TRAVAIL ET DIALOGUE
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews, Entrevues...
Musique
Forum
Emploi
Notes de lecture
Liens

Musique: Wendo Kolosoy entre la vie et la mort

Le père de la musique congolaise moderne, Wendo Kolosay lutte entre la vie et la mort. Samedi dernier, l`artiste a piqué une crise due à un surmenage, selon son médecin traitant. Pour le moment, il est hospitalisé dans un centre médical de fortune de Barumbu à Kinshasa par manque de moyens pour des soins appropriés, indique radiookapi.net

Wendo se dit abandonné par les autorités du pays et même par ses collègues musiciens. Il lance un appel à la solidarité des hommes de bonne volonté. « Les autorités du pays savent elles-mêmes que si je meurs, c'est suite aux des soucis que j'ai à cause des biens que j'ai perdus », a indiqué à radiookapi.net, l'auteur de «Marie Louise».

Très affaibli, la vieille gloire de la musique congolaise moderne se plaint sur son lit d'hôpital : « Le président Laurent-Désiré Kabila ne m'avait pas offert une maison, mais un véhicule. On ne peut pas dormir dans un véhicule. Nos autorités sont des égoïstes. J'ai commencé ma carrière musicale en 1936, jusqu'à ce jour, je n'ai jamais causé du tord à personne. Aujourd'hui que je suis malade, vous m'abandonnez. Qu'ai-je fait du mal ? »

Un autre musicien qui est gravement malade, c'est Freddy Mayaula Mayoni, appelé aussi «Don Padrino». Ancien footballeur de l'AS V.CLUB de Kinshasa et de l`équipe nationale LES LEOPARDS avant de devenir musicien de l' OK JAZZ de Franco, «Tata Mayaula», comme aimaient l'appeler ses fanatiques de V.CLUB, souffre d'une Anémie cardio-vasculaire. Il ne parle plus.

Depuis son rapatriement à Kinshasa en juin 2005, Mayaula Mayoni lutte contre la maladie dans la maison familiale. Les moyens font défaut pour son transfert dans les cliniques spécialisées.

Okapi
8 mars 2006



Orchestre Wenge Musica Maison Mère : Les clips de l'album " témoignage " disponibles sur le marché la semaine prochaine

Il n'y a pas l'ombre de doute que les clips du nouvel album " Témoignage " seront bel et bien disponibles sur le marché du disque la semaine prochaine. Werrason, le patron de l'orchestre Wenge Musica Maison Mère est sur le point de s'envoler pour Paris où le travail de montage desdits clips s'est effectué sous la houlette du réalisateur franco camerounais Patoudem. Question pour la star du clan Wenge d'y mettre la dernière main. Le séjour parisien de cet artiste durera cinq jours. Il regagnera Kinshasa en début de la semaine prochaine avec tous les clips. Pendant ce temps dans la capitale, les concerts hebdomadaires de Wenge Musica Maison Mère observeront une trêve jusqu'au retour de la figure emblématique de cette formation musicale. Le restaurant Bar Le Basilic à Gombe et la Zamba Playa, lieu de prédilection des concerts de Wenge à Kasa-Vubu, ne connaîtront plus l'ambiance habituelle suite au voyage de Werrason. Les mélomanes sont appelés à garder leur souffle pour un petit laps de temps.

Eugide Abalawi

Témoignage de miracles " de Wenge Musica Maison Mère : 100 mille exemplaires sur le marché ce week-end

Il n'est plus un secret pour personne que le lancement de l'album " Témoignage de miracles " sur le marché du disque a eu lieu le mardi 20 décembre dernier. A ce jour, le moins que l'on puisse dire ce que les supports de cette œuvre ne sont pas encore disponibles en quantité suffisante à Kinshasa. C'est dans cette optique que 100 mille exemplaires dudit album seront déversés sur le marché du disque ce week-end, affirment des sources proches de Werrason. Cela coïncide avec le retour à Kinshasa de Werrason accompagné de l'orchestre Wenge Musica Maison Mère en provenance de Luanda en Angola. Le roi de la forêt, comme on l'appelle y est parti pour livrer une série de productions musicales. Il regagne Kinshasa ce vendredi soir. Son agenda du week-end prévoit un grand concert jusqu'à l'aube au parking du Grand Hôtel Kinshasa. Le soliste vedette de Wenge Musica Maison Mère, Flamme Kapaya qui reviendra fraîchement de l'Europe le même jour, sera aussi de la partie. C'est à cette occasion que Werrason jouera son nouvel album ci haut cité pour le plaisir des mélomanes qui effectueront ce déplacement. Attendant ce rendez-vous, les fanatiques de Werrason sont encore dans l'euphorie de la sortie mouvementée de l'album " Témoignage de miracles ".

Eugide Abalawi

Karmapa de retour à Kinshasa

Depuis qu'il est allé réaliser quelques clips de son nouvel album " le temps de l'amour ", le Prince de la rumba congolaise, valeur ajoutée de la musique congolaise, le Karmapa, vient de mettre un point final à ce travail. Son retour est prévu sauf changement de dernière minute, le vendredi prochain. Son séjour Parisien n'était pas seulement pour réaliser les clips, le Prince de la rumba congolaise était invité à se produire en play back dans certaines villes d'Europe pour satisfaire ses fanatiques et mélomanes disséminés dans toute l'Europe. Ces productions épatantes dénommées " Le temps de l'amour " s'inscrivaient aussi dans le cadre de la promotion dudit opus, le plus vendu du moment et le plus apprécié. Dès son arrivée, Le Prince de la rumba congolaise a commencé à s'atteler avec son groupe " Rive Droite 5ème class.K " à réaliser le reste des clips qui seront lancés après ceux qui ont été tournés en Europe dans les différentes villes. Ses fanatiques qui réclamaient les autres clips de " le Temps de l'amour " seront satisfaits de leur qualité. Selon le programme établi, le calendrier de l'orchestre est surchargé. Le groupe sera à cheval entre le tournage des clips, répétitions et concert promotionnels " temps de l'amour ". la valeur ajoutée de la musique congolaise Le Karmapa présentera dans les tout prochains jours son nouvel album à la presse et ses fanatiques. A titre de rappel, l'orchestre Rive droite 5ème class.K a repris ses répétitions au restaurant " aux plaisirs " au croisement des avenues Kasaï et colonel Ebeya dans la commune de la Gombe. Les répétitions se font chaque mercredi et vendredi de 15h00 à 19h00. Il est important de signaler que Le Karmapa et son orchestre se produiront chaque dimanche sur le même lieu.

Jeriva Mukumadi

Au cœur des années 70 : La grande épopée Bella Bella

Au cours des années 1970, les vacanciers kinois étaient focalisés par une voix juvénile qui avait l'air de sortir des sentiers battus. Partout on ne parlait que d'une seule personne : Emile Soki. Il n'était pas seul à ses côtés. Il y avait un certain Maxime Soki, son grand frère. Si Maxime était un illustre inconnu, Emile ne l'était pas pour les mélomanes avertis. En 1969, il était sorti premier d'un concours de la chanson organisé par le grand Gérard Madiata. La seconde place fut occupée par la tantine Abeti Masikini. Nous sommes donc en 1970. Emile a seize ans et son grand frère Max vingt trois ans. Celui-ci vient de quitter la kasapa où il était étudiant, pour venir former avec son frère l'ensemble Bella Bella. Il est né sur les cendres de l'orchestre Miredo de la commune de Kas-Vubu alors Dendale. Tous les kinois ne juraient que par cette formation musicale qu'était Bella Bella. Très vite, Emile est devenu la coqueluche des kinoises et kinois. De David-bar à Malandila en passant par Petrous bar sans oublier Vat 33, les deux frères volaient la vedette aux autres artistes. Accompagnés des guitaristes Johnny Roger et Jean Bosco, les deux frères Soki étaient inégalables sur le plan artistique. Les tubes comme Baboti bapekisi, Sylvie, Alexandrine, Mwasi ya moto, Luta et tant d'autres sortis sous le label des éditions La Musette de Lukelo, ont fait danser à l'envie les kinoises et kinois. Vers la fin de cette année, l'orchestre change le fusil d'épaule et intègre l'Empire Vévé de verckys qui en était à ses débuts. C'est la défection en masse des musiciens de Bella Bella. Mais contrairement à ce que tout le monde croyait, l'orchestre est monté encore en flèche avec l'apport de Emmany Kahamba Shaba (bassiste), Kinzunga Tonton Ricos (soliste), Dino Vangu (soliste), Bissikita (accompagnateur), Kayembe (mi-soliste), Nkuka Nono (drummer), Kialungila (saxo), Michael (saxophoniste), Domain (trompettiste), Manzenza (trompettiste) Wawanko Zoé (tambourineur). A l'allure où les choses allaient, l'orchestre Bella-Bella était devenu l'un des ensembles musicaux les plus prisés des kinois. Mais comme toute médaille a son revers, on a pu remarquer que les jeunes Soki ne pouvaient plus supporter le poids du succès. Ils commençaient à sécher les concerts et répétitions, abandonnant Bella-Bella à son triste sort. A la suite d'une brouille avec quelques artistes, Maxime embauchera Danos Canta Nyboma qui donnera un nouveau souffle à l'orchestre. Des chef-d'œuvres comme Lina, Mandendeli, Mbuta, Bipale ya pembeni, Sofele et tant d'autres ont fait rage à cette époque et remonté la côte de Bella-Bella. Mécontent, Emile Soki quittera le groupe pour aller créer son propre ensemble musical dénommé Le bella-Mambo avec la bénédiction de Daudet Matolu dit Papy Tex et NKanda Bongo. Il faut relever qu'à cette époque, l'orchestre Empire Bakuba avait déjà vu le jour. Ses ténors Pépé Kallé, Papy Tex et Dilu Dilumona avaient un sérieux problème d'instruments de musique pour jouer les concerts. Ils étaient contraints de se débrouiller chacun à sa façon. C'est ainsi que Pépé Kallé va intégrer le Bella-Bella durant quelques mois. Il prêta sa voix dans les chansons tels que Mbuta, Kamale, Kimbundi, Lipua Lipua, Sola, pour ne citer que celles-là. De son côté, Emile Soki faisait fureur avec Tongo etani et Mazina de Kanda Bongo. Tout cela se passait entre 1972 et 1973. Les nostalgiques qui fréquentaient cet orchestre se souviennent encore d'un sympathique portier qui mesurait à peine 1,50m et qui aimait tellement l'orchestre qu'on l'avait surnommé Bella-Bella. Mémoire vivante de cet orchestre, le gars habite encore sur Makanza à Ngiri-ngiri. Fin 1973, Emile Soki abandonna Bella Mambo pour regagner son frère dans Bella Bella. Mais ce seront les dernières heures de l'orchestre chez Verckys. Se sentant floués par cet éditeur, les deux inséparables frères Soki décidèrent de partir de l'écurie. A suivre

Eugide Abalawi

Groupe L'Avenir
9 mars 2006

 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.