Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA AU CONGO

La RD Congo a un taux de prévalence du VIH/SIDA estimé à 4,5%. Le pays compte à ce jour 2,610 millions des personnes vivant avec le VIH/SIDA. Comment faut-il combattre ce fléau au Congo? Vos réactions nous intéressent

VOS REACTIONS


ALLO LES  ASSOCIATIONS  pour le SIDA

Unissons nous, les Associations, pour aides des personnes infectées. Ouvrir des Centres de dépistage gratuit. Obliger aux gens de préservatif. Apprendre á nos enfants dés bas age (école primaire), (les mikolos les abusent). Je suis l´une de femme qui est prete á travailler bénévolant pour ´s´occupe des personnes inféctées et les enfants vivant á kinshasa. Nous demandons au gens qui ont des stocks des médicaments qui puisse aider gratuitement les personnes agées et les petits enfants malades de nous contacter. fa1ts@hotmail.com

Bea Botombe
fa1ts@hotmail.com


Sida

Je pense que le Sida est un probleme social et comme tel il ne pourrait pas etre traité isolement. L'amelioration de conditions socio-économiques ainsi que le rehaussement des valeurs morales et ethiques pouuront sensiblement reduire le sida. Je ne suis pas trop pour les preservatifs car les relations sexuelles sont plus un acte sentimental que rationel. Le sentiment absorbe souvent la rationalité. On pouurrait rencontrer un(e) partenaire aucasionel(le) on pourrait se proteger pendannt les premieres rencontres apres l'on se cree une sorte de familiarité dont  l'usage du preservatif devient moins courtois. Aussi la sexualité c'est la partie animale de l'homme, un verre de trop, l'on palpite et l'on va pied-nu avec toutes ses consequences. Un environement socio-economique positif, une discipline personelle, l'abstinence et la fidelité pourront aider a reduire le sida Un jour, une heure, une munite, une seconde meme de notre vie livré a un acte pourrait affecter totalement le reste de notre vie. Tout comme apres avoir appuyer le doight a la gachette pendant une seconde, l'on tue une personne et l'on passe le reste de sa vie en prison; un plaisir sexuel de moins de 5 minutes pourrait affecter negativement notre vie avec des consequences inimaginables.

Moba Mwanzele Bona
bonamoba@yahoo.fr


Approprions-nous tous la lutte vs VIH

L'arme la plus efficace contre la propagation du VIH, c'est la prévention; dans celle-ci y compris l'éducation, l'accès au dépistage, et la prise en charge des malades. Ensuite, le gouvernement doit s'impliquer dans la lutte en formulant des stratégies de lutte bien appropriées et il doit allouer des ressources qui peuvent aider les acteurs impliques dans la lutte à exécuter les stratégies planifiés. Et enfin, tout fils et toute fille du pays doit se sentir concerne. Souvent, on a tendance a ne pas s'en faire quand le VIH ne s'est pas encore senti très proche de soi---ahh c'est leur affaire!!! Dit-on! Il y a trois ans que je me suis personnellement implique dans la lutte contre cette pandémie. A chaque fois que les actions de mon organisation, African Salvation Group Corp ( www.asgroup.org ), amène un des participants a nos ateliers de l'éducation preventive a se faire depister, c'est un soulagement et une gratification d'un effort sans cout. Ca m'indigne souvent quand je trouve que la majorité des compatriotes congolais, une fois expatries, voient les affaires du Congo comme étant les affaires qui ne les concernent pas parce que nos dirigeants sont irresponsables, incompétents, corrompus, ou quoi que ce soit. C'est une grosse erreur, je leur montre souvent. On se sent bien que chez soi. Je vis aux USA il y a à peu près 20 ans et je ne me suis jamais considère Américain et je ne me considérerais jamais Américain. Et je cherche à chaque occasion à  allouer le peu que j'ai à améliorer la situation de mon pays. Alors je demande à tout compatriote Congolais de s'impliquer non seulement dans cette lutte et aussi dans les affaires du grand Congo.

Felly Katalay
fellyk@asgroup.org


D'où vient le sida???

Je réside au Brésil dans la ville de Sao Paulo. J'ai suivi un reportage à la télé qui disait que d'après une certaine étude réalisée dans une université le sida viendrait de l'Afrique principalement des singes. Est-ce vrai ?

Mons Kalonji
monskalonji@hotmail.com


La lutte contre le sida

Chers compatriotes,
Nous pouvons écrire et parler autant de fois sur le VIH/Sida, si longtemps que nous aurons un gouvernement irresponsable, incapable qui est en place; la situation ne va pas s'améliorer. Commençons d'abord par organiser notre gouvernement avant de parler sur quoi que ce soit au Congo. C'est mon opinion. Mes respects à tous.


Sida comme arme de guerre au Congo R.D.

Chers frères,

Je suis très attristé de voir se réaliser ce que j'ai toujours craint depuis presque six ans, quand j'ai lancé l'allarme avec cet article ci-joint qui dénonçait l'usage du Sida comme arme de guerre sur notre territoire par les agresseurs. En attendant qu'on nous rende justice du tort subit, il ne reste maintenant que retrousser les manches et travailler dur pour éviter que le rêve et le vouloir des envahisseurs ne s'accomplissent. Pour cela, j'inviterais à vous tous chers compatriotes à prendre conscience de la gravité du phénomène en utilisant la seule arme qu'on a: la prévention qui consiste dans la sensibilisation de notre peuple à tenir des comportements responsables çad un changement radical de la mentalité. Que Dieu assiste le Congo! Dr. MBUYA B.Rémy - Rome/Italie
Violà le texte intégral de mon article publié en Juin 2000.  

PEUT-ON UTILISER LE SIDA COMME ARME DE GUERRE OU MIEUX "ARME VIROLOGIQUE »
Le 10 janvier de cette année, lors d'une réunion tant spéciale qu'extraordinaire du Conseil de Sécurité consacrée à l'épidémie du sida en Afrique, l'ONU déclare que cette maladie est une guerre.

Au cours de la même séance, Peter Piot, Directeur de l'ONUSIDA (une agence sanitaire des Nations Unies) commentera que l'infection du VIH et les conflits armés sont liés comme des jumeaux diaboliques. Pour couronner enfin l'opéra du conseil de sécurité, Kofi Annan, secrétaire général de l'ONU, tenait à préciser que la décision prise par cette institution, de considérer la lutte contre le SIDA comme une prioté, était louable car elle avait démontré « son sens de responsabilité » et a fait valoir « son rôle d'organe chargé du mantien de la paix ».
A ce « bel exploit » s'est joint James Wolfenson, Président de la Banque Mondiale qui, à priori, avait estimé la somme nécessaire pour prévenir l'épidémie en Afrique. [ 1 ] 
Puis-je considérer cet événement comme une moquérie internationale? C'est la question que se posent aussi mes frères de Act Up-Paris. [ 2 ] 
Ceci parce que, d'une part, les Nations Unies et son Conseil de Sécurité ne se sont jamais engagés à fond pour sensibiliser ou aider tous les pays qui cherchent désespéremment à combattre certains comportements qui sont à la base de l'expansion de cette épidemie tels le tourisme sexuel, la pauvreté, et tant d'autres.
D'autre part, comme congolais, j'ai été incité à poser la question de savoir si la façon cruelle et criminelle dont le sida est répandu sur mon territoire national, est aussi considérée comme une priorité par ces respectueuses institutions ?
Colette Braekman, une journaliste belge [ 3 ], la MISNA et tant d'autres organes de presse internationale ont dénoncé et signalé à plusieurs reprises la présence sur le territoire congolais (R.D. du Congo) des militaires rwandais et ougandais reconnus déjà séropositifs mais qui ont tout de même été envoyés par leurs gouvernements respectifs pour utiliser ce virus du VIH comme « arme de guerre » ou si vous voulez « arme virologique » ( pour complèter la nomenclature : arme nucléaire, arme chimique, arme bactériologique).

Tout expert du SIDA sait combien est très haut le risque d'infection pour une femme violée par un homme séropostif par rapport à une autre qui a eu un contact sexuel normal ; risque qui devient incalculable si  la femme qui a subit ce genre de violence était vierge.
C'est pourquoi, dans de pareilles circonstances, un traitement avec les antirétroviraux (médicaments contre le SIDA) est recommandé avec urgence sans pouvoir attendre le test du dépistage. Beaucoup de gens n'étaient pas surpris quand, au début du mois Mai, la RAI (la télévion italienne, chaine nationale) a transmis un documentaire qui parlait d'une recrudescence du taux des séropositives parmi les femmes de 12 à 45 ans dans le Nord-Est de la R.D. Congo dans ces deux dernières années. Etant congolais et studieux de cette maladie, j'avais espéré et prié que cette préparation à l'extermination de masse soit restée au niveau de l'imagination ; mais malheureusement cette triste réalité s'est vérifiée.

Et devant des faits similaires, sachant au préalable que personne n'osera assumer ses propres responsabilités, les congolais et tous ceux qui veulent réellement combattre le SIDA  ne peuvent ne pas se poser ces questions, espérant que le monde ne reste pas sourd et qu'un jour qu'il puisse leur répondre :
- Pourquoi l'ONU n'a pas constitué une commission dìenquête à peine les gens ont commencé à parler de ce problème ?
- Qui supportera tous ces coûts énormes de la thérapie contre le SIDA (bien qu'on puisse déjà imaginer la fin des ces condamnés à mort) ?
- Quel est le crime qui doit être jugé : le viol lui-même ou l'usage du SIDA comme arme de guerre ?
- Quels genres de preventions seront utilisées pour éviter que le SIDA ne dévaste tout le territoire congolais ?
- Qui s'occupera des enfants au bord du gouffre càd les orphélins des parents morts du SIDA ?
- Fallait-il utiliser ce genre de crime pour arracher à un peuple sa richesse ?
- Et quand toutes les preuves seront rassemblées (si jamais cela n'arrivait), qui est ce que la R.D. du Congo portera devant le Tribunal Pénal International : le Rwanda, l'Ouganda ou les Nations Unies pour son silence interprété par le congolais comme une bénédiction ? 

Je voudrais par la suite, informer l'ONU que l'événement du 10 janvier de cette année n'a pas été interprété en Afrique comme un salut mais plutôt comme une énième gifle [ 2 ] et aussi comme une offense pour tout congolais et toute personne qui voudrait bien voir éradiquer l'infection du VIH.
On peut déjà imaginer un bon nombre de gens dire que ce n'étaient pas les Nations Unies à envoyer les militaires séropositifs à commettre ce crime contre l'humanité mais les africains eux- mêmes (certains gouvernements africains sans pour autant oublier l'ombre de leurs alliés).
Certes, les Nations Unies ne l'ont pas fait (comme elles n'ont rien fait pour l'empêcher) mais si une grande part de responsabilité leur est attribuée, c'est puisque Elles et l'ensemble de ses institutions sont reconnues ou se définissent «Organes du maintient de la paix » et à ce propos, je tiens à leur dire que le secret de la paix véritable réside dans le respet des droits humains. [ 4, 5 ]
Ainsi, au nom de tous les congolais et de tous ceux qui veulent réellement combattre l'infection du VIH , je voudrais demander au gouvernement Italien, à l'Union Européenne qu'une commission d'enquête soit constituée dans le Nord-Est de la République Democratique du Congo pour qu'enfin la vérité soit établie avant que le sida ne décime toute la population congolaise et que la haine ne prenne le dessus sur les rescapés.

Je voudrais, par ailleurs, inviter tous les organismes des droits de l'homme à réclamer avec moi cette commission d'enquête pour définir la responsabilité de toute personne ou institution ayant participé à l'accomplissement de cette atrocité.
Si j'écris et dénonce tout ceci, ce n'est pas parce que ce genre de crime a été commis sur le territoire congolais mais plutôt pour qu'une pareille histoire si horrible que criminelle ne puisse plus  se répétér dans n'importe quel autre coin du monde.
Quoi qu'il en soit, désormais, les congolais ont su, savent et sauront que sur leur terre a été commis un des crimes les plus sadiques et odieux que le monde ait connu.
Une histoire difficile à oublier !

[ 1 ] : Cfr : le monde du 29 javier 2000
[ 2 ] : Act Up-paris, http://www.actupparis.org/monde/guerre.html
[ 3 ]: Le monde diplomatique d'octobre 1999
[ 4 ] : Message du Pape Jean Paul II pour la célébration de la journée mondiale de la paix du 1 er
          Janvier 1999
[ 5 ] : Redemptor hominis (4 Mars 1979), n° 17 : AAS71(1979), P.296 ;
         La Documentation Catholique 76 (1979), pp.312-313.


Rome, le 14 Juin 2000.

Dr. MBUYA B. Rémy
Faculté de Médecine et Chirurgie (A.GEMELLI)
Université Catholique du Sacré-Coeur-Rome-Italie
mbuyaremy@yahoo.fr


Origine du Sida

Selon les chercheurs Américains le VIH SIDA pourrait de l'origine Africaine. Sur le même point d'idée la consommation de la viande du grand singe gorille, vrai ou faux? Mais vous savez, ces fameux chercheurs font tout pour faire porter cette charge de malheur aux africains. Conseil bénévole: protection sexuelle, injection, lame de gilette, tondeuse, éviter la consommation du grand singe, puisque la maladie n'a pas encore un vrai remède.

NEE AU CONGO


A propos du vih

Est-ce qu'il y a dans ce pays au moins une campagne de prévention et de communication à ce fléau, la presse audiovisuelle et écrite et le gouvernement consacrent-ils au moins une journée par an pour essayer d'informer la population? C'est grave deux millions et demi de gens contaminés, et combien ont-ils droits aux soins? J'aimérai et souhaiterai entrer en contact avec une ONG sérieuse qui s'occupe des personnes infectées vivant à Kinshasa ou tout simplement faire connaissance avec une personne  qui serait touchée en vue d'essayer de collecter des médicaments antiviraux, je sais que si je lance un message dans ce sens ici en France, au niveau des associations qui s'occupent des malades ici, il y aurait des gens malades qui possedent des stock des medicaments qu'ils n'utilisent plus ou soit ils ont changé des medicaments ou soit ont arrêter momentanément le traitement, se solidariseraient, et que je puisse trouver les moyens pour les envoyer à Kinshasa et que cela puisse vraiment aider gratuitement, sans frais quelconque, les personnes malades. Il faut que tous , chacun comme il le peut, essayer d'aider nos frères qui n'ont pas accès comme ici en Europe aux soins, même si ma contribution sera une goute d'eau dans un océan, je préfere au moins tenter cette idée qui a toujours traversé mon esprit.

Akhenaton
arambee_2006@yahoo.fr


Ma participation pour la lutte contre le VIH/SIDA en RDC

Je pense que tout peut basculer dès qu'on a un gouvernement responsable c-à-d capable de créer la croissance et qui dit croissance c'est du boulot. Que les gens reçoivent un Smic digne leur permettant de mieux vivre car bcp des gens se livrent à la prostitution au Congo pour trouver à manger! Dès que le peuple ne mangera pas à sa faim ce fléau va ravager le pays! Ces personnes atteintes sont abandonnées par l'Etat sans aucune prise en charge comme c'est le cas dans d'autres pays!Selon moi après identification des malades il leur faut un suivie par les assistants sociaux ou personnels médicaux pour l'encourager et de s'accepter dans cette condition de maladie et enfin lui parler des conséquences intentionnelles à vouloir infecter les autres! Par ailleurs, que les députés adoptent une loi visant à sanctionner durement toute personne declarée malade du VIH/SIDA qui serait tentée de transmettre à d'autres par mauvaise volonté.

Gabriel Maindo
felmukoma@yahoo.fr


La solution

Le Probleme de l'expansion du vih c'est l'identification parce que la recherche n'a pas encore porté ses fruits. Si on arrive à identifier le porteur, on peut reduire le nombre de transmission par voie sexuelle et drogue (seringue) à plus de 75%. Nous avons dernièrement enrollé plus de 25 millions d'electeurs, il suffit de demander à chacun de ces enrollés de faire un test vih avant de recevoir sa carte definitive d'identé. Celui ou celle qui est positif recoit un carte de couleur differente. Attention ! ce n'est pas de la discrimination du fait que la carte ne se fait voir que quand on la demande. Et si la carte d'identité ne vous parait pas bien choisi alors creons une carte de santé privée.

Kambale
kavuke_saint@web.de



FORUM SIDA

On ne peut que suivre l'exemple de certains pays concernant la lutte contre le sida.Encourager les hommes à porter les préservatifs et aux femmes  d'exiger le port des préservatifs à leurs paternaires. Aussi, ouvrir des centres de dépistage gratuit.

EKUTSHU YOLA
FREDDY91940@AOL.COM


Mon idée

Je suis Ngalula de nationalité congolaise, je vis a l etranger en france .
le mieux serai plutot d en parler dans des differentes ecoles car au congo tout ce qui est dialogue en famille reste un tabous, de l ecole primaire a partir de la 4 deja nous devons parler du sida car c est sont plutot ces petites filles qui de savent encores rien , qui sont souvent victimes d autant plusqu elles peuvent etre trompées par n importes qui. S'il y a moyen de  dispenser un cours pour discuter uniquement du VIH.

Joelle Ngalula
joycenshindu@yahoo.fr


Que faire  contre le sida

La problématique du sida dans notre pays a atteint un niveau tel qu'il n'est pas facile d'en discuter seulement entre compatriotes sur le net. D'ailleurs qui s'intéresse à cette question? Car derrière le sida, il y a le problème de la santé en général qui se pose. Les autorités du pays ont abandonné le secteur de la santé aux ONG, et dire qu'il y a bien un ministère de la santé, c'est-à-dire à la tête un ministre de la santé qui est payé pour notre bien-être. L'attention du pouvoir public est ailleurs. Quand il nous arrive d'y penser, sans doute qu'il est déjà trop tard. Quand on va voir le médécin, c'est pour formaliser le grand départ. La mort. Il y a donc à privilégier, à mon avis, ce que l'on appelle la prévention. Même si l'on sait qu'il n y a pas de médicament pour guérir le sida, connaître sa sérologie est un début de prévention. Le paradoxe est que avec le sida, malade ou pas, il faut se protéger. A celui qui est bien portant, pour le rester. A celui qui est malade pour bénéficier du suivi ou avoir une attitude responsable. Ne dit-on pas chez nous : kozanga koyeba ezali liwa ya ndambo!! Il n y a pas plus pire que de souffrir dans l'ignorance. Il n'est donc pas trop tard ppour que chacun de nous s'active à faire le point avec sa santé.

Nous avons chez nous des Ambassadeurs dignes de ce nom. Je veux parler des meneurs d'hommes. Entre autres les musiciens, les pasteurs. Qu'on le veuille ou non, ce sont-là des hommes et des femmes capable de galvaniser les foules sinon leurs fidèles. Ils peuvent aider à la réduction des risques.

D'après les statistiques, la plupart des cas de contamination chez nous le sont par voie sexuelle.., (nzela'mokuse) voilà pourquoi il faut accentuer la prévention sur ce terrain. Même les shegués commencent à faire des enfants entre eux.
Il faut tirer la sonnette d'alarme afin s'agit de limiter la casse.. On empechera à personne de boire le "café du pauvre", (et comment donc) mais que chacun prenne conscience du risque qu'il prend.

A bon entendeur...

Jean Lusilu Voza
voza5@yahoo.fr


 

Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.