valides, chaque membre envoie seul ses propres prières individuellement par le canal de son propre Ange Gardien. Voilà l'origine de la prière cacophonique qui anime ces Eglise.  Et aussi, pour que ces prières individuelles soient amenées par l'Ange gardien, il faut que la personne soit réellement sanctifiée. Or la majorité des hommes, nous sommes encore dans le péché! Considérez  alors les conséquences : donc, beaucoup des prières sont…je vous laisse continuer la phrase.

Par cette explication, je conseille les fidèles et toutes les congrégations catholiques dans toutes les branches confondues, de respecter la liturgie ; de parler là où ils peuvent parler ; laisser le prêtre parler seul là où il est dit que c'est le prêtre seul qui doit parler. Tout ceci est pour l'intérêt de la communauté et pour l'intérêt de chaque membre. Respecter cette règle, c'est accomplir le désir du Maître en faveur de nos vies tel que les Ecritures nous disent ( Héb.5 : 1 ). Se passer du prêtre est un orgueil humain périlleux ; car Dieu ne change pas sa loi en faveur des âmes indolentes .

Alors, vouloir se soustraire de l'Eglise, c'est courir un danger spirituel grave. Car,  celui qui n'est pas nourri s'affaiblit  et il peut en mourir. La mort spirituelle aussi guette ceux qui sont coupés de l'Eglise.
 Donc, grâce au cheminé spirituel ( l'Ange de l'Alliance ), l'Eglise devient un
« chantier d'où sortiront  des saints sans nombre » dont l'Artiste n'est personne d'autre que le Christ Lui-même. 
 
Le rôle de l'Eglise, spécialement le rôle de l'Eglise Chrétienne  est donc  de favoriser l'évolution rapide des âmes vers Dieu. Cette évolution ne concerne pas seulement les membres de cette Eglise, mais aussi  toute l'humanité. Comme l'homme ordinaire  ne connaît pas encore bien les principes du monde invisible, monde dans lequel l'Eglise joue un plus grand rôle que celui du monde extérieur, il est conseillé de faire confiance en ceux qui détiennent légalement le pouvoir au lieu de nous aventurer au près des semeurs de l'ivraie. 

Spirituellement parlant, les Eglises valides qui respectent encore le sens des mystères et traditions de l'Eglise sont  les dons que les illuminés révèlent gratuitement  aux hommes qui sont  encore en course vers la Montagne Sainte. C'est l'ensemble des moyens spirituels  révélés  par les Hommes Dieux ( Seigneurs ou Christs ) aux hommes et aux femmes  de notre terre ( vous et moi ). Ce don , ces  grâces spirituelles exigent  des règles pour  mieux agir dans l'âme qui l'embrasse. Il n'y a rien dans les mondes     ( visibles et invisibles ) sans lois. Seuls les ignorants instituent leurs propres lois. Tandis que les sages suivent les lois naturelles et invariables.

 Par la création du Christianisme, le Seigneur Jésus-Christ Homme Dieu, a jeté un pont spirituel et invisible  de sécurité par lequel des êtres  peuvent vite rentrer dans leur royaume sans trop perdre le temps en route
(  éviter plusieurs  incarnations ). Mais l'accès sur ce pont exige le respect des lois immuables.

 Avant qu'une Eglise joue son rôle véritable, elle doit être  légale  et valide  . Lorsqu'une Eglise est légalement instituée, un Ange de l'Eglise lui est automatiquement  associé par le pouvoir du ciel.  C'est  cet' Ange qui prend la responsabilité des choses spirituelles des membres de l'Eglise.  A titre d'exemple,  nous pouvons répéter de  citer l'Ange de la présence ou Ange de l'Alliance  qui accompagnait l'assemblée de Moïse dans le désert, parce que Moïse avait été accepté légalement et validement au rang de grand prêtre des mains du grand prêtre   Jéthro, l'Africain.

. La présence de cet Ange  est aussi citée dans :
 «  Actes 7, 38 ». Le passage le plus claire est celui des lettres destinées  aux Eglises d'Asie dans  l'Apocalypse ;  chapitres I ,  II et III. Ces Anges à la tête de  chaque Eglise sont chargés  de conduire les prières des membres de l'assemblée devant Dieu. Ils sont aussi responsables de l'évolutions spirituelle des membres de leurs Eglises respectives

Donc,  une Eglise sans succession est une assemblée sans Ange Directeur ou sans  Ange d'Alliance. L'Apôtre Paul appelle ce genre d'Eglises  et leurs prédicateurs des sources sans eaux.  Monseigneur  Wedgwood, l'une des personnes contemporaines dont la capacité de clairvoyance était semblable à celle du prophète Ezéchiel, appelle ces Eglises des granges vides.   Dans ce cas, ces Eglises sont des sectes  dangereuses. Le danger consiste à mettre les âmes des membres en retard d'évolution sur la voie de la vraie spiritualité et non pas de les amener en Enfer comme beaucoup le pensent.
Comme le débat vise la religion chrétienne, voici ce que nous, Catholiques Libéraux pensons et enseignons en cette matière.

 Nous pouvons aussi dire que, depuis le commencement de la religion de Jésus-Christ, la pensée et les enseignements des Apôtres directs de Jésus ont été tels  que nous les exprimons aujourd'hui.  Naguère, toutes les branches catholiques croyaient et enseignaient la même chose jusqu'au moment ou
le capitalisme a gagné et corrompu plusieurs d'entre elles. Actuellement dans notre monde, le Capitalisme est devenu religion de la majorité.
Dans la vraie religion, les idées sont  résumées comme ceci : le  Seigneur Jésus-Christ, Homme parfait, a institué l'Eglise Chrétienne suivant les lois   spirituelles universelles et  immuables jusqu'à la fin des temps afin d'aider ceux qui la choisiront comme chemin de retour au Père Céleste. Ces lois, Jésus-Christ les avait aussi reçues de ceux qui l'ont précédé  et surtout nous pouvons dire, Il les a   reçues  de celui qui l'avait élevé au rang de prêtre et qui  l'avait   consacré au rang de  grand prêtre ou 
Pasteur; je cite :  Melchisédech, le Roi de Salem (  Hébreux5,1- 6 ).

 Et Jésus à son tour,    Il   transmit les mêmes  mystères et  les mêmes lois  aux
12 Apôtres.  Et les  12 Apôtres  les ont transmis à leurs successeurs et cette succession continue jusqu'à ce jour et elle continuera sans interruption jusqu'à la fin des temps
et sans changement.
( Mat 28 ,20 ). 

Donc, ce sont seulement les successeurs des Apôtres  qui  peuvent créer des Eglises Chrétiennes légales  et  valides. Et ce sont eux seulement qui sont Pasteurs  dans l'Eglise de Jésus. Il n'y a pas une autre alternative. Un homme de la terre, saint soit-il, il ne peut pas instituer une Eglise Chrétienne  légale et valide  s'il n'a pas reçu en  partage  la plénitude du sacerdoce  apostolique dans la lignée ininterrompue. Je ne dis pas cela pour froisser les frères et  amis qui sont dans les Eglises sans succession, ni pour confisquer Jésus pour seuls les catholiques, mais nous le disons par notre devoir sacré d'aider les âmes de sortir de leur ignorance afin d'être délivrée. 

Nous savons bien que beaucoup d'entre nos frères qui sont dans ces Eglises ont un comportement exemplaire, digne et honnête. Mais ce domaine ne s'acquiert pas par le meilleur comportement de quelqu'un. C'est un pouvoir spirituel qui a ses  principes éternels et invariables.

Après avoir expliqué ce que nous entendons par Eglise, maintenant  nous pouvons parler du pasteur, du prêtre  et de leurs  rôles. Nous avons déjà dit que,  ces mots pasteur et prêtre sont vieux comme le monde. Tous les deux noms signifient l'homme  qui paît le troupeau qui lui est confié. Les ignorants, comme toujours les associent uniquement avec la Religion Chrétienne alors que ces termes se généralisent dans toutes les assemblées chrétiennes ou pas. Dans toutes les traditions et civilisations, l'être humain est considéré comme brebis de Dieu. Personne d'autre n'en est propriétaire sauf Dieu. Et alors, celui qui  prend soin des brebis  est pasteur, berger ou encore prêtre choisi et engagé seulement et uniquement   par le propriétaire du troupeau, donc Dieu. ( Héb. 5 ; 4  et Ex. 28 ; 1 + )

Personne ne peut vouloir, par son zèle ardent ou par fanatisme ou encore  par excès de foi se faire  lui-même pasteur, prêtre, berger ou ambassadeur de Dieu, sauf les âmes mortes.  Moïse, après avoir contemplé la manifestation de Dieu, il n'était pas devenu prêtre ; mais il l'est devenu par consécration des mains du grand prêtre Jéthro, l'Africain,  son beau-père. (cfr. Exode 3 ; 1 ) ; Aaron ne s'était pas fait prêtre parce qu'il était frère de Moïse, mais il l'était devenu par les mains de son frère Moïse, déjà prêtre et grand prêtre etc.
 Jésus Lui- même non plus ; malgré des nombreuses  prophéties à son sujet, Il  ne s'était pas fait prêtre par Lui-même. Il avait reçu cet ordre de celui qui l'avait appelé et lui avait montré le  Grand Prêtre Melchisédech   afin qu'Il lui conféra de ses mains la prêtrise et l'autorisation ou la mission sacrée de  paître les troupeaux autrement dit la mission de conduire le genre humain.
( Héb. 5 ; 5 – 6 ).

Après l'exemple de Jésus-Christ, Maître et Fondateur  de l'Eglise dont nous parlons aujourd'hui, voici encore d'autres exemples des ses Apôtres directs :
- Sur le chemin de Damas,
un certain Saül, en présence des témoins physiques et historiques , il eut une vision éclatante  et entendit une voix mystérieuse lui reprochant du mal qu'il faisait contre les membres de l'Eglise de Jésus. Malgré cette vision éclatante, la mystérieuse voix ne lui dit pas qu'il était déjà devenu le disciple de Jésus . Par contre, la voix de l'Invisible le recommanda auprès d'un ancien disciple de Damas
. ( Actes 9 ; 1 – 19 )
-Un général d'armée romaine, le Centurion Corneille, qui avait l'habitude de réunir des hommes et des femmes  en prière chez lui,  de la même manière que font tous les anarchistes religieux, il avait aussi  reçu un oracle. Un Ange de Dieu lui apparu. L'Ange ne lui dit pas que Corneille, Dieu fait de vous Apôtre de Jésus.  Cet oracle ne lui conféra pas le pouvoir, mais il lui montra Simon Pierre, Apôtre de Jésus de venir  faire de lui un légitimé de l'Eglise de Jésus. C'est cet Apôtre qui légitima et valida l'Eglise du Centurion Corneille. ( Actes 10 ; 1 – 6 )
 Il y a beaucoup d'autres exemples que nous pouvons citer pour prouver que le pouvoir de l'Eglise de Jésus-Christ ne peut être conféré que par un grand prêtre dont la lignée de la succession ne souffre d'aucune rupture avec l'ancienne source.
Ces  passages  tirés du livre que tout le monde lit ne disent pas que Moïse, Aron, Josué, Jésus-Christ,  Saül surnommé Paul et Corneille étaient nés  pasteurs, prêtres...

 Rien ne nous dit non plus  que ces êtres sont devenus prêtres après avoir eut des visions extraordinaires. Mais tous ces passages nous montrent que chacun d'entre eux a  reçu  le pouvoir de l'Eglise des mains de ceux qui le possédaient  déjà pleinement   avant eux.

 Quant au rôle du  pasteur et du  prêtre   dans le sens catholique, le vrai sens du Christianisme, ils sont tous prêtres. Ils ont l'un et l'autre le pouvoir de paître le troupeau de Dieu. Ils ont été appelés et consacrés par Dieu des mains des anciens,
héritiers de la succession apostolique. Ils jouent le rôle de médiateurs  entre les  hommes et Dieu. ( Héb. 5 ; 1 – 3 )
Ils ont le devoir et le pouvoir divins  de  prier pour tous les hommes, femmes et enfants sans distinction de race ni de religion ; ils ont le pouvoir  de chasser les mauvais esprits, de guérir les malades, ( Mat 6 ; 12 – 13 ;  Jacques 5 ; 14 – 17 )  de  présenter des offrandes à Dieu en leurs noms pour la rémission des péchés ; ils ont le devoir  d'enseigner la vérité au peuple de Dieu afin d'être délivrés.  

 
Les évêques,  les prêtres et les diacres catholiques  ont l'autorisation divine de guider la vie sociale et politique du peuple dans le sens positif pour son bonheur tant matériel que spirituel.  Ils ont le devoir   d'assurer les sacrements non seulement aux fidèles de leurs Eglises respectives, mais aussi à tous ceux qui le veulent et qui s' approchent avec respect à leurs autels. C'est cela le pouvoir catholique autrement dit le pouvoir universel.
 
Selon Saint Paul, les pasteurs ( uniquement  évêques catholiques  ) et prêtres sont des serviteurs du Christ et des intendants des mystères de Dieu. ( cfr
. I Corinthiens :4 ; 1 – 2. et Luc 12 ; 42 – 44 ).
Toujours dans le sens catholique, en dehors des services communs  entre ceux de l'évêque et ceux du prêtre, l'évêque  a la plénitude du pouvoir  sacerdotal de la succession apostolique. Lui seul peut ordonner validement d'autres diacres et prêtres ;  et lui seul peut consacrer validement  d'autres évêques. Ce pouvoir d'évêque n'est pas un simple  arrangement au sein de l'Eglise comme le pensent certains. Ceux qui ont éveillé leurs sens intérieurs peuvent le confirmer.
 C'est à l'évêque que se présentent des chrétiens qui désirent être confirmés. C'est l'évêque qui est le Pasteur légal et valide , le  chef de l'Eglise dans le système du Christianisme authentique  .  Dans les cas difficiles, le prêtre fait recours à lui.  Selon  les traditions  mystiques de l'Eglise, l'évêque représente l'Ange de la présence ( Ange de l'Alliance ) sur le plan physique. Tout évêque catholique est le Représentant du Christ et  successeur des Apôtres sans distinction aucune. Un principe théologique dit : Là où est un évêque, c'est là où est l'Eglise. A l'égard de ce principe qui est spirituellement vrai, le
sens catholique romain de croire et d'enseigner que, Rome est le seul siège spirituel du Christianisme, et que  c'est seulement le Pape qui est le successeur de Pierre et de Paul, et que lui seul est le  Représentant du Christ est erroné et mensonger. Si ce que le Magistère Romain enseigne était vrai, que représenterait là où le Seigneur est né, est mort, ressuscité et monté aux Cieux ?
 
L'erreur et le mensonge qui viennent de ceux qui ont le droit spirituel de conduire les âmes vers Dieu causent plus de tort que les erreurs et le mensonge qui viennent des irresponsables. C'est pour quoi il est conseillé  aux  Eglises et aux hommes d'Eglises  de mûrir longuement ce qu'ils doivent enseigner au peuple de Dieu et de permettre la critique ouverte à leurs décisions.

Nous avons parlé sommairement de l'évêque, maintenant disons un mot sur le prêtre. Nous prêtres, nous nourrissons le peuple de Dieu, nous sommes aussi des intendants des mystères de Dieu, mais, nous avons des  limites des  pouvoirs spirituels dans l'Eglise,  tandis que  les évêques en ont largement et pleinement.  Ce sont les évêques catholiques  uniquement ( vrais  pasteurs )  qui peuvent créer des Eglises chrétiennes.

En dehors de leur pouvoir, je vous confirme que toute Eglise qui se dit chrétienne est vide. La meilleure façon de distinguer le vrai et le faux dans le domaine spirituel, c'est d'user la clairvoyance si possible ; ou alors écoutez tout simplement  les conseils des clairvoyants…de même que nous écoutons des conseils des savants  dans les domaines scientifiques.
 Les clairvoyants ne sont pas nécessairement des évêques, des prêtres, des diacres ou simplement des chrétiens. La clairvoyance est un don que Dieu donne à qui Il veut. Ca peut être un enfant, une femme, un illettré, un non chrétien, un prêtre et j'en passe. Mais, la clairvoyance ne donne pas le droit de diriger ni de décider dans l'Eglise. Elle aide tout simplement les responsables d'Eglise de diriger leurs décisions. 

2) Congo Vision : - Dans les Eglises « traditionnelles » Catholique, Protestante et Kimbanguiste, comment devient-on prêtre ou pasteur ?

Rév. Père A. Musypay Zemba Luzolo. - Dans le cadre des recherches, nous avons essayé d'entrer dans beaucoup d'Eglises  catholiques et non catholiques, chrétiennes  et non chrétiennes. Au Congo, en Afrique et en Amérique du nord,  nous avons assisté avec beaucoup d'attention pour ne pas dire avec un œil ouvert à plusieurs cérémonies : baptême,  mariage,  consécration  des pasteurs, ordination des prêtres et réception des dirigeants d'Eglises etc.
 Nous-nous sommes rendus compte que,  les Eglises dites chrétiennes sont loin d'abandonner l'esprit des fables habiles  qui leur avait été légué  par l'esprit du Moyen-Age.  Nous avons aussi constaté  la tendance de l'ignorance  des mystères chrétiens  au sein même  des Eglises dites catholiques.

Pour ne pas trop engager d'autres tendances catholiques, je  parlerai plus  du système   catholique libéral, mon Eglise. Celle-ci n'est pas exempte  du mal. Mais, nous veillons et  soutenons que la succession apostolique  soit assurée et  protégée pour qu'elle serve l'humanité jusqu'à la fin des temps. Dans notre Eglise, pour devenir prêtre, la règle exige au candidat :
-  être du genre masculin et avoir  18 ans ou plus.
-  avoir un niveau d'instruction valable en n'importe quel domaine( diplôme d'Etat ou bac dans le système francophone ou   plus .)
- être marié à une seule femme ou être célibataire.
- le candidat doit être en contact permanent   avec un  prêtre responsable d'une paroisse ou d'un  oratoire reconnu par l'évêque où il apprendra la vie pratique du prêtre. Car, la vie pratique du prêtre ne s'apprend pas à l'école…
- Le candidat doit être catholique ou alors,  il doit accepter le baptême et la confirmation catholiques.
- S'il est déjà catholique autre que
catholique libéral, il doit être reçu dans l'Eglise par un simple rituel d'admission qui consiste en  une prière dite par le prêtre dans le but du renouvellement ou de rappel à  la foi catholique et le désir de servir Dieu en tant que chrétien. Pendant cette prière, le candidat exprimera sa foi par des réponses positives à haute voix devant la congrégation des fidèles.

N.B. – Toutes promesses faites dans le domaine spirituel ( baptême, ordres sacrés, mariage, engagement de la foi etc. s'inscrivent dans  l'âme spirituelle de l'intéressé    que la Bible appelle : livre de la vie ou livre secret de la vie ;  tandis que certaines  littératures appellent : archives ou dossiers  akashiks. Le candidat les rencontrera pendants ses incarnations et au dernier jour de son jugement s'il ne parvient pas à les   réajuster  pendant son pèlerinage terrestre  . D'où, il faut respecter les promesses qu'on fait dans ce domaine afin de mieux évoluer.
- Le candidat sera une fois de plus reçu comme servant autorisé à monter au
sanctuaire ( par une autre prière prononcée par le prêtre )  sans toutefois arriver à l'autel où,  seuls les sous-diacres, diacres, prêtres et évêques sont autorisés.)

- Le candidat doit s'inscrire à
l'Institut Libéral d'Etudes Théologiques où il suivra les cours soit sur place,  là où les cours sont organisés ( Belgique, France, Etats-Unis d'Amérique, Australie, Hollande, Grande Bretagne, Hongrie, au Brésil, au Portugal, au Canada, en  Afrique du Sud ) , soit encore,  il peut les suivre à distance et sur Internet. Ces études durent 3 à 4 ans, cela dépend du niveau intellectuel antérieur du candidat .

Après les enseignements théologiques, si le candidat est jugé valable par le prêtre qui le suit et par la majorité des fidèles de la paroisse, il  peut être présenté à l'évêque afin d'être ordonné. La toute dernière décision revient à l'évêque
( le vrai pasteur ), le chef de l'Eglise. Au dessus du pouvoir d'évêque catholique, il n'existe pas d'autres pouvoir
dans l'Eglise du Christ. ( Le Pape, l'Evêque Président, le Patriarche ou le Primat etc. sont des titres d'honneur reconnus dans l'Eglise chrétienne. )
Concernant les ordinations, voire les autres services spirituels, l'Eglise Catholique Libérale conserve l'ancien système et anciens rites de l'Eglise chrétienne. C'est pour cela que le candidat passera aux ordres,  degré par degré  à l' espace de temps allant de
2 à 4 ans.
Les ordres mineurs ( ces ordres préparent les corps subtils ou corps invisibles  du candidat à recevoir les  ordres majeurs. Ces ordres sont les suivants :

I. Les Ordres Mineurs :                                        II. Les Ordres Majeurs :
Degré préliminaire : Clerc                                  Degré préliminaire : Sous-Diacre                                        
1. Portier.                                                              1. Diacre.
2. Lecteur.                                                             2. Prêtre.
3. Exorciste.                                                          3. Evêque.
4. Acolyte.

Les trois Ordres Majeurs sont les Ordres institués par le Christ Lui-même.
Ils sont les seuls qui confèrent réellement les pouvoirs  dans l'Eglise. Ils sont
 indélébiles ( irrévocables ). Toute personne ayant reçu ces ordres, doit connaître qu'elle s'y est attachée durant toute sa vie.

 Ces ordres sont très importants parce qu'ils mettent réellement le récipiendaire en relation avec le Christ, dont-il devient le représentant. Ces Ordres mettent aussi le bénéficiaire  en danger spirituel si seulement si celui-ci ne les respecte pas et ne les utilise pas.  Malheur, dit-on  à celui qui ne s'en sert pas .  La parabole des talents est la parabole destinée à  ceux qui ont accepté les Saints Ordres dans l'Eglise du Christ. Matthieu XXV, 14 – 30 )

La transmission des ces pouvoirs exige un rituel spirituel en accord  avec la tradition mystique universelle  de l'Eglise des Apôtres. C'est pour cette raison que, le transmetteur des pouvoirs doit surveiller les heures ( de 0 H à 12 H a.m.) ( Lire : Le secret spirituel des heures ) , et il doit distinguer correctement et marier fidèlement  les gestes et signes cabalistiques ou signes des mystères  avec  les paroles  qu'il doit mettre sur le corps du candidat  entre autre :  touches  d'épaule, impositions des mains,    le couché à même le sol devant l'autel par le candidat à chaque initiation majeure,  oindre soigneusement et méthodiquement  les  paumes des mains et le  contour de la tête pour un évêque etc.
 C'est alors que le pouvoir sera réellement transmis et ainsi, le récipiendaire peut avoir l'autorisation de guider le troupeau qui lui sera confié.

N.B. Lorsque ce pouvoir est conféré, il reste pour toujours. Quel que soit le problème qui arrive au récipiendaire, il ne perd pas le pouvoir. Il peut être exclu de l'Eglise d'où il avait été ordonné, mais il demeure
diacre,  prêtre  ou évêque dans l'Eglise du Christ et il sera ainsi  jugé.
 C'est pour quoi, j'exhorte des diacres et prêtres  infortunés de demander conseils pour leur réinsertion au sein de l'Eglise, non seulement dans leurs anciennes Eglises, mais dans n'importe quelles  autres Eglises catholiques de leur choix.

Quant aux
évêques exclus de leurs anciennes Eglises, qu'ils sachent bien qu'ils ne sont pas infortunés. Ils sont tout simplement écartés de l'administration de leur ancienne Eglise.  L'Eglise du Christ  en elle-même est entre leurs  mains.  Qu'ils se réorganisent et qu'ils continuent  l'œuvre du Christ ; car toute Eglise qu'ils fonderont dans le respect des mystères de l'Eglise et dans le respect de la doctrine du Maître Jésus-Christ, sera toujours valable et valide au ciel et sur la terre.

3) Congo Vision :- Comment devient-on pasteur dans les Eglises dites indépendantes ?
Rév. Père A. Musypay Zemba Luzolo : Les termes Eglises indépendantes ont été utilisés pour la première fois par des évêques catholiques qui se séparaient de l'Eglise de Rome depuis le Moyen-Age.
Comme cette dernière avait établi un empire dans ce domaine où elle dictait même les dogmes qui n'avaient  pas de sens spirituel, ceux qui n'en voulaient pas,  soit,  ils  étaient condamnés par l'inquisition, soit  excommuniés soit encore ils se séparaient d'avec l'Eglise de Rome
( schismes ) .  A leur tour, et en tant qu'évêques, ils  fondèrent d'autres Eglises catholiques et se considéraient « Eglises  Catholiques Indépendantes : à titre d'exemple nous citons : Eglise Vielle Catholique, Eglise Janséniste, Eglise Catholique Orientale, Eglise Catholique Russe, Eglise Catholique Maronite, etc.
 »
C'est pour signifier que,  ces  Eglises n'étaient plus obligées d'obéir aux canons du magistère romain.
 Et en revanche, l'Eglise de Rome les traitait comme Eglises  schismatiques ou hérétiques  etc. Elles  existent encore de nos jours ; entre autre mon
Eglise, Eglise Catholique Libérale et d'autres encore.
Ce dernier temps, le Magistère Romain a changé de langage à l'égard de ces Eglises, à l'égard des responsables et à l'égard de leurs  fidèles  qu'il appelle maintenant  les Frères séparés parce qu'il comprend maintenant  qu'il était en erreur sur ses multiples déclarations depuis des centaines d'années passées.
Alors, de nos jours, je ne sais pas sur quelles bases les Eglises non catholiques se considèrent indépendantes. Peut être que les mots sonne bien; donc ce sont les dirigeants
de ces Eglises  qui peuvent nous expliquer  pourquoi  ce nom d' Eglises Indépendantes.

Quant à savoir comment ils deviennent pasteurs, vous tous vous le savez.  Pour les uns, après avoir rêvé, ils sont devenus  pasteurs. D'autres ont fait venir d'autres pasteurs pour leur imposer les mains ; d'autres encore, après avoir   chanté de beaux  cantiques, ils sont devenus pasteurs et serviteurs de Dieu. D'autres encore, après avoir eu beaucoup de souffrances  matérielles  et financières, ils sont devenus pasteurs ; d'autres encore, du fait de lire la bible tous les jours, ils sont devenus pasteurs. etc. Tout cela est bon ; mais nous devons aussi considérer la fin.

Dans tous les cas, nous ne devons pas seulement condamner ces pasteurs protestants. Nous devons également condamner la vraie Eglise dans toutes ses branches  du fait qu'elle avait imposé beaucoup de barrières inutiles  pour y accéder et surtout pour bénéficier les Saints Ordres. C'est à cause de ces difficultés que les hommes ont bien voulu  être dans le Christianisme simpliste ou  protestantisme libéral .

  Actuellement,
l'Ere du Verseau aidant,  toutes les Eglises Catholiques sont ouvertes à tous ; même l'Eglise de Romme; Il reste à ceux qui veulent y être membres d'y aller afin de participer aux mystères du Christ-Jésus offerts à tout genre humain sans exception.
 Nous comprenons pourquoi le Catholicisme est souvent critiqué et rejeté. C'est du fait surtout que le Catholicisme Romain a joué un rôle majeur dans l'esclavagisme du peuple noir, dans le colonialisme et dans le néo-colonialisme qui ne cesse de prendre l'ampleur et  d'autres dimensions malheureuses de nos jours.  A cette ère du Verseau, le peuple de Dieu doit apprendre à ne pas limiter le catholicisme au système de l'Eglise de Rome. Le catholicisme lié à la religion du Christ Jésus est salutaire pour les âmes.

 En outre, il ne faut pas non plus jeter seulement des pierres et des lances   contre
l'Eglise Catholique Romaine ; car,  elle a  aussi beaucoup œuvré pour le bien de la civilisation actuelle de notre planète plus que toutes les autres Eglises sur le plan intellectuel et sur le plan social.  Dans tous les cas et  malgré tout, elle reste une Eglise Légale et Légitime dans le Christianisme. Elle mérite obligatoirement le respect que nous devons à tous les Apôtres du Christ. Manquer de respect à l'égard de cette Eglise comme manquer de respect à l'égard de toute Eglise Apostolique est manquer automatiquement respect aux Apôtres de Jésus-Christ et au Christ Lui-même.

La mission que l'Eglise de Rome a reçue des Apôtres pour  conduire des âmes vers Dieu ne lui sera jamais retirée aussi longtemps qu'elle gardera intacte la succession apostolique.

 Un seul conseil que je peux donner aux membres du clergé de cette Eglise ( vieux et jeunes, diacres, prêtres et évêques ) c'est de surveiller et de protéger la succession apostolique menacée au sein de leur Eglise par la simplification des services liturgiques et même par la simplification et l'usage des sacrements sous prétexte qu'elle s'adapte à la vie moderne des fidèles. Car, l'Eglise du Christ ne doit pas s'adapter à la vie du monde, mais plutôt c'est le monde qui doit s'adapter à la vie de l'Eglise. Pour une simple raison : le monde évolue vers le Christ, tandis que le Christ est le  Parfait qui ne change pas ; partant, son Eglise aussi est une œuvre parfaite que nous, pauvres pécheurs et imparfaits nous ne pouvons pas changer les bases de sa création.   

4) Congo Vision : - L'hyper religiosité du peuple congolais est-elle l'expression d'une quête authentique de la spiritualité ou juste un refuge contre les conditions sociales actuelles au pays ?

Rév.Père A.Musypay Zemba Luzolo : - Ma  longue intervention  aux questions précédentes explique presque toutes les questions posées ici. Si je m'étends encore, c'est dans le soucis de donner plus des détails pouvant donner de lumière à certaines âmes qui se réveillent et que nous devons absolument guider. Nous avons dit que le Congolais n'invente rien dans ce domaine. Ce phénomène est naturel. Au Congo, bien sûr, ce phénomène est  lié  à ces  deux éléments :
 
1.- La soif réelle de la connaissance et la recherche du vrai Dieu
2. - Oublier ou faire oublier la misère du peuple.

1. La soif réelle  de la connaissance et la  recherche du vrai Dieu :
Dans le monde entier, le peuple de Dieu nourri par les rudiments  de la foi  populaire a maintenant soif et faim de la nourriture solides, la  vraie connaissance spirituelle. Dans l'ensemble, il faut le reconnaître, depuis des siècles après le départ de tous les Apôtres directs du Maître Jésus, les chrétiens dirigés par des égoïstes, sans exception d'âge, ils sont tous  nourris du lait ; beaucoup n'ont jamais goûté  la nourriture solide.
 Les Congolais ne sont pas exemptés.  Les questions comme celles-ci  viennent et reviennent dans leurs cœurs et dans leurs bouches : Pourquoi nous souffrons sans que Dieu n'intervienne ? Pourquoi des personnes qui semblent être les plus mauvaises, méchantes et injustes, vivent  mieux que les personnes justes ?. Pourquoi des
mauvaises personnes réussissent dans leur vie et les hommes honnêtes échouent et souffrent ? Pourquoi ceux qui font du bien sont mal récompensés etc. ? Pourquoi, pourquoi ?…etc.
En réponse, les Eglises disent : c'est le diable, notre ennemi et ennemi de Dieu qui fait que nous souffrions. Un jour viendra Dieu le  mettra en prison et il n'aura plus à nous faire souffrir. Pour le moment, prions sans cesse etc. Et si on leur demande : Si Dieu est Bon,  pourquoi alors Il ne peut pas intervenir maintenant contre ce diable? La réponse que les Eglises donnent est : il n'est pas encore temps…etc. Donc…

 Toutes ces réponses insatisfaisantes ne peuvent pas laisser le peuple de Dieu  tranquille ; cela  l'excite à chercher où il peut trouver des réponses   satisfaisantes ; d'où l'engouement du peuple dans des différentes Eglises et dans de différentes sectes. Pourquoi dans les Eglises ? C'est parce que,  c'est dans des Eglises que doit venir la vérité universelle. Mais dans quelle Eglise ?
A mon niveau, j'interprète ce phénomène comme si le peuple de Dieu réclamme la nourriture de son âge. Il est fatigué de se nourrir de lait. Il a donc besoin de la nourriture solide. Saint Paul avait constaté cela dans le milieu des chrétiens de la diaspora juive
( Hébreux :5 ; 11 – 14 )
C'est la mission des Eglises d'adapter l'enseignement en rapport avec  l'âge des âmes bénéficiaires au lieu de se plaindre. Donnons leur du pain et du poisson que le Seigneur Jésus-Christ  avait consacrés et multiplié pour son peuple affamé. Tout en sachant que beaucoup sont appelés, peu sont élus.
 
2.Oublier ou faire oublier la misère du peuple.
D'une façon générale, la masse qui vient dans ces genres d'Eglises a pour objectif de résoudre leurs problèmes sociaux et d'oublier la misère qui ne les quittent pas. Très peu viennent pour la spiritualité réelle ; cette minorité qui est réellement à la quête de la vraie spiritualité se sent insatisfait dans ces assemblées.  Beaucoup de ces fidèles croient qu'ils sont  victimes d'envoûtement du fait qu'ils ne trouvent pas le travail ou du fait qu'ils ne  se marient pas etc.
  Il n  y a pas que la masse ; les pasteurs de ces Eglises aussi  veulent bien résoudre leurs problèmes sociaux et financiers. Ils les résolvent au détriment des membres de leurs Eglises. Vous connaissez les méthodes que les pasteurs protestants utilisent pour gagner l'argent…Dans tout ceci, nous devons toujours savoir qu'une loi juste nous demandera les comptes
( Galates : 6 ; 7 : Ne vous y  trompez pas ; on ne se moque pas de Dieu. Car ce que l'on sème, on le récolte. )

5) Congo Vision : -Les multiples divisions au sein des Eglises dites « indépendantes » sont-elles dues à l'absence d'une pensée théologique cohérente et unifiée ?

Rév.Père A.Musypay Zemba Luzolo :- Je viens d'expliquer plus haut ce que nous entendons par des Eglises indépendantes. En ce qui concerne les Eglises Catholiques Indépendantes, elles ont toutes un  Magistère commun  à la tête de leurs Eglises respectives. Ces Magistères sont connus sous de différentes appellations :  Patriarche, Evêque Président, Primat etc. ce qui équivaut au Pape Romain même si sur la loi du nombre ils ne peuvent l'égaler.

  Les Eglises Catholiques indépendantes du siège de Rome  ont toutes des bases d'enseignements  théologiques organisés. Elles ont respectivement leurs canons, leurs liturgies organisées  et cohérentes  et leurs calendriers liturgiques sont toujours à jour.
Elles ont au sein de chacune d'elles des principes des doctrines basées sur les Ecritures saintes et d'autres basées sur la tradition de l'Eglise.

En ce qui concerne les Eglises protestantes,  il est vrai que toutes ces Eglises  n'ont pas de magistères  suprêmes. Elles n'ont pas de liturgie, même de liturgie commune et organisée ; partant, elles n'ont pas de calendrier liturgique. Leurs prières  et les lectures des Ecritures dépendent des improvisations de leurs pasteurs. Beaucoup d'entre elles aussi n'ont pas de bases théologiques. Elles n'ont pour référence que la lecture de la Bible, une lecture littérale. Cela peut aussi être une cause des divisions.  Les divisions dans les Eglises non catholiques sont différentes  des divisions que connaissent des Eglises Catholiques.
Dès le départ, les Eglises  non Catholiques n'ont jamais été unifiées par un lien quelconque. Donc, leurs  multiples divisions ne peuvent  pas non plus être considérées comme divisions parce qu'elles n'avaient jamais été unifiées. Chaque Eglise dite
chrétienne non catholique, naît par elle-même et elle mène son chemin elle même et elle meurt elle même et pour elle même.
Tandis que les Eglises Catholiques, toutes, ont un lien commun : 
« la succession apostolique. » qui signifie : la transmission des  pouvoirs légaux  et valides de Jésus-Christ passant par ses Apôtres jusqu'à nos jours. Dans ces Eglises, l'organisation administrative diffèrent d'une Eglise à une autre, mais le lien et l'unité spirituels est le même. Le même pouvoir apostolique qu'on trouve dans l'Eglise de Rome, c'est le même pouvoir qu'on trouve dans l'Eglise Orthodoxe, dans l'Eglise Vieille Catholique, dans l'Eglise Gallicane, dans l'Eglise Catholique Libérale, dans l'Eglise Maronite etc. la liste est longue. Celui veut connaître quelques une des ces Eglises peut lire notre livret : « L'Evangélisation à l'Ere du Verseau ou Le Catéchisme du IIIème Millénaire ».
Ces divisions ne sont pas dangereuses parce que la multiplicité d'Eglises vient du Maître Fondateur Lui-même. Il fonda  l'Eglise sur  12 piliers différents les uns  des autres  ou encore 12 Apôtres. Sur le plan littéraire, si vous analysez la psychologie de chaque Apôtre de Jésus-Christ, vous trouverez qu'ils n'ont pas tous le même comportement.
Toutefois, chaque Apôtre est
le Patriarche ou le Primat  d'une branche de l'Eglise dont il a la charge. Aussi dans l'histoire nous voyons que,  les Apôtres,  non seulement qu'ils ne sont pas allés tous dans la même direction, mais aussi, dans certains moments  ils se sont séparés etc. Leurs multiples séparations ne mettaient pas leur unité spirituelle ni leurs  pouvoirs en cause. Si cela semble mettre en cause le pouvoir de certaines Eglises Apostoliques de nos jour, cela ne vient que de l'ignorance dans la quelle se baignent même les dirigeants d'Eglises.


6 ) Congo Vision :- La prolifération des Eglises et des sectes dans notre pays et dans la diaspora congolaises doit-elle être perçue comme une richesse ou un signe d'appauvrissement spirituel ?

Rév.Père A. Musypay Zemba Luzolo : - Jusqu'à ce jour,  beaucoup ne savent pas distinguer  c'est que ce une Eglise et c'est que ce une secte. Une Eglise est une assemblée des personnes qui louent  Dieu. Nous avons dit qu'elle peut être chrétienne ou non ; mais attachée solidement à  sa religion par un lien de succession historique ininterrompue ( ou fondements ) qui remonte du fondateur de la religion jusqu'au moment où l'on en parle sans avoir connu de ruptures.

Tandis qu'une secte est une assemblée qui se dit appartenir à telle religion mais sans lien de succession historique allant du Maître Fondateur de cette religion jusqu'au moment où l'on en  parle.  Ceux qui ont la connaissance historique sur les religions savent  que, ce que  nous appelons aujourd'hui Religion Chrétienne, elle fut aussi secte venant du Judaïsme. Cette secte ( Religion Chrétienne ) avait  prouvé sur quoi elle se fondait pour revendiquer le statut de Religion autre que le Judaïsme.
 
  Le mot secte signifie une assemblée qui est coupée des origines ou encore une assemblée qui se dit appartenir à telle religion, mais en sois, elle n y est pas connectée par manque de transmission réelle  des pouvoirs. Lorsqu'une branche  est coupée  de son tronc,  de son origine, elle ne peut plus bénéficier de la sève de l'arbre. Elle finira par sécher et enfin… imaginez la suite.

Je pense que les explications que j'ai données à la première question de ce débat suffisent pour comprendre la différence théologique  qui existe  entre Eglise et Secte.
Une secte n'est pas un mouvement magique comme d'aucuns le  pensent ; et aussi une Eglise n'est pas nécessairement une assemblée des milliers des personnes.

Alors,  à la question de savoir si c'est une richesse ou un signe d'appauvrissement spirituel ? Je dis que l'anarchie et l'ignorance n'ont  jamais été une richesse. Lorsqu'on n'est pas encore apte de juger les choses spirituelles avec les sens spirituels, il est difficile de connaître si ce qu'on fait est bon ou pas. Mais aussi, il ne faut pas désespérer ;  car,  chacun de nous juge la vie et  les  événements religieux  selon son degré d'évolution spirituelle. Alors un jour, chacun arrivera a bien juger les choses spirituelles.
Les âmes qui nous  animent tous aujourd'hui, elles  n'ont pas toutes le même âge. Il y a de vielles âmes dans  des jeunes corps comme il existe de jeunes âmes dans de vieux corps. Mais, est-il que nous arriverons tous à la vraie connaissance de Dieu, sans exception.
Pour le moment, comme il l'a toujours été depuis l'aube des temps, il est mal de forcer quelqu'un de suivre la vérité.  Mais il est bon de laisser chacun découvrir lui-même la vérité.
 Lorsqu'une âme  découvre la vérité par elle-même, elle la poursuit. Lorsqu'elle ne l'a pas encore découverte, même si la vérité vient devant sa porte, elle la balayera. C'est ce que veut aussi dire les Evangiles parlant de la femme  Syrophénicienne : « Laisse d'abord les enfants se rassasier, car il ne sied pas de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. 
» ( cfr Marc 7 ; 27
).
Comme l'âme de cette femme était  déjà une âme mûre, elle répondit : « …les chiens aussi mangent ce que les enfants jètent sous la table… » Le Seigneur lui accorde la faveur demandée, parce qu'Il est sûr que ce qu'Il va lui donner servira à  bon escient.  Cet enseignement veut aussi dire que, ce n'est pas seulement des chrétiens qui doivent bénéficier de la félicité, mais toute personne qui utilise bien les dons de Dieu en bénéficiera…Chrétiens et non Chrétiens, nous avons les mêmes droits et les mêmes devoirs et nous avons tous le même Père.

7 ) Congo Vision : -A quand remonte-t-elle l'émergence de différents courants de pensée religieux qui prolifèrent en RDC ?

Rév.Père A. Musypay Zemba Luzolo.- Il est difficile de vous dire à quand remonte leur émergence. Toutefois, ce phénomène est un phénomène naturel. On l'observe au Congo, on l'observe aussi ailleurs. Le mal qu'il y a chez nous au Congo, c'est que toute pensée religieuse est assimilée à tort ou à raison à l'Eglise  chrétienne malgré le manque de fondements de base pouvant leur donner place dans le Christianisme. Si cela arrive ainsi, c'est parce que tout le monde croit que,  seule la religion chrétienne est vraie  et les autres religions sont fausses. Cela est une erreur. Seuls les ignorants et    aveugles spirituels qui peuvent enseigner cela. Ce qui est vrai, c'est que le Christianisme tel qu'il est enseigné par Jésus-Christ et ses Apôtres directs, non tel que nous le vivons le vivons aujourd'hui,  est au sommet des religions…

Concernant ces événements,  au moment où j'étais tout jeune, mon père et d'autres vieux du village nous racontaient les histoires sur les courants de pensées religieuses.  Ce qui m'avait beaucoup frappé, c'est la connaissance des faits historiques  de ces illettrés. Voici ce qu'ils nous disaient :   

Pendant l'époque coloniale, toute personne qui était supposée illuminée était arrêtée, mis en prison, voire tuée par le pouvoir colonial. C'est le cas d'une jeune  femme de mon village surnommée Gayengu ( Mère des mystères ) dont le véritable nom était interdit de citer,  celle-ci  enseignait des secrets de protection aux populations contre le pouvoir colonial.
 Ces secrets, elle les avait appris d'une Dame qu'elle  rencontrait tous les jours et sur rende-vous le grand matin à la rivière. Cette mystérieuse Femme était invisible aux yeux de tous les autres habitants du village, exceptée Gayengu.

Grâce aux pouvoirs enseignés à Gayengu  par cette Femme, notre village avait échappé à la dévastation des soldats du pouvoir colonial.  Heureusement, Gayengu ne fut pas arrêtée parce que toute personne mal intentionnée qui la cherchait ne pouvait ni la voir ni l'arrêté… Curieusement, aucun villageois ne connaît si Gayengu était morte ou pas. Personne ne connaît sa tombe.
 La seule recommandation des sages du village était de ne pas la pleurer, de ne pas la chercher et de ne pas être triste à son sujet car, d'après eux, Dieu fait ce qu'Il veut et personne ne peut s'opposer à Lui…
Dans le reste du pays, les  victimes de ce pouvoir étaient nombreux. C'est les cas de Kimbangu et d'autres. Si Kimbangu enseignait
le Christianisme à l'occidental, tel que l'enseignent ceux contre lesquels ce débat est ouvert, soyez certains que,  les colonisateurs Belges ne l'auraient pas tué.

Donc, ceux qui se disent aujourd'hui    Kimbaguistes ( je m'excuse pour cela )  et qui
utilisent la bible comme livre de base de Kimbanguisme, je pense qu' ils ont   dévié. L'un des spiritualistes  du courant Kimbanguiste dont j'ai rencontré les disciples Monsieur Mpadi, qui semblerait avoir été emprisonné au même moment et dans la même prison que Kimbangu  ne parle pas du christianisme, il parle de l'Eglise des Noirs dont Simon KIMBANGU, MPADI et d'autres disciples étaient sensés apporter au peuple.
 
Mon père nous racontait encore que,  vers les années reculées, avant que les colonisateurs séparent  les peuples du Kwango, du Kwilu ( dans l'actuel province de Bandundu  ) du Bakongo et de l'Angola, une femme surnommée Ndona Gayengu       
( Vierge des mystères ou Vierge Mère des mystères ), les Blancs la surnommaient Béatrice, fut brûlée vive avec son enfant au dos  parce qu'elle était illuminée.
 Le peuple impuissant, ne pouvait que déplorer la méchanceté des hommes blancs qui tuent impitoyablement les envoyés de Dieu comme s'ils étaient des bandits. Et il  concluait que,  l'homme blanc est
pauvre dans son cœur ; il ne connaît pas Dieu. Il connaît et aime seulement l'argent et toutes les richesses de la terre.  C'est pour cela que les Blancs étaient appelés : Mundele munsi mputu ( au Congo Central ) et Mundele mumputu ou mundedi musi putu ( dans le Kwango-Kwili ). Ce qui traduit : Le Blanc est pauvres de coeur. Cet adjectif mputu qui signifie pauvre est devenu, le nom propre de l'Europe dans le langage des Congolais.
 
Vers les années  ( 1950 – 1960 ), un grand mouvement religieux secoua  presque tout les deux  Congo et l'Angola.  Dans  l'ancienne province de Léopoldville ( actuellement Bandundu et Congo  Central ),  ceux qui véhiculaient le courant des pensées étaient appelés « Mpeve ya Nlongo »  au Congo Central ; et «  Mpeve, Mpefu ou Pefu »  dans le Kwango- Kwilu. Les Mpeve ne se réclamaient pas chrétiens. Ils ne se referaient pas sur les passages bibliques pour raconter ce qu'ils étaient ou se qu'ils voyaient.etc.

 Nous avons tous connu des Ngunza ( prophètes ) dans les villes et aux villages. Jamais ces Ngunza ne se  réclamaient être prophètes  chrétiens. Certains Nguza avaient aussi prédit la descente des Anges sur le territoire congolais pour protéger le peuple contre le plan d'extermination que machinait le pouvoir colonial belge.
 Et aussi, certainement  les Anges étaient réellement descendu
s le 4 Janvier  en 1959
, les Kinois et les villageois dans chaque province  les ont observés sans les reconnaître ;  des êtres de petite taille, avec une puissance extraordinaire dressés contre le pouvoir colonial.  Personne ne savait d'où ils étaient venus, comment  et quand ils étaient rentrés.

C'est seulement vers les années
1970 – 1980, que l'explosion des courants  religieux mafieux a connu son apogée en République Démocratique du Congo. Et la plus part de ces courants sont des organisations d'escrocs qui s'enrichissent au détriment des pauvres en esprit.
Quant à l'afflue des gens vers ceux qui semblent être escrocs, leur présence est la véritable expression
de la soif et la faim spirituelles. Alors, ceux qui trouvent les enseignements de leur niveau, il y restent ; et d'autres vont à la recherchent d'autres groupes jusqu'à ce que chacun se casera, bien sûr selon son  degré spirituel.
 

8 ) Congo Vision :- La fragilisation du tissu socio-économique suffit à elle seule à expliquer cette émergence ? 

Rév. Père A. Musypay Zemba Luzolo :- Je pense que l'explication de ce phénomène,  comme je l'ai déjà dit plus haut, n'est pas fonction de la fragilité du tissu socio-économique. Je me répète, plus qu'on passe d'une ère à une autre ( d'une époque à une autres ), bien que la croissance mystique est lente pour l'ensemble des  âmes, elle provoque l'envie de découvrir de quoi nourrir l'esprit ;  que  l'on soit dans l'abondance matérielle ou dans la crise.
 Pour vous prouver que mon intervention est plus au moins juste en cette question
, considérez le nombre d'Américains qui vont dans  les millions d'Eglises qui se trouvent dans ce pays. Ils ne sont pas dans la crise socio-économique ! La crise que connaît le peuple de Dieu sur toute la planète terre est sur le plan spirituel. Tout le monde est entrain de chercher  où entendre et où découvrir la vérité illimitée? Une chose est sûre, c'est que chacun découvrira la vérité et chacun retournera  à son point de départ  qui est Dieu, dès qu'il atteindra sa maturité spirituelle.

 Voici une belle prière,  Acte de Foi de la Liturgie de l'Eglise Catholique Libérale :

« Nous croyons que Dieu est Amour,
 Puissance, Vérité et Lumière.
 Qu'une justice parfaite gouverne le monde ;
 Que si loin qu'ils puissent s'égarer,
Tous ses enfants se prosterneront un jour à ses pieds.
 Nous croyons à la Paternité de Dieu,
La Fraternité des hommes ;
Nous savons  que nous Le servons le mieux en servant notre prochain.
 Ainsi Sa bénédiction et Sa paix seront + avec nous à jamais.
Amen. »

9)Congo Vision :- Quel regard doit-on porter sur ces courants qui récusent toute pratique divergente ?

Rév. Père A. Musypay Zemba Luzolo :- Une fois de plus,  je dis que,  ces  courants expriment  la soif et la faim du peuple de Dieu. Au regard des disciples du Christ, ces courants sont  une demande indirecte de la vraie nourriture spirituelle. Ces peuples n'ont jamais goûté la nourriture solide dont parle l'Apôtre Paul dans la lettre adressée  aux Hébreux.
Depuis plus la disparition des Apôtres directs de Jésus-Christ , les Chrétiens de
7 ans reçoivent les mêmes enseignements que leurs pères et grands-pères de 40 à 100 ans.    Partout on entend le duel inexplicable Dieu – Satan, Satan - Dieu !  Lorsqu'on réfléchit, on trouve qu'il devrait y avoir soit l'un soit l'autre pas les deux à la fois ! La présence de tous les deux sème troubles et confusion   dont les conséquences malheureuses : péchés, souffrances, mort spirituelle etc.  ne touchent que des innocents humains   qui ne connaissent ni  les origines, ni les causes réelles  ni la date de la fin de leur duel.
  Alors,  craignant  d'être porteurs des péchés, les hommes se résignent de parler de ce qui, semble-t-il  les fait souffrir injustement… !
La seule solution où ils ne commettraient pas de péchés, c'est de se réfugier dans ce qu'on appelle Eglises sans toutefois perdre aux  cœurs  leurs questions : pourquoi Dieu et pourquoi Satan ? 
 Ces peuples qui se réunissent d'ici là ne parlent pas de la politique, ni du commerce, moins encore des techniques militaires pour renverser un pouvoir établi tant religieux que le pouvoir public. Pourquoi les craindre ?
 Dans les régimes démocratiques, la
liberté de pensées et liberté des cultes vont de soi. Celui qui croit que son Dieu c'est le fleuve Congo, ou encore ce sont les Mangengenge ou encore c'est la source découverte par son grand-père, ou par sa grand-mère, cela ne peut pas déranger un disciple du Christ. C'est au disciple du Christ de lui prouver le contraire dans la douceur, avec amour,  patience et tolérance. C'est pourquoi, réglementer le système religieux dans le sens de contraindre certains groupes religieux  de  disparaître, est une violation. Le bon vin on le connaît en le buvant et non en le regardant.

10) Congo Vision :- L'absence d'une culture religieuse est criante dans le chef de bon nombre des prédicateurs émergents des « églises de réveil ». Comment les chrétiens « traditionnels » doivent-ils s'armer pour faire face à cette nouvelle vague idéologique « radicale » ?

Rév.Père A. Musypay Zemba Luzolo : - Cette question ne mérite même pas d'être posée ; parce que, la majorité des fidèles de ces Eglises  viennent des vraies Eglises. C'est comme je l'ai déjà dit, l'ère change et les choses changent. Nous allons indubitablement vers la maturation de la moisson. Chaque âme humaine est sur son échelle selon son degré d'évolution spirituelle. C'est ainsi que vous voyez ceux qui étaient dans de bonnes Eglises se retrouver dans des sectes et vis versa.

 L'absence de culture n'est remarquée que par ceux qui sont sur l'échelle supérieure par rapport à celles  où se retrouvent prédicateurs ignorants ( pas d'onction et   pas science dont parle l'Apôtre Jean cité ci-haut ) et fidèles pauvres en esprit. Tandis que ceux qui sont sur la même échelle ou en dessous, ils peuvent être Docteurs ou détenteurs des titres académiques, jamais ils ne découvriront l'ignorance de leurs prédicateurs.
C'est qui est vrai, c'est que
un diacre, un prêtre et un évêque catholiques qui respectent les saints Ordres croissent du jour au jour  en sagesse et en connaissance ;  les études ordinaires deviennent un plus pour  chacun d'eux  parce que les Saints Ordres  les approchent déjà   au Grand savoir de Hautes Ecoles  Célestes  où aucune science n'est un secret pour eux.  Chaque jour qui passe est un cycle complet d'études au bénéfice de ceux qui respectent la Sainte Onction reçue dans les Saints Ordres.   ( Cfr. Is. 54: 13 ; Jr. 31: 33 + ;Jean. 6 : 45 ; I Jean. 2 : 27 ;  )

D'ailleurs, on le sait bien  que,  les écoles qui sont sur  terre tirent leur origine du clergé. Si ceux-ci n'avaient pas étudié au plus haut degré, le système scolaire actuel n'aurait pas existé. Comme ce dernier temps, même les membres du clergé deviennent hésitants,  frivoles et moralement médiocres, ils oublient le grand héritage qu' ils possèdent en faveur de l'humanité. Si Dieu me donne encore le temps, je mettrais à leur disposition un livret que je compose à leur intention :  « Le Secret de la Nuit. » que eux seuls pourront commander après sa publication.

 Quant à la meilleure arme contre ce comportement, elle est imprévisible ; parce qu'elle est fonction de l'âge spirituel de l'âme ( Eph.4 ; 12 – 13 ) . Le niveau académique est  louable ; mais, il n'est pas non plus une condition qui entre en compte dans la sélection et la classification  naturelle des âmes et moins encore dans les Saints Ordres. Les études ne déterminent pas la succession apostolique, mais elles aident le sujet à faire bon usage du pouvoir qui lui est conféré.  Pour preuve, celui qui a sorti  la multitude d'âmes de l'Eglise, le Révérend Père Martin Luther  était génie,  savant sur le plan scientifique. En peu de temps,  il avait publié 95 thèses en Théologie. Quelle intelligence exceptionnelle ?

Malheureusement, cette intelligence n'a pas suffit pour  garder le peuple de Dieu dans l'enclos construit par Jésus-Christ. Au contraire, cette intelligence est allée à l'encontre de ce que le Fondateur de l'Eglise Chrétienne recommande ;  je cite : « En vérité,  en vérité, je vous le dis, celui qui n'entre pas par la porte dans l'enclos des brebis, mais en fait l'escalade par une autre voie, celui-là est un voleur et un brigand ; celui qui entre par la porte est le pasteur des brebis. Le portier lui ouvre et les brebis écoutent sa voix, et ses brebis à lui, il les appelle une à une et il les mène dehors…
  cfr Jean 10 ; 1 – 6.

 Effectivement, comme il en était au temps de Jésus-Christ, il en est  de même aujourd'hui ; donc,  beaucoup ne comprennent pas ce mystérieux discours. Ils font leurs règles sur le Christianisme. Comme il est aussi une religion démocratique, laissons chacun  faire ce qui lui semble bon ; quand le jour viendra, le Maître a déjà dit ce qu'il nous dira : « …Je ne vous connais pas… »

11) Congo Vision :- Ces prédicateurs que d'aucuns qualifient de « charlatans » ou « des vendeurs d'illusions » proposent une foi renouvelée. Celle-ci consiste à une lecture simpliste des écritures saintes, c'est-à-dire, elles sont lues mot à mot. L'interprétation qui en résulte est souvent biaisée. Doit-on tenir compte du contexte situationnel et relationnel  dans la compréhension de la Bible ? 

Rév. Père  A. Musypay Zemba Luzolo :- La foi renouvelée ne vient pas de la parole de quelqu'un et moins encore, elle ne peut jamais venir des ignorants et des hors la loi spirituelle. La foi spirituelle  est un secret  intérieur et en même temps un don de Dieu. Personne d'autre ne peut la procurer à une tierce et aussi, on ne peut pas  dire que x, y et z ont la foi. Tout ce qui est intérieur ne peut se faire voir qu'au clairvoyant.

 Quand bien même que  les clairvoyants voient ce qui est dans le cœur d'autrui, c'est de
façon partielle et momentanée  qu'ils voient ;  parce que Dieu a crée le cœur de l'homme pour que ce soit un secret entre Lui et le propriétaire du cœur.  La clairvoyance elle-même est un don de Dieu.
  Pour ne pas dire  trop de choses incompréhensibles par la majorité des personnes qui s'intéressent aux premiers pas de la  religion chrétienne, lisons tout simplement quelques passages des Ecritures pour répondre NON aux Vendeurs des illusions  de façon catégorique ; car ils ne comprennent pas eux-mêmes ce qu'ils enseignent :
 
Je cite
 : « Tenez la longanimité de notre Seigneur pour salutaire, comme notre cher frère  Paul vous l'a aussi écrit selon la sagesse qui lui a été donnée. Il le fait d ‘ailleurs dans toutes les lettres où il parle de ces questions. Il s'y rencontre des points obscurs, que les gens sans instruction et sans fermeté détournent de leur sens comme d'ailleurs les autres Ecritures pour leur propre perdition» Cfr.  2 Pierre 3 ; 15 – 16. ;
1 M 12 ; 9 + ; 1 Th 5 ; 27 +
Pour expliquer ce que signifient les deux femmes d'Abraham, contrairement à ce que les croyants ordinaires pensent être réellement les
Femmes ( Sara et Agar )       Paul dit : «  Il y a là une allégorie : ces  femmes représentent deux alliances ( cfr Galates 4, 24 + )
 Comme vous le constatez, l'Ancien et le Nouveau Testaments avisent que la lecture des Ecritures Saintes  doit être compris dans  un sens allégorique pour la plupart des cas, le sens caché que seuls ceux qui ont des clefs d'interprétations justes, seuls  peuvent en décoder  et non un sens simple de mot à mot.
 Les études exégétiques rapportent qu'à l'époque du Roi Salomon, les adolescents  destinés au service divin possédaient 8 clefs d'interprétation des Ecritures. Alors, si les adolescents en avaient 8, combien pensez-vous,  des adultes en avaient-ils ? et combien en avaient les sages et les rabbins ?
Pour terminer cette question, je rappelle la mise en garde donnée dans l'introduction du livre qu'on attribue à Moïse : Malheur à celui qui lit la Thora comme un livre simple…
Tout ceci contribue à dire qu'il faut vous méfier des ceux qui vous lisent et vous interprètent la bible comme roman ou comme les Fables de la Fontaine. Tournez-vous vers la sagesse, elle fera de vous les amis de Dieu. 

12) Congo Vision :- Comment doit-on lire la Bible ? Quelle interprétation doit-on en faire ?

Rév.Père A. Musypay Zemba Luzolo :- La lecture de la Bible dépend de l'objectif à atteindre  de celui qui la lit. On peut lire la Bible pour méditer, pour la recherche, pour comparer son message avec celui des autres religions, pour enseigner la parole  ou une lecture de mémoire etc.
L'interprétation qu'on donne aux Ecritures Saintes, non seulement les
Ecritures judéo-chrétiennes ( appelée communément Bible ) dépend aussi des circonstances et de l'âge spirituel des  personnes auxquelles elle est destinée.
 Parlant de l'âge spirituel, on le  constate par l'acceptation des enseignements ou non. Par exemple, si un enfant comprend et accepte  un enseignement spirituel  destiné aux adultes,  on dira  que cet enfant a un âge spirituel adulte. C'est un cas rare ; mais il existe.  Prenons le cas de Jean-Baptiste qui parlait lorsqu'il était encore au sein de sa
mère.
 C'est aussi le cas de Jésus-Christ qui enseignait les docteurs de la loi au temple alors qu'il était tout petit enfant !  Citons aussi en passant le cas de  Seigneur Bouddha qui connaissait 100 fois  plus les programmes des cours que les  érudits professeurs que son père,  le roi de l'Inde lui avait choisis à l'âge de 3 ans !
Par contre, on peut aussi trouver des personnes adultes qui ne se plaisent qu'au enseignements des enfants. Ce cas est plus populaire que le premier. Tel que nous le voyons dans le cas de notre débat. Nous avons fait des citations où Saint Paul  dit que les enfants ont besoin de se nourrir  de lait tandis que  les adultes se nourrissent des aliments solides.

Alors dans le cas où vous voulez connaître certaines interprétations, le meilleur conseil que je peux donner, c'est de voir un  prêtre ou un diacre  de votre paroisse ( ils sont habilités d'enseigner les Ecritures Saintes avec discernement et compétence grâce aux Saints Ordres qui leur ont été conférés ) et parlez avec eux.
 Dans le cas contraire, utilisez mon adresse e-mail vous m'envoyez  le texte et je peux vous proposer certaines interprétations à ma connaissance. Ou alors posez-moi des questions en cette matière, je vous répondrai selon ma petite connaissance. Je ne vous confisquerai pas de votre Eglise, mais je vous dirai ce que  je connais et ce que j'enseigne en ma qualité de
Prêtre Catholique Libéral.

13) Certains prédicateurs de ces « nouvelles églises » éprouvent un profond mépris pour la formation classique destinée au personnel religieux. Leur argument principal tient en deux phrases : «  Jésus n'a pas été à l'Université » ou « Il n'est écrit nulle part qu'il faut aller à l'école pour enseigner la parole de Dieu ». Est-ce la conséquence du contexte situationnel de la RDC ?

Rév.Père A. Musypay Zemba Luzolo : -   Monsieur l'Abbé Cibaka Cikongo, l'un des intervenants à ce débat a été très complet dans sa réponse sur cette question. Il faut considérer dans sa totalité ce qu'il dit à propos de cette question.

 Je peux ajouter un tout petit peu ceci : Les ignorants ne connaissent pas la vie de Jésus. Ils s'en tiennent seulement au résumé rudimentaire qu'ils lisent dans le
Nouveau Testament. Ils ignorent même que ce sont d'autres personnes qui leur ont communiqué le peu qu'ils ont. Il n'est pas un secret de vous dire que, Jésus, était  étudiant dans l'une des universités les plus célèbres de l'époque en Palestine, en Egypte et à Babilone . Il s'était montré le plus intelligent et le  plus sage que son maître, le Docteur Jésus de Perkaya , connu comme le seul le plus grand enseignant et sage de l'époque. Jésus de Perkaya  bénéficiait  de la confiance totale et la considération des tous les dirigeants politiques et religieux de l'époque.

Ce dernier,  jaloux  de la sagesse et de l'intelligence éclatante de Jésus qui s'était remarquée après son retour de l'Egypte où il passa un long  séjour  en visite dans sa famille d'origine , il l'accusa aux autorités politiques  sous prétexte qu'il devenait dangereux contre le pouvoir en place… C'était la cause réelle de son exécution.
 
C'est pour vous dire encore que  l'université n'est pas une histoire moderne. Elle existe depuis que le monde existe. Elle est un don révélé aux sages comme j'ai montré des références bibliques ; et ceux-ci l'ont rendue populaire pour maintenir le monde dans la connaissance afin de combattre
 l'ignorance, le plus grand péché de l'humanité.

Un principe sacré qui était en vogue lorsque les hommes et les femmes de la terre aimaient la connaissance disait :
 Il faut connaître long comme le bras afin d'enseigner petit comme le pouce. Alors, si on ne connaît pas il ne faut pas  enseigner. Soyez avertis que, enseigner l'ignorance est un crime. L'Apôtre Jacques nous dit que, nous enseignants, nous  seront sévèrement jugés.

  Donc, pour finir, je vous prie de considérer ceci : négliger la connaissance, amie de la sagesse, siège du repos céleste , c'est épouser l'ignorance, la meilleure  amie  de la mort ( mort physique, mort intellectuelle et mort spirituelle, bref, mort totale ).
 ( Prov. XXIX ; 1
8. « Là où il n y'a pas  de connaissance, les peuples périssent. »
Je vous remercie et que Dieu vous bénisse.

                      Rév. Père Adolphe Musypay Zemba Luzolo.

    Pour plus d'information, écrivez-nous ou téléphonez-nous :

                             
 zmla@hotmail.com 
ou  azmla@aol.com Tél. 301-927-6212.

Publié le 10 Mai 2003


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.