Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

Les 3 Mousquetaires!

Le temps est l'allié fidèle de la vérité, car il finit toujours par la faire apparaître dans tout son éclat, même si durant des années, elle a été enfouie dans la boue du mensonge, de la médiocrité et de l'hypocrisie des hommes.

Au-delà de la mise en scène visant à légitimer le processus du vaste complot international pour le partage et le pillage des ressources de la RDC par les plus puissants lobbies politiques et financiers de notre planète, la vérité, elle, n'a pas tardé à percer le linceul du mensonge que les puissants de ce monde avaient jeté sur tout le peuple congolais, comme pour l'empêcher de voir le soleil de la justice qui brille sur son firmament.

Moins d'un mois seulement après la brillante cérémonie de son imposture, Joseph KABILA n'a pas su résister à la tentation d'enclencher le processus de l'occupation et de l'annexion de l'Est de notre pays, dont la dynamique avait été suspendue pendant la campagne électorale dans le but d'endormir la vigilance des Congolais, afin de ne pas compromettre la délicate opération de la légitimation de l'imposture. Dès que Joseph KABILA fut «placé» à la tête des institutions politiques de notre pays, aussitôt les deux autres maillons de la chaîne rwandaise, NKUNDABANTWARE et KAGAME, sont montés à l'avant scène de la politique congolaise. Chacun des trois acteurs joue à la chaise musicale le rôle qui lui a été dévolue dans le plan d'ensemble.

Alors que la communauté internationale, grâce à la machine de guerre occidentale qu'elle a importée en RDC pour prétendument assurer la sécurité durant et après les élections, avait assiégé la capitale congolaise, menaçant JP BEMBA de le détruire avec bien et famille s'il osait rejeter le résultat des élections et appeler le peuple congolais à la résistance, cette même communauté internationale s'est montrée curieusement laxiste, indulgente et bienveillante à l'égard d'un général rwandais, NKUNDABANTWARE qui, quelques temps seulement après les résultats définitifs des élections, a déclenché la guerre sur le territoire congolais, contre cette même «autorité congolaise» que la communauté internationale prétendait protéger, bec et ongles dehors, contre JP BEMBA et contre la colère du peuple congolais. Cette situation paraît d'autant plus cocasse que le monde entier sait que NKUNDABANTWARE est recherché par la justice internationale qui a prétendu jusqu'ici ne pas savoir le localiser pour l'arrêter!

Bien plus grave encore, après que NKUNDABANTWARE fut blessé au front et rapatrié chez lui, Joseph KABILA s'est empressé d'envoyer un général de l'armée congolaise, John NUMBI, pour aller poursuivre des négociations avec le blessé à ….Kigali où il se trouvait en soins sous la protection personnelle de Paul KAGAME ! Dans l'entre temps, les militaires congolais qui avaient été à la base de l'attaque qui a failli emporter NKUNDA, au lieu d'être félicités, ils ont été incarcérés après interrogatoire ! De qui se moque-t-on ? On ne peut mentir à tout un peuple pendant longtemps, même si on s'appelle communauté internationale!

Quels sont les vrais enjeux cachés derrière l'attaque de NKUNDA ?

Pour comprendre les vrais enjeux que cache cette guerre de l'Est qui surgit quelques jours seulement après la mascarade électorale que vient de connaître notre pays la RDC, il faut que le peuple congolais comprenne d'abord le scénario de cette mise en scène politique et militaire.

KABILA, NKUNDA et KAGAME sont les trois principaux acteurs qui se sont répartis des rôles dans le grand scénario de l'occupation de la RDC et de l'annexion d'une partie de son territoire . Ainsi, ce scénario vient-il de démarrer sous les yeux complices de la communauté internationale. NKUNDABATWARE a reçu le rôle d'ouvrir les hostilités en bénéficiant de sa couverture d'officier de l'armée congolaise «révolté» et « exigeant des garantis de sécurité pour ses troupes ». Mais en réalité, il s'agit d'un plan savamment étudié bien à l'avance. Dans tout ce qu'il entreprend, NKUNDA reçoit toutes ses directives de KAGAME et de KABILA. Il est assisté en hommes et en matériels à partir de Kigali via le Parc de Virunga et via Bunagana. Une autre axe d'assistance en provenance du Rwanda passe par Rugari jusqu'à Tongo dans le Bwito, et de là jusqu'à Kitchanga.

Le choix de la date d'attaque des troupes régulières de la RDC a été discutée et fixée, après une concertation secrète, par les trois officiers rwandais : KAGAME, KABILA et NKUNDA. Profitant ainsi de cette attaque comme le prévoyait leur schéma, Joseph KABILA a immédiatement instruit ses hommes d'ouvrir une négociation avec NKUNDA pour « garantir la paix à l'Est de la RDC ». Lui qui venait de déclarer urbi et orbi que la récréation est finie !

Cependant, le peuple congolais ignore jusqu'ici les vrais enjeux de ces négociations qui se déroulent loin de son regard, et très loin des préoccupations de la classe politique congolaise actuellement absorbée par la course au positionnement au sein des nouvelles institutions politiques. Ce choix du moment fait partis de la stratégie de l'action en cours. En effet, les dirigeants rwandais estiment, à tort ou à raison, que les hommes politiques congolais sont plus préoccupés par leurs propres intérêts personnels, plutôt que par l'avenir de leur peuple ou de leur pays. Au moment où ils sont tous préoccupés à se disputer les postes politiques dans les gouvernements et les parlements tant nationaux que provinciaux, personne ne s'intéressera à la crise à l'Est du pays !

Certains patriotes congolais qui participent aux négociations entre la délégation congolaise conduite par le Général John NUMBI et les majors SEKULI et MUCHO, émissaires de NKUDABANTWARE, nous ont fait parvenir leur rapport accablant et alarmant sur ce qui se passe actuellement à l'Est de notre pays. Contrairement à ce qu'on fait croire à l'opinion publique, les négociations qui se déroulent avec NKUNDA portent essentiellement sur trois revendications du gouvernement rwandais formulées par KAGAME :

Primo : KAGAME réclame « l'indemnisation du Rwanda par la RDC pour les 2000 soldats rwandais victimes (morts ou blessés) pendant la campagne de la RDC de 1996à 1997 » ;

Secundo : KAGAME réclame « l'indemnisation du gouvernement du Rwanda par la RDC pour toutes les dépenses consenties durant la même campagne de la RDC de 1996 à 1997 » ;

Tertio : KAGAME réclame « la récupération par le gouvernement du Rwanda des propriétés jadis achetées au gouvernement du Zaïre par l'ancien président Juvénal HABYARIMANA ». Il s'agit des pâturages pour élevage, des concessions forestières pour plantations et des tronçons de rivière contenant des gisements d'or et de coltan ! Mais voilà où le bas blesse : toutes ces propriétés sont situées dans les localités de Runyonyi, Sake et Kitchanga, et comme par hasard, toutes ces localités sont actuellement tenues par les hommes de NKUNDABANTWARE. Et bien plus, elles font toutes l'objet des fameux accords de LEMERA signés entre KAGAME et Laurent Désiré KABILA dans les conditions que chacun connaît ! Voilà les vrais enjeux des négociations en cours pour avoir la paix à l'Est de la République Démocratique du Congo!

Devant ce scandale, certains généraux et officiers congolais dont nous taisons les noms ont manifesté leur mécontentement. Malgré leur colère et leur disponibilité à recevoir les ordres pour éradiquer cette «rébellion» s'il en est une et qui cache mal les velléités d'occupation, Joseph KABILA a plutôt instruit le général John NUMBI d'aller négocier avec son «frère».

Cependant, la négociation n'a pas pour but, aux yeux de KABILA, d'amener la paix, elle constitue un prétexte pour le Rwanda de réaliser ses objectifs. Un détail illustre bien cette stratégie : les agents congolais qui assistent aux débats entre les deux délégations déplorent le niveau trop bas de la délégation du gouvernement congolais composée des hommes inexpérimentés et ne possédant aucune maîtrise du dossier. Par conséquent, ces délégués congolais qui ne sont pas à la hauteur du débat n'arrivent pas à défendre les intérêts de leur pays devant les experts rwandais et sud-africains. Tout cela est voulu et calculé d'avance par les trois généraux Rwandais pour faire passer les revendications rwandaises sur notre sol et sur nos richesses.

Par ailleurs, cette thèse se confirme quand on examine la composition de la délégation sud-africaine qui est sensée jouer le rôle de la médiation et qui pour ce faire, devrait être constituée essentiellement de diplomates expérimentés. Mais curieusement, la délégation sud-africaine est plutôt constituée d'experts et conseillers militaires, les mêmes qui avaient encadré James KABAREBE lors de la première guerre d'invasion du Zaïre de 1996 à 1997 ! Le peuple congolais peut donc aisément imaginer de quel côté se penchent les cœurs des «médiateurs» sud-africains dans ces négociations. Dans une émission de la radiotélévision sud-africaine SABC du lundi O8 janvier 2007, les animateurs sud-africains ne se sont pas gênés de révéler les intérêts de leur pays et la présence de leurs experts militaires aux côtés de leurs alliés rwandais lors des négociations qui se déroulent actuellement dans les massifs de la RDC.

Ce que nous avons dénoncé maintes fois arrive donc à son terme. Le plan du Rwanda entre donc dans sa phase finale. Seuls ceux qui sont aveuglés par le gain de l'argent ou du pouvoir ne veulent pas voir car ils ont peur de revoir le reflet de leur image ! Il n'y a pire aveugle que celui qui refuse de voir ! Tout Congolais, quel que soit son bord, est appelé à faire un dernier choix ! Le choix de l'honneur ! Quelles que soient les erreurs d'hier et d'aujourd'hui, nous devons chacun opérer un dernier choix, celui de l'honneur !


Le Parlement, l'armée et le peuple congolais doivent stopper Joseph KABILA et son plan rwandais d'annexion et du pillage de la RDC

« Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux, un temps pour naître, et un temps pour mourir ; un temps pour planter, et un temps pour arracher ce qui a été planté… » (Ecclésiaste : 3 :1-2)

Nous avons assez dénoncé en son temps le complot d'occupation et d'annexion d'une partie de notre territoire national. Nous avons assez prévenu le peuple congolais du plan de légitimation de l'imposture à travers le processus de la mascarade électorale pour permettre aux occupants de parachever la dynamique de l'annexion et du pillage systématique de nos richesses. Aujourd'hui, l'imposture a été légitimée avec la complicité des puissances extérieures, et elle vient d'entreprendre sous nos yeux, l'action finale pour parachever le plan de la balkanisation du territoire national et du délabrement du tissu économique de notre pays.

J'en appelle aux Parlementaires élus de la République, parce que je crois qu'il y a beaucoup de vrais patriotes parmi les nombreux jeunes sur lesquels le peuple congolais a placé un réel espoir de salut. J'en appelle à eux afin qu'ils oublient un moment le combat du partage de gâteau dont la cuisson est délibérément prolongée par KABILA pour détourner leur attention du crime qui se commet actuellement à l'Est de notre pays.

Je demande aux patriotes militaires, officiers et soldats de l'armée congolaise, partout où ils se trouvent, de se tenir débout, d'être prêts pour empêcher les imposteurs et les envahisseurs de réaliser leur plan macabre contre notre peuple et notre pays. J'adresse les encouragements du peuple congolais aux généraux et aux officiers congolais qui ont manifesté leur courage et leur patriotisme en dénonçant le comportement laxiste et criminel de l'imposteur au sommet de l'état congolais. Le temps est enfin venu de nous unir pour barrer la route aux comploteurs et aux ennemis de notre peuple et de notre souveraineté.

Je demande aux étudiants, aux élèves, aux fonctionnaires, aux mamans, aux jeunes désoeuvrés, aux commerçants…., particulièrement ceux qui habitent la capitale et les zones occupées à l'Est, de se mobiliser pour un vaste mouvement de résistance en vue de la libération de notre pays. L'ennemi a atteint la ligne rouge. Organisez-vous partout où vous vous trouvez. Bientôt des consignes précises vous parviendront par des voies appropriées pour vous orienter dans votre combat patriotique de résistance.


J'exhorte enfin tous les patriotes congolais et tous les chrétiens et tous les croyants de la République Démocratique du Congo à ne pas éteindre la voix du message désormais testamentaire du Cardinal Frédéric ETSOU qui continue encore à résonner dans nos oreilles : «Ouvrons les yeux dans nos diocèses pour voir la misère de notre peuple, ouvrons nos cœurs devant plus de 4 millions de Congolais tués par la guerre inutile d'occupation, guerre qui a généré et continue encore à générer la faim et les maladies et la division des familles, pendant qu'elle a servi à tous les belligérants pour s'enrichir et vendre le pays aux étrangers… Ne disons pas que nous ne le savions pas. Ne disons pas que nous n'avons pas été informés !» Cette voix courageuse qui s'est levée en plein milieu de l'Europe, comme pour braver et narguer l'insolence des puissants lobbies politiques et financiers de l'Occident, cette voix-là ne saura plus jamais s'éteindre des oreilles du peuple congolais désormais débout!

Car le sacrifice suprême du Cardinal ETSOU, comme celui de nombreux autres patriotes congolais avant lui, est une véritable semence tombée à terre et qui est morte. Cette semence ressortira bientôt de la terre comme un baobab au milieu du désert de la misère et du désespoir du peuple congolais, pour lui apporter l'ombre de la paix et du repos auxquels il aspire.

Que Dieu Bénisse le juste combat du peuple congolais !

Fait à Genève, le 16 janvier 2007

Honoré NGBANDA NZAMBO KO ATUMBA

Président national

© Congo Vision


Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.