Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

La décision de l'HAM d'annuler le débat contradictoire est sage et responsable!

La tension est dense au Congo à la veille du scrutin du deuxième tour de l'élection présidentielle entre le président sortant Mr. Joseph Kabila Kabange et le vice-président à l'ECOFIN, Mr. Jean Pierre Bemba Gombo. Cette tension est inquiétante dans la mesure où elle menace la sécurité des personnes et des biens pendant et après ce second tour des présidentielles au Congo.

En effet, la tension est réelle et manifeste. Premièrement, les deux candidats restés en lice pour le second tour des présidentielles se sont abstenus de battre campagne pour des raisons de sécurité. Deuxièmement, l'intolérance de divergences d'opinions a atteint un point de non retour qui s'est culminée par la violence physique des membres de l'un ou l'autre camp en présence. Mr. She Okitundu, Directeur de Cabinet du président sortant, a été victime de cette intolérance. Et plus récemment encore, Mr. Mobutu Nzanga subit le même sort de l'intolérance politique a Lisala et présentement à Gbadolite ou il est pris en otage a la radio Liberté du vice président Jean Pierre Bemba Gombo, dans la province de l'Equateur. Comme la violence appelle la violence, il y a des dérapages qui se manifestent au Katanga avec la violence physique contre ceux qui soutiennent la candidature de Jean Pierre Bemba Gombo. Troisièmement, il y a certes cette tendance de chercher à user de la violence pour prendre le pouvoir alors que les élections devraient être considérées comme la voie la plus pacifique pour atteindre cet objectif.

Dans une démocratie, le respect des libertés d'expression des citoyens est considéré comme un principe fondamental pour la stabilité politique d'un Etat de droit. Le choix de s'associer à l'un ou l'autre camp resté en lice pour le second tour des présidentielles est l'expression même de ce principe. Ce choix devrait être respecté. Cependant, la gestion manifeste de la violence par les partisans de deux camps bafoue ce principe et risque d'institutionnaliser une « culture  de violence », qui, si nous n'y prenons pas garde, risque de réinstaurer la « répression » comme méthode de gestion de divergences d'opinion politique dans notre société.

Des affrontements et attentats qui se multiplient à Kinshasa et partout ailleurs au Congo sont des résultantes des discours xénophobes et haineux qui se tiennent à la longueur des journées sur des chaines radio et télévision ; and dans les rues et quartiers de Kinshasa. Afin d'éviter d'ajouter de l'huile au feu, la décision de l'HAM d'annuler le débat contradictoire est sage et responsable. Elle est sage dans la mesure où elle prévient un danger « clair » et « réel » toutes ces conditions étant réunies. Cette décision est responsable dans la mesure où elle privilégie la sécurité de l'Etat et met l'intérêt national au dessus de l'intérêt individuel de l'un ou l'autre candidat.

Dans une société qui a besoin d'une « révolution morale », le temps n'est pas encore venu pour un débat de font, basé sur la civilité, la responsabilité et la comptabilité afin d'aider le souverain primaire à faire un choix judicieux de ses futurs dirigeants. La piètre prestation des candidats présidentiables au premier tour démontre à suffisance que la « culture » de l'homme fort ne s'est pas encore déracinée dans la mentalité de nos pseudo-dirigeants. Ce n'est pas un débat qui viendrait changer ce constat amer! La décision de l'HAM a ainsi épargné à notre peuple une nouvelle atteinte à sa dignité, déjà entamée!

Claver Lumana Pashi , Ph.D.

Cincinnati, Ohio USA
pashil@aol.com


Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.