RDC: “Nous marcherons pacifiquement pour dire non aux manœuvres frauduleuses puis revendiquer nos droits et le changement dans notre pays ” J.P Bemba.

12 juillet 2020

“Mobilisons-nous massivement le Lundi 13 juillet 2020. Nous marcherons pacifiquement pour dire NON aux manœuvres frauduleuses puis revendiquer nos droits et le changement dans notre pays.Avec Dieu nous vaincrons “, c’est par ses mot que l’opposant congolais et président du Mouvement de la Libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba mobilise la population pour leur marche pacifique prévue ce lundi 13 juillet sur l’ensemble de la RDC.

L’ancien président de la RDC formule 1+4, Jean-Pierre Bemba a appelé la population congolaise à participer massivement à cette marche anti-Malonda et contre les lois Minaku-Sakata. L’essentiel de son message twitter de ce dimanche 12 juillet.

“Chers papas, mamans et frères Congolais, marchons pour revendiquer nos droits. Attention, marcher veut dire quoi ? Ça signifie manifester pacifiquement. Dites à tous ceux qui me suivent même de loin, je ne veux pas entendre que vous avez détruit les biens d’autruis, je ne veux pas apprendre que vous avez blessé quelqu’un. Manifestons en respectant la police. Sur ce je demande aussi à la police de cesser de tuer la population”, a déclaré Jean-Pierre Bemba Gombo.

L’un des leaders de Lamuka, Bemba a annoncé par ailleurs sa présence parmi les manifestants et insiste sur le respect des gestes barrières compte tenu de la pandémie du corona virus qui sévit au pays.

“Je suis présentement à Kinshasa et demain lundi je serai parmi vous. Venez nombreux pour revendiquer vos droits . Je demande que chacun porte son masque. Le mot d’ordre est la manifestation pacifique”, écrit-il dans un communiqué .

Signalons que ces manifestations annoncées dans différentes ville de la RDC ont été interdites par les autorités congolaises, mais les organisateurs tiennent mordicus de marcher ce lundi .

Justin Kabumba

© Congo Synthese

Publié le lun, 13/07/2020

« Un grand merci pour votre forte mobilisation. Unis et déterminés nous ferons basculer les décisions pernicieuses et arbitraires à l'encontre de la volonté du peuple. Merci également à la police d'avoir encadré les manifestants tout au long de la marche », a écrit Jean-Pierre bemba, président du MLC et membre de la plateforme politique Lamuka sur son compte twitter.

La coalition Lamuka a appelé à manifester ce lundi 13 juillet contre l'entérinement de Ronsard Malonda comme président de la CENI et contre les propositions de loi des députés nationaux Munaku et Sakata, visant la réforme judiciaire en RDC.

La police s'est interposée pour limiter cette manifestation au niveau de l'Echangeur de Limete. En effet, une foule immense avec à sa tête Jean Pierre Bemba, l'un des leaders de Lamuka qui a quitté la place Pascal à la Tshangu a été stoppée à l’entrée de la commune de Limete. 

Cette foule scandant des chansons contre l'entérinement de Ronsard Malonda grossissait à force qu'elle avançait.

Vue de haut, c'était une marée humaine qui serpentait le boulevard Lumumba remontant pont Matete avant de gagner l'échangeur de Limete où les autres manifestants attendaient pour grossir le rang. Mais, c'était sans compter avec l'important dispositif sécuritaire anti-émeute placé à ce niveau par la police. En effet, le largage des bombes à gaz lacrymogène ne s'est pas fait attendre pour disperser les manifestants.

Toutes les tentatives des manifestants ont été vouées à l'échec. Des tirs des bombes à Gaz Lacrymogènes et des véhicules anti-émeute à l'eau chaude mis en action ont suffi pour arrêter les marcheurs à ce niveau-là.

Dans cette confusion Jean Pierre Bemba réussira à s'exfiltrer pour regagner sa résidence.  Quelques manifestants ont été interpellés par la police. 

Le président du MLC déplore néanmoins les cas de brutalité signalés dans certaines provinces où les marches ont été empêchées.

© Radio Okapi

RDC : le gouvernement réitère sa décision de ne pas autoriser les marches de ce lundi, la police sera déployée

Le Premier ministre a présidé ce dimanche 12 juillet, une réunion autour de quelques ministres et responsables des services de sécurité civils et militaires pour évaluer la marche du jeudi 09 juillet dernier et pencher sur les marches prévues ce lundi 13 juillet.

A propos des marches prévues demain à travers le pays par la plateforme politique Lamuka, le gouvernement rappelle l’interdiction de tout rassemblement public dans ce contexte d’état d’urgence.

« Pour ce qui est des manifestations publiques projetées demain 13 juillet 2020, ils réaffirment qu’il est formellement interdit à travers tout le pays d’organiser des manifestations publiques pour quelques motifs que ce soit pendant cette période d’état d’urgence décrétée par son excellence monsieur le Président de la République Chef de l’Etat », a dit le ministre de l’Intérieur, qui a lu le compte-rendu de la réunion.
Gilbert Kankonde a également invité la population à “ne pas céder à toute forme de manipulation l’incitant à manifester dans la rue” car “la Police nationale congolaise est instruite à assurer la sécurité des personnes et de leurs biens et de veiller scrupuleusement au respect de l’interdiction des manifestations publiques pendant cette période d’urgence sanitaire”.

La plateforme politique Lamuka a prévu une série des marches ce lundi à travers le pays, pour dénoncer entre autre l’entérinement de Ronsard Malonda à la tête de la CENI par l'Assemblée nationale. Outre Kinshasa, des manifestations sont également annoncées dans les provinces du Lualaba, Sud-Kivu, Kongo Central, Haut-Katanga ou encore Nord-Ubangi etc.

© ACTUALITECD

Dimanche 12 juillet 2020

RDC : Jean-Pierre Bemba salue le « bilan positif » de la marche contre le nouveau président de la Ceni

13 juillet 2020 à 17h16 | Par Jeune Afrique avec AFP

Des milliers de personnes se sont rassemblées lundi à Kinshasa pour une marche interdite par les autorités contre le choix d’un nouveau président de la Commission électorale, quatre jours après des affrontements qui ont fait cinq morts. Jean-Pierre Bemba, seul leader de la coalition Lamuka à s’être joint aux manifestants, s’est félicité de l’ampleur de la mobilisation.

Les manifestants ont envahi le boulevard Lumumba, en présence de l’ancien chef de guerre Jean-Pierre Bemba, un des leaders de l’opposition. La manifestation, qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes, a été le théâtre de heurts, en début d’après-midi, au niveau de l’échangeur de Limete, où les forces de l’ordre avaient pris position pour bloquer la poursuite de la marche, tirant des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.

Beni : le général major Peter Cirimwami prend la tête des opérations Sokala1 Grand Nord

Marche de Lamuka à Kinshasa : Jean-Pierre Bemba se félicite de la forte mobilisation

Publié le ven, 24/07/2020

Le général major Jacques Nduru Ytshaligonza a cédé ce vendredi 24 son fauteuil à son ex adjoint aussi promu, le général major Peter Cirimwami. La Cérémonie de remise et reprise a eu lieu au quartier général des opérations Sokola 1 à Paida.

Arrivé à la tête de ces opérations militaires en tant que général de brigade en septembre dernier, le général Jacques Nduru Ytshaligonza promu au grade de général major le 17 juillet dernier par décret présidentiel, cède sa place 10 mois après à son ex adjoint, le général Peter Cirimwami, lui aussi promu au grade de général-major.

Pour le général-major Jacques Ytshaligonza, c’est avec satisfaction qu’il quitte la ville de Beni.

« Je quitte Beni tête haute, tout ce que nous avions fait nous étions ensemble avec vous-même. Tous les bastions ennemis qu’on venait de détruire, on l’a détruit ensemble, et je pense qu’aujourd’hui il nous reste la stabilisation. Et la population de Beni nous a vraiment soutenu et elle nous a vraiment appuyé », a affirmé le général major Jacques Ytshaligonza.

De son côté le général major Peter Cirimwami promet de continuer le travail commencé avec son prédécesseur :

« Vous nous laissez un Etat-major avec lequel on a cohabité en harmonie, ça signifie que l’état final recherché par l’autorité suprême, nous allons l’atteindre au prix de notre sang, parce que notre population a tant souffert et aujourd’hui c’est moi qui ai l’étendard d’atteindre l’état final recherché ».   

Le général major, Jacques Nduru Ytshalingoza est affecté comme commandant second à la 2e zone de défense qui renferme l’ex Katanga et les Kasaï. 

© Radio Okapi