TRAVAIL ET DIALOGUE
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews, Entrevues...
Musique
Forum
Emploi
Notes de lecture
Liens

Qui va gagner les élections en République Démocratique du Congo ?

Pour écrire cet article, nous nous sommes intéressés à deux indicateurs fournis par la commission électorale indépendante : il s'agit de la répartition des sièges au parlement et du résultat du referendum en Décembre 2005 sur l'adoption de la nouvelle constitution.

1. Répartition des sièges au parlement ou le poids démographique.

Sur base du poids de chaque province , cette répartition est la suivante :

Province

Nombre des sièges

Langue de communication

1. Katanga

69

Swahili

2.Province Orientale

63

Swahili

3.Equateur

58

Lingala

4.Kinshasa

58

Lingala

5.Bandundu

57

Kikongo

6.Nord-Kivu

48

Swahili

7.Kasai-Occidental

40

Tshiluba

8.Kasai-Oriental

39

Tshiluba

9.Sud-Kivu

32

Swahili

10.Bas-Congo

24

Kikongo

11.Maniema

12

Swahili

 

 

 

Le premier constat que l'on fait en lisant cette répartition est que les élections en RDC vont se décider à l'est du pays en raison du poids démographique. La somme du Katanga, de l'ancien Kivu et de la province Orientale totalise 224 sièges.

Il suffit que l'Est du pays arrange une coalition avec une province qui dispose de 27 sièges pour avoir la majorité parlementaire.

2. Le poids de la langue de communication

Pour faire passer son message, le candidat aux élections présidentielles devra parler à la population dans la langue qu'elle maîtrise. Avec le swahili , le candidat peut mobiliser toute la partie Est du pays qui est majoritaire par son poids démographique.

Si le candidat aux présidentielles maîtrise aussi le Lingala , cela peut lui amener à mobiliser la population à Kinshasa et à l'Equateur ainsi qu'une partie du Bas-Congo.

En resumé le Swahili représente 224 sièges, le Lingala 116 sièges, le Kikongo 81 sièges et le Tshiluba 79 sièges. Bref sur le plan purement électoral , le Tshiluba représente un poids négligeable.

3. Le taux de participation au referendum de Décembre 2005.

Le tableaux sur le taux de participation nous donne un aperçu sur la capacité de mobilisation de l'électorat à travers les provinces. En plus l'analyse sur le comportement des électeurs en terme de OUI ou de Non lors du referendum nous donne encore une autre indication c'est à dire la volonté de changement exprimé par le souverain primaire.

Bien plus ce tableau nous permet de comparer l'adhésion de la majorité de la population derrière un texte qu'elle n' a pas lu mais a accepté. Cela peut nous pousser à penser que les électeurs iront voter non en fonction des programmes des candidats mais en fonction d'autres paramètres. Le nom du candidat , la langue de communication , l'appartenance géographique vont donc jouer un rôle important. Dans ce cas de figure , le poids démographique constitue un indicateur pertinent.

En terme de taux de participation au referendum, les provinces du Kasai-Occidental et Oriental présentent le taux le plus faible. Si l'on combine cette faible participation et le poids démographique des deux Kasai , on peut imaginer la faiblesse des chances d'un candidat aux présidentiables qui compte sur cet électorat.

Le taux de participation le plus élevé se situe dans l'ancien Kivu (Nord-Kivu, Sud-Kivu et le Maniema), suivi de la province Orientale ,de la province de l'Equateur, du Bas-Congo et du Bandundu.

Si l'on combine ce résultat au poids démographique , et si par hypothèse on pense que l'électorat de l'Est maintiendra cette mobilisation , on peut se permettre de penser que le candidat aux présidentielles qui compte sur l'électorat des provinces de l'est a toutes les chances de gagner la partie.

Un indicateur encore plus important est le total des OUI et de Non au referendum. Il est de 96,58 en moyenne pour l'ancien Kivu, suivi de 89,34 dans la province du Katanga, de 87,4 dans le Bandundu, de 84,62 dans la province de l'Equateur, de 86,19 dans la province Orientale.

Le plus faible résultat du Oui se situe dans la ville de Kinshasa, suivi du Kasai-Occidental et du Kasai-Oriental. Si par hypothèse on imagine que Kinshasa , et les deux Kasai vont sanctionner les candidats , ou le candidat de l'Est, leur poids est aussi négligeable en terme d'occupation de siège, car la capitale est les deux Kasai représentent 137 sièges au parlement.

Sur base de la même hypothèse, le candidat de l'Est peut en s'assurant son électorat traditionnel, coaliser avec le Bandundu (87,4% de Oui au referendum) ou avec la province de l'Equateur (84,62 %de Oui au referendum), ce candidat peut même jouer le trouble-faite en choisissant une coalition avec le Kasai-Oriental (79,34% de Oui au referendum).

4. Qui sera le premier ministre du candidat de l'Est ?

Sur base du même tableau nous pouvons imaginer que le candidat de l'Est peut facilement choisir un premier ministre , en ordre d'importance dans le Bas-Congo(24 sièges au parlement), ou un candidat du Kasai-Occidental (40 sièges au parlement).

Cela permettra au candidat président d'éviter d'avoir un premier ministre qui dispose d'un poids lourds au parlement. Partant de ce principe , il est fort probable que le futur premier ministre ne viendra pas du Bandundu(57 sièges au parlement), de l'Equateur (58 sièges au parlement ) et moins encore un Kinois (58 sièges au parlement) .

Nous avons voulu baser notre analyse avec l'aide des données empiriques en espérant que cela permettra aux candidats qui se sont lancés à la compétition électorale de se concentrer sur l'essentiel c'est à dire des thèmes qui peuvent leur permettre de gagner l'électorat au lieu de passer des journées entières à théoriser sur le Curriculum Vitae de Kabila.

En résumé , j'ai voulu par cet article encore une fois souligner que la démographie est une composante essentielle et un indicateur pertinent pour les prochaines élections . Le comportement mobilisateur des candidats viendra s'ajouter et pèsera plus sur les résultats et non la rhétorique sur la vie privée de Kabila.

Les électeurs de l'Est décideront qui sera le prochain président de la RDC.

En bon entendeur, salut.

Kapayo Alimasi
Allemagne.
kapayo@hotmail.com

© Congo Vision



 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.