8 kinds of Smart
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum
Emploi
Notes de lecture
Liens

PEPE KALE, l'éléphant de la Rumba congolaise s'en est allé il y a dix ans 

29 Novembre 1998 (par Clément OSSINONDE)

La nouvelle était tombée dimanche 29 novembre 1998. Drue. Foudroyé par une crise cardiaque, Jean-Baptiste KABASELE-YAMPANIA, alias PEPE KALE, était décédé à la clinique de Ngaliema à Kinshasa.

Le colosse tranchait par son physique (2,10 m pour 145 kg) et sa voix, à la tête de l'orchestre EMPIRE BAKUBA depuis 1972. Le groupe cher au « Trio KADIMA » (Kabasele-Dilu-Matolu)

PEPE KALE fait partie de cette génération de musiciens venus à la chanson par la chorale d'église. Ainsi, la paroisse catholique Saint-Paul de Kinshasa et l'école qui porte le même nom, lui servent de tremplin pour sceller l'accord qui l'unira toute sa vie à la musique moderne de danse. L'une de ses plus grandes ambitions : chanter, un jour, avec le célébrissime Joseph KABASELLE « Kalle Jeef », « le plus grand ». Et celui-ci guide ses premiers pas. Mais, de plus en plus, le môme est persuadé qu'il doit se forger sa propre voix, comme beaucoup d'autres musiciens avant lui, et créer son style propre.

Né le 30 décembre 1951 à Léopoldville (depuis lors Kinshasa), Jean-Baptiste KABASELE-YAMPANIA fréquente des groupes expérimentaux kinois, tels les « ZULU » et « AFRICA CHOC », entre 1968 et 1969. Avant de se donner l'orchestre MYOSOTIS. Il s'associe ensuite à « BELLA BELLA », de l'écurie VEVE, sous la houlette des frères SOKI VANGU et DIANZENZA et NIBOMA avec qui il chante en duo.

A cette époque, KABASELE YAMPANIA n'enregistre que très peu de chansons, parmi lesquelles : « Nazoki », « Na ko belela  » et « Libaku »

Originaire de la province du Kasaï occidental (Kananga), KABASELE YAMPANIA porte sur les fonts baptismaux, avec ses amis d'enfance (MATOLU DODE, « Papy Tex », DILU DILUMONA), l'orchestre le plus stable des deux rives du fleuve Congo.

Vingt-six ans durant, EMPIRE BAKUBA sillonne le monde, produit de passionnantes œuvres dont le chœur est emprunté, pourrait-on dire, au Gospel song.

Il remporte aussi des prix internationaux, le plus prestigieux étant celui que lui attribue en 1991, Radio France Internationale, comme meilleur chanteur afro-antillais. Les deux passages au « Zenith » (Paris) de l'EMPIRE BAKUBA avec son vivier de nain : EMORO (décédé en 1992), JOLI BEBE, DOKOLOS, et Dominique MABWA constituent un excellent exemple du travail qui montre l'étendue de la culture musicale congolaise. Dans les années 80, PEPE KALE et EMPIRE BAKUBA ont fondé des danses : «  Masasi calculer », « O nager », « Kwasa-Kwasa », etc, qui ont fait fureur dans plusieurs villes africaine et en Europe.

Au plan national, PEP KALE et son groupe ont été plébiscités plusieurs fois meilleur chanteur-compositeur et meilleur orchestre. Il a participé également à plusieurs œuvres collectives aux côtés des musiciens avec lesquels il s'est senti le plus à l'aise, tels que LUTUMBA « Simaro », MATUMONA « Defao », MBILIA BELL, TSHALA MWANA, TABU LEY…

Une fois de plus, il a montré son rôle de ténor à travers les œuvres réalisées par les musiciens kinois sur les thèmes : « Franc congolais » et « Tokufa mpo na ekolo ».

Toute sa vie, Jean-Baptiste KABASELE YAMPANIA fut l'un des musiciens dont on parlait le plus (toujours en bien). Par sa modestie et sa gentillesse il a produit une très forte impression sur un grand nombre de ses collègues musiciens. C'était, en outre, un personnage très sympathique à l'humour on ne peut plus contagieux. En nous quittant brutalement, il ya dix ans, il a laissé un grand vide dans la famille de la musique congolaise des deux rives.

Clément OSSINONDE
Clement.ossinonde@orange.fr

© Congo Vision


 
 

 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.