Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

Une femme Congolaise meurt à Londres ; la famille accuse le mari

Triste nouvelle à Londres. Il est environ 17hr lorsque j'entre dans le bâtiment qui abrite la plupart de bureaux de pasteurs congolais et autres services communautaires. Mon téléphone sonne et mon correspondant cherche une information auprès de moi… «Bonjour papa renaissance (c'est ainsi qu'on désigne dans la communauté l'Editeur du magazine LA RENAISSANCE) ; bino ba panzi sango, il parait pasteur Roger V abomi mwasi na ye … » ; Traduisons la dernière partie : « salut Monsieur l'Editeur de La Renaissance, saviez-vous que le pasteur Roger V vient de tuer sa femme ? »

C'est la moindre de question que je pouvais m'attendre dans cette fin de journée. Rapidement je fais sortir mon carnet d'adresses et les coups de fil s'en suivent. Confirmation : une femme congolaise, dont le mari est un autre opportuniste autoproclamé « pasteur » vient de rendre l'âme dans sa maison à l'Est de Londres.

Le métier d'informer étant si délicat dans de tels cas, il fallait passer vite à la collecte de preuves… aussitôt dit, aussitôt fait ; Il faut dire en passant que je connais personnellement le couple. Je me dirige vers East London, mais déjà à 100 m de la maison conjugale le cordon de policiers prouve déjà le drame. Pas d'accès. Il est déjà 20hr à Londres, le lieu est encercle…

En tant que criminologiste diplômé, je me permets de recueillir les premiers témoignages autour du lieu du crime.

1. Les voisins avancent qu'ils auront entendu de bruits de dispute chez les voisins la nuit précédente et pour une longue durée…

2. Le mari pasteur déclare avoir trouvé sa femme morte et c'est ainsi qu'il est allé à la police. Crise cardiaque ? Reste à prouver. L'autopsie pourra établir si blessures il y en a eu, l'heure de la mort et quelques données cliniques pour éclairer l'enquête policière.

3. La femme s'est suicidée… la famille de celle-ci rejette catégoriquement cette version.

4. L'homme a échoué dans sa mission de devenir pasteur ; il a récemment fermé son « ligablo » et est redevenu membre (brebis ou mouton) simple d'une église de la place ; mais dans la communauté il garde toujours cette appellation de « pasteur ».

Nous évitons d'avancer nos trouvailles selon nos investigations pour éviter que l'information soit déformée au profit ou inconvénient du premier accusé/suspect qui est le mari. A l'heure que notre rédaction envoyait ce message, le pasteur était entrain d'être entendu dans un poste de police de la place.

La Renaissance magazine ne peut que présenter ses condoléances à la famille éprouvée car nous avions personnellement assiste à la célébration de ce mariage. Nous évitons de citer les noms complets du suspect et de la victime pour l'instant mais nous vous promettons tous les détails le lundi 17 Mai 2010.

Un rappel sur les conflits conjugaux

Un des aspects les plus délicats d'une relation conjugale est la gestion des conflits. Si l'on a souvent considéré qu'un couple qui n'a pas de dispute était un signe de bonne santé, force est de constater que le couple vit et se construit de façon progressive, par différentes étapes, qui sont  elles-mêmes rythmées par des périodes de crises. Dieu a crée la vie et la mort afin de nous éprouver. Qui d'entre nous fera acte de Bienfaisance ? Cette compétition de l'homme et de la femme dans l'œuvre pie est l'une des conditions de l'épreuve. En effet, notre vie ici-bas n'est qu'un examen de passage vers la vie éternelle.

Ces contrariétés qui font parfois notre quotidien sont-elles inévitables ? Quand interviennent- elles ? Quelles sont les attitudes à adopter face à ces crises ?

Comment parler de crise, de conflits dans le couple sans trop alarmer, sans dramatiser mais en permettant de mieux comprendre et de réagir de façon constructive ?
Toute vie est une lutte contre la mort. Si, pour les chrétiens, le Christ a vaincu la mort et ouvert cette voie d'éternité inaccessible à l'homme, il n'est pas venu le faire en supprimant la lutte. La condition humaine implique au plus profond de soi ce combat de la vie contre la mort, du bien contre le mal, de l'amour contre la haine. Chacun doit prendre sa destinée en main en défrichant en lui, en repérant ce qui donne vie et ce qui porte la mort, le bon grain et l'ivraie inextricablement mêlés. Il est parfois bien difficile de trouver la juste attitude entre ce qui semble nous faire du bien en libérant des mouvements agressifs incontrôlés et ce qui, en les refoulant, nous tue à petit feu ! Toute crise est le signe d'une confusion plus ou moins intense dans la régulation entre nos demandes affectives, nos désirs et les valeurs qui nous animent. Il est normal que les épreuves nous mettent mal à l'aise, entament notre sérénité, fragilisent notre sécurité et révèlent notre vulnérabilité. Mais, quand elles ébranlent notre équilibre, la crise est là, et il nous faut reconstruire un équilibre neuf pour retrouver le dynamisme de la vie.

Violences conjugales

De quoi s'agit-il ?

Dans un conflit conjugal, il y a désaccord mais les deux partenaires s'expriment et la parole de l'autre est prise en compte. La négociation est possible.

Dans la violence conjugale, l'un des partenaires impose ses règles et maintient l'autre sous son emprise.

Violence psychologique :

Dénigrer, menacer, faire du chantage, contrôler sa partenaire (déplacements, fréquentations… )

Violence verbale :

Faire des menaces de mort, utiliser un ton menaçant, hurler, insulter…

Violence physique :

Gifler, donner des coups avec ou sans objet, menacer avec une arme, tenter d'étrangler, empêcher de sortir, empêcher d'accéder à son domicile…

Violence économique :

Priver de ressources, interdire l'exercice d'un emploi, détourner le salaire, détourner les allocations, contrôler les dépenses…

Violence sexuelle:

Imposer une relation sexuelle, forcer à des pratiques pornographiques, prostituer sa partenaire…

Violence administrative :

Être privée de ses papiers administratifs (carte de séjour, carte d'identité, livret de famille…) ou que l'obtention du titre de séjour dépende de l'auteur des violences.

Toutes ces violences génèrent des tensions insupportables qui maintiennent dans la peur et l'insécurité.

Le cycle de la violence :
un processus qui se déroule en 4 phases :

 Phase I.
Auteur : insatisfaction, montée de la tension
Victime : crainte, peur

Phase II.
Auteur : violences physiques, psychologiques, sexuelles …
Victime : Colère, tristesse, honte

 Phase III.
Auteur : Transfert de responsabilité sur la victime, nie la gravité des faits.
Victime : culpabilisation, auto-accusation, repli sur soi.

 Phase IV.
Auteur : cherche à obtenir le pardon : promesses, gage d'amour
Victime : espoir de changement, effort pour minimiser ou oublier les faits.

Ce cycle se reproduit à fréquence plus ou moins régulière.

Généralement les violences s'aggravent et peuvent aller jusqu'à la mort.

Hubert Kibambe/ Editor and Project Manager
La Renaissance Magazine
magazine_renaissance@hotmail.com

19/05/2010

© Congo Vision


Participez au forum


 
 
Copyright © 2010 Congo Vision. Tous droits réservés.