Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum
Emploi
Notes de lecture
Liens

INTERVIEW AVEC JORDAN KUSA

Congo Vision reçoit Jordan Kusa, ancien musicien de Quartier Latin de Koffi Olomide. Ce chanteur de charme ne fait plus partie de Quartier Latin. Il réside présentement à Atlanta dans l'état de Géorgie aux Etats-Unis. Il nous livre
ses opinions sur sa carrière musicale, son ancien boss, et son album

« Danger de Mort ».

Congo Vision : Vous avez évolué pendant 6 ans au sein de Quartier Latin de Koffi Olomide, comment êtes-vous arrivé là ?

Jordan Kusa
(Cliquez pour agrandir)

Jordan KUSA : Avant d'être engagé par Koffi Olomide, il fallait d'abord que je passe un test. C'est ce passage qui m'avait permis d'évoluer au sein du Quartier Latin pendant 6 ans.

Congo Vision : Pouvez-vous nous parler de votre parcours musical ? Beaucoup de Congolais ne vous ont découvert que dans Quartier Latin.

J.K : Ma carrière musicale a débuté dans la commune de Bandal au sein de l'orchestre « La Nova Star ». Après avoir presté au sein de ce dernier, j'avais poursuivi ma carrière dans différents orchestres à savoir : Golden Tchatcho, Wenge Kumbela et autres pour enfin débarquer dans Quartier Latin.

Congo Vision : Vous venez de quitter l'orchestre Quartier Latin, pouvons-nous connaître les raisons de votre départ ?

J.K : Je me considère toujours comme un des membres de Quartier Latin. Toutefois, je me suis déplacé ici aux USA pour réaliser mon Album intitulé « Danger de Mort ».

Congo Vision : Koffi Olomide vient d'être plébiscité lauréat du prix Kora pour  meilleur artiste Africain de la décennie. A travers Koffi Olomide, c'est tout l'orchestre Quartier Latin auquel vous aviez fait partie qui vient d'être honoré.  Quelle est votre réaction à cet acte de reconnaissance ?

J.K : Je profite de cette occasion pour présenter mes félicitations à Koffi Olomide et, à travers lui, à l'orchestre Quartier Latin tout entier pour le travail que nous avons réalisé ensemble. Cet acte de reconnaissance de notre ensemble musical est le couronnement de beaucoup d'efforts et de sacrifices réalisés par le groupe.

Congo Vision : Dans « Monde Arabe », vous aviez déclaré : « Nous vivons ensemble et nous mourrons ensemble ». Vous faisiez allusion à l'harmonie au sein de Quartier Latin. Qu'est-ce qui s'est passé après? Vous ne faites plus partie de Quartier Latin…

J.K : Je reconnais l'avoir dit parce que nous avons toujours été ensemble. Une harmonie a toujours existé au sein de Quartier Latin. Toutefois, je pense que les initiatives objectives restent à encourager. Comme je vous l'ai dit, je me considère toujours comme membre de ce groupe.

Congo Vision : Que représente Koffi Olomide pour vous ?

J.K : Pour moi, Koffi Olomide est un grand frère. C'est grâce à lui que je me suis fait connaître à travers le monde entier. Tous les mélomanes m'apprécient beaucoup à cause de mes prestations auprès de la formation musicale qu'il dirige avec brio. Donc, il mérite bien des fleurs. En fait, c'est lui qui m'a rendu célèbre.

Congo Vision : En dépit de nombreux départs à travers les années, l'orchestre Quartier Latin demeure un des orchestres les plus en vue en Afrique. Qu'est-ce qui fait la force de Quartier Latin ?

J.K : Notre secret réside dans le travail d'équipe. Nous sommes obligés de collaborer ensemble pour qu'il y ait cohésion. Chacun de nous contribuait dans les chansons et donnait le meilleur de lui-même. Bref, c'est ce travail dur dans un même esprit qui nous rend fort.

Congo Vision : Vous êtes présentement aux Etats-Unis. Comptez-vous poursuivre votre carrière musicale ici ou comptez-vous rentrer au pays ?

J.K : Je vis toujours au Congo. Ma maison de production est basée ici aux USA. Pour des raisons professionnelles, je me retrouve très souvent aux Etats-Unis.

Congo Vision : Quel est le meilleur souvenir de votre carrière musicale ?

J.K : Tout au long de ma carrière musicale, il n'y a pas eu des meilleurs souvenirs. Par contre, il n y a eu que des beaux moments. Un de ces beaux moments, c'est ma présence ici aux Etats-Unis d'Amérique.

Congo Vision : Quel est votre avis sur le phénomène Libanga dans la musique congolaise?

J.K : Ce phénomène joue un rôle très efficace dans notre musique. Les dédicaces que nous faisons nous font ouvrir d'autres portes et nous créent des relations d'affaires. Ceux qui sont concernés se font également connaître au sein de l'opinion. Le phénomène Libanga fait partie du marketing de l'album.

Congo Vision : A votre avis, la polémique dans l'espace musical congolais joue-t-elle un rôle positif ou négatif ?

J.K : La polémique au sein de la musique congolaise joue un rôle négatif. Un artiste musicien a tout intérêt à préserver sa réputation au lieu de se lancer dans la polémique. Le musicien qui se comporte de cette façon sera jugé négativement par les mélomanes et par conséquent risque de perdre sa crédibilité.

Congo Vision : Quels sont vos projets à venir ?

J.K : D'ici là, je vais travailler sur la sortie de mon prochain album intitulé « 7 années de vache maigre » qui sortira en été 2006.

Congo Vision : Vous venez de sortir un album qui s'intitule « Danger de Mort ». « Danger de Mort » est le titre annoncé du prochain album de Quartier Latin... N'est-ce pas là un conflit ouvert? Pourquoi n'avez-vous pas choisi un autre titre ?

J.K : Nous nous sommes tous inspirés de ce nom quand on travaillait dans Quartier Latin. Et je crois bien que c'est tout à fait normal que n'importe qui du groupe l'utilise.

Congo Vision : Qui vous a aidé à produire cet album ?

J.K : J'ai un producteur. Il s'appelle Yves TCHOUTA. Il est ici aux U.S.A.

Congo Vision: Parlez-nous des titres de chansons contenues dans cet album?

J.K : Mon album contient 5 titres qui sont : 1. Danger de mort, 2. Love de mon cœur ; 3. Insomnie ; 4. C'est quoi l'amour ; 5. On est où là.

Congo Vision : Votre mot de la fin ?

J.K : Je remercie tout d'abord Congo Vision pour m'avoir accordé cette interview. Je demande à tous les hommes de Dieu de prier pour que la véritable paix revienne au pays afin que la RD Congo retrouve sa place dans le concert des nations. Mon souhait le plus ardent est de voir ce nouveau chef-d'œuvre atteindre tous les mélomanes et fans à travers le monde. Que tous apprécient mon album sans polémique. Enfin, mes remerciements s'adressent à tous ceux, qui de près ou de loin ont contribué à la réalisation et à la réussite de cet album « Danger de Mort ». Que Dieu vous bénisse.

Propos recueillis par Sylvestre Ngoma, Congo Vision.

12 janvier 2006

Réagissez à cette interview

Ecouter aussi Love de mon coeur

Contact : jordankusamabeleyankolo@hotmail.com


******************** *******************

 
 
Copyright © 2006 Congo Vision. Tous droits réservés.