Lire pour renaître
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews, Entrevues...
Musique
Forum
Emploi
Notes de lecture
Liens

NOTES DE LECTURE

Un Nouveau Roman vient de paraitre

« 11-M : Le Jour où le temps s'arrêta ! » de Bakala Kimani

Le roman

11 Mars 2004. L 'Espagne se réveille dans l'abomination de la désolation. Un grand attentat vient d'avoir lieu à Madrid, 72h avant les élections générales. Les institutions tremblent. La population panique. Et les médias s'emparent de l'évènement.

Le narrateur, un africain qui a fui les guerres, voit comment son refuge se fragilise et se transforme en un cauchemar... Sa fiancée Elena, une étudiante espagnole voit s'effondrer ses espoirs d'un avenir meilleur en Occident où plane désormais l'ombre de la terreur sous le visage émacié de Oussama Ben Laden. Dès lors, elle rêve de l'Afrique comme continent de refuge pour les Occidentaux.

Avec un langage saisissant qui fait frémir, volontairement peint aux couleurs et rythmes africains, Bakala Kimani, jeune romancier du Congo-Brazzaville a réussi à faire vivre au lecteur ces quelques heures pâles et sanglantes de la vie des Madrilènes. Des heures douloureuses, faites de peurs, de condamnations, d'hésitations, de cafouillage et de rejet. ² 11-M : Le jour où le temps s'arrêta ² c'est le témoignage lumineux et sincère de ces événements. C'est un coup de projecteur violent sur le comportement des hommes politiques qui ont transformé ce drame humain en un champs de bataille électorale sur fond de médiocres armes "demon-cratiques", de conquête du pouvoir où se mêlent, intimidations, manipulations, démagogie, mensonge, corruption, désinformation...

Les incursions dans les méandres du désespoir et de l'impuissance humaine devant la tragédie et la barbarie extrémiste a donné lieu à un récit de cur qui fait découvrir la subtilité de ce que tous les Hommes, de quelque race, de quelque religion que ce soit ont en commun : l'humanité. Ce cri de cur que Bakala Kimani donne au lecteur à lire est un vibrant rappel à l'ordre moral, en politique et dans la vie citoyenne. C'est le rappel tout court que les conflits armés, les attentats terroristes, les agressions racistes et autres poussées de boutons d'exclusion et de rejets de l' ² autre ² n'ont jamais réglé quoi que ce soit, mais au contraire, ne réussissent à provoquer que de profondes déchirures et d'importantes fractures inaltérables par le temps et à montrer la bêtise humaine dans toute sa laideur et profondeur.

Bakala Kimani offre au public qui a besoin de renouer avec la confiance dans l'Espagne du progrès et de l'humanité, un roman vivant de 109 pages publié chez Lulu . Il structure le roman sur une architecture à 6 étages bâtie autour du temps, où alternent, se côtoient et se coudoient le bien et le mal, le vice et la vertu pour donner un sens à l'existence. ² Et le temps s'arrêta ! ² , ² Le festin des corbeaux ² , ² Toto tire Nama, Nama tire Toto ² , ² Basta Ya ! ² , ² Triste dimanche du bonheur ² , ² L'ombre d'Oussama Ben Laden ² constituent les six chapitres de ce roman colorié qui font revivre le temps perdu ou gagné avec un frère, un amant, un époux ; le temps des rêves, des surprises, des désillusions, de la concurrence et de l'opportunité. Le moment, l'instant à donner à son prochain mais brutalement interrompu par le bruit des bombes éclatées, des ferrailles envolées, des cris de détresse de blessés et de sirènes d'ambulances. Un moment ravi par des gens qui ont perdu le sens des valeurs ce jeudi sanglant à Madrid.

L'auteur

Bakala Kimani, né à Brazzaville en avril 1975. Fils de Louise Zonzika et de Dominique Kimani Massamba. Il a passé la majeure partie de son enfance à Mfilou (Brazzaville) et a voyagé dans plusieurs pays. Il est titulaire d'une Licence en Philosophie et d'une Maîtrise en Sciences Ecclésiastiques.

Il a dirigé la Revue « Aube Nouvelle » de l'Ecole Théologique Saint Cyprien de Ngoya (Cameroun) durant deux ans, et a déjà publié plusieurs études et articles. Il vit actuellement à Madrid où il prépare un Master en Immigration et Relations Intercommunautaires à l'Université Autonome de Madrid.

La commande

C'est un roman à lire! Pour le voir et l'acheter, il suffit de cliquer ici: http://www.lulu.com/content/2003724 ou ici http://stores.lulu.com/aymardk . Vous pouvez aussi le demander à votre libraire en indiquant le nº ISBN. Le roman est déjà disponible sur Amazon.

 

Auteur  : Bakala Kimani
Email : aymardk@yahoo.fr
Titre 
: 11-M Le jour où le temps s'arrêta  !,

Editeur  : Lulu. 109 pages.
ISBN  : 978-1-8479964-3-5

Prix  : 12, 80€

 

13/07/2008

© Congo Vision


DES ICÔNES DE LA VIE QUOTIDIENNE

«  Fête de couleurs, poésie de formes souples et allongées - sublime et fascinante célébration des gestes domestiques - rythme allègre, densité rare, sensibilité poignante - palpitations de l'âme et de l'esprit d'une culture - une rencontre sublime avec le ciel, la chaleur, le sang, l'épiderme, le soleil, le souffle, la terre - des archives peintes qui sont à la peinture ce que le poème est à la littérature  ».

Rhode Bath-Schéba Makoumbou compose un remarquable reportage onirique sur la vie quotidienne de son pays natal. Un art étonnant qui semble dire comment il est possible d'être à la fois proche de la réalité et du ciel, de la merveille et de l'ordinaire, de la vérité et de la beauté.

L'art de Rhode Bath-Schéba Makoumbou (il faut aussi découvrir ses sculptures monumentales) est également précieux par la façon dont il rend la noblesse du geste utilitaire, sa dignité, sa grâce, par la façon dont il détecte et restitue dans des attitudes qui sont à la fois singulièrement hiératiques et simples, cette part de sacré qui appartient à l'humanité. Ce qui enchante, c'est que cette vision n'affadit pas l'art, elle ne le commet pas, elle ne le vulgarise pas, pas davantage qu'elle ne rend l'existence lyrique. Cette vision crée entre l'art et "la vie pratique" une communication sensible, un point de rencontre palpitant et vital, une entente qu'on pourrait comparer à la rencontre de l'eau et de la graine, une entente ayant pour objet, et pour sujet, l'apparition du brin de la pensée.

Tout ceci encore ne serait qu'une belle tentative si la vision de cette artiste ne produisait quelque chose qui atteint à l'universel. Car cette vision, elle-même issue d'un ancrage en un lieu et d'un voyage dans l'art, est conçue pour voyager. Visiblement et lisiblement africaine, elle est aussi visiblement et lisiblement issue d'une connaissance de l'art, elle est aussi l'oeuvre d'un pèlerin en art. Elle devient le noble produit de deux fidélités : la fidélité au lieu originel, à ses habitants, à ses rituels, à ses splendeurs, à ses misères, à ses rythmes, à sa respiration et la fidélité à une initiation, à une curiosité intellectuelle, à une aventure artistique. Une fois de plus, l'art de combiner sans altérer (l'art, surtout, de faire en sorte que le tout soit plus grand, plus envoûtant, plus saisissant que la somme des parties) s'impose comme un des traits fondamentaux de l'oeuvre. Comme elle conjoint poétiquement l'art et le quotidien, le sacré et le profane, Bath-Schéba associe d'une façon inédite et captivante sa vision africaine et son aventure dans l'histoire de l'art, sa perception de l'art africain et ses découvertes de l'expressionnisme ou du cubisme.

On parlerait à tort, dans le cas de Bath-Schéba, d'un art du métissage. Ici, nous ne sommes pas dans la peinture-fusion, la world-peinture pour pasticher quelques formules en vogue. L'art de Bath-Schéba est indiscutablement africain. Il n'a rien cédé sur ce terrain. Il respire, il embaume l'Afrique. (Au demeurant, parle-t-on jamais de l'art polynésien de Gauguin ?) Non, dans le cas de Bath-Schéba, totalement étranger à un art du cocktail (qui peut, évidemment présenter des agréments), il me semble qu'il faut voir une sorte d'opération alchimique. Je veux parler d'une vision du monde fondée sur les correspondances et « sympathies » unissant macrocosme et microcosme », ainsi que Françoise Bonardel définit l'alchimie dans "La Voie hermétique". Telle, dans la connaissance actuelle que j'en ai, m'apparaît l'oeuvre de Rhode Bath-Schéba Makoumbou : une vision du monde si harmonieusement conçue qu'elle s'ouvre les portes du monde.

Je vous engage vivement à découvrir cette artiste africaine exceptionnelle qui semble mettre au service de son superbe témoignage pictural une mémoire vive de la peinture contemporaine.

Denys-Louis COLAUX, écrivain et poète

Anthée (Belgique) le 13 juin 2008

Voir le site :

http://denyslouiscolaux.skynetblogs.be/category/1434786/1/Rhode+Bath-Sch%E9ba+Makoumbou

 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.