Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

A PROPOS DE L'INCENDIE DE L'IMMEUBLE BEMBA A KINSHASA : LE MLC PRIS DANS SES PROPRES PIEGES !

L'immeuble ex-SCIBE-ZAIRE abritant les chaînes de télévision CCTV,  Canal Kin TV ainsi que le studio de la radio Liberté du MLC, a connu un incendie le mardi 19 septembre 2006 aux environs de 16 heures précises. Cet incendie aurait commencé par une fumée qui sortait d'un climatiseur « Split » installé dans le bureau du Directeur Général de la CCTV , monsieur KITUTU OLEONTWA. Ce phénomène a été observé par le Prof. KASONGO NUMBI, invité ce jour-là par KITUTU pour un droit de réponse à l'une de ses émissions politiques. Cette fumée dégageait selon Kasongo Numbi, une odeur de quelque chose de « brûlé » qui a vite attiré l'attention du D.G. qui venait de terminer avec son invité. Aussi, Le Prof. Kasongo Numbi avait-il posé des questions à Kitutu sur les origines de cette fumée et surtout sur le bruit de marteau qu'il entendait dans les pièces voisines. Le D.G. dira à son invité qu'il y avait un travail d'entretien que l'électricien de la maison était en train de faire au niveau de la climatisation et du contrôle des circuits électriques.

Le Prof. KASONGO NUMBI a quitté le bureau du D.G. KITUTU avant que son bureau ne prenne feu. C'est en descendant les escaliers qu'il entendra comme tout le monde du reste, la détonation ayant suivi l'incendie des studios de chaînes de BEMBA se trouvant au 3ème niveau de l'immeuble. Le Prof. a pris ses jambes au cou et s'est arrêté devant l'immeuble pour ranger ses notes  et son ordinateur de poche dans son sac. Et c'est à cet instant qu'il sera cueilli et tabassé à mort par une horde de badauds et autres hommes armés appartenant à la « Division de la Protection Présidentielle  » (DPP), une milice du MLC commis à la garde de cet immeuble.

Le Prof. KASONGO a eu la vie sauve grâce à l'intervention du Ministre MLC , José MAKILA qui l'a sorti des griffes de la DPP et qui l'a jeté dans sa voiture non pas pour l'amener à l'hôpital, mais pour le conduire auprès de la police secrète de Jean Pierre BEMBA où il devait subir un interrogatoire serré. Là aussi, Le pauvre professeur va subir des tortures de toutes sortes. Après qu'on ait fracassé son crâne à l'aide d'une crosse et cassé sa jambe droite, un faux médecin va lui injecter on ne sait quel produit soit disant pour calmer ses douleurs. Le professeur va perdre connaissance sur le champ et se retrouvera quelques temps après aux cliniques NGALIEMA de Kinshasa en soins intensifs sans jamais savoir le genre de venin que ce pseudo-toubib du MLC a eu à inoculer dans ses veines.

Les Kinois ont été surpris de voir que la milice de BEMBA ainsi que les badauds transformés en militants du MLC ont empêché les véhicules de la brigade anti-incendie de la MONUC et de l'hôtel de ville à éteindre le feu. Des pierres étaient jetées à ces véhicules et 4 sapeurs pompiers de la ville ont été blessés. Les gens se sont posés des questions sur ce comportement et ont fini par comprendre que les cadres du MLC voulaient que le feu consume les installations de leurs chaînes afin d'avoir des alibis pour accréditer la thèse selon laquelle, c'est le camp du Président KABILA qui a plastiqué l'immeuble ex-SCIBE ZAIRE.

Il est facile de comprendre alors pourquoi José MAKILA est allé 1 heure seulement après le déclenchement de l'incendie, négocier avec le gouverneur KIMBEMBE pour que l'hôtel de ville de
Kinshasa puisse enfin renvoyer ses véhicules anti-incendie sur les lieux. Ce qui sera fait d'ailleurs parce que le gouverneur a d'abord exigé que le MLC puisse rappeler ses milices à l'ordre afin de laisser les sapeurs pompiers travailler à l'aise. Et curieusement, ces derniers n'ont mis que 10 minutes pour éteindre le feu. Ceci suppose que si on leur avait laissé le temps de se mettre au travail quand ils sont venus 20 minutes après le déclenchement de l'incendie, ils auraient réussi à limiter les dégâts.

Alors, pourquoi le MLC a-t-il voulu empêcher cette intervention ? Que mijotait-elle en poussant les badauds et la DPP à s'opposer à toutes présences de la MONUC et de la Police Nationale dans les environs de l'immeuble incendié ? Quel est cet individu non identifié par les services du MLC qui pouvait pénétrer dans les installations de cet immeuble sans être fouillé ou passé à tabac par la « DPP » trop visible jours et nuits en ces lieux ? Pourquoi le MLC crie-t-il au voleur avant d'attendre les conclusions des enquêtes initiées par la MONUC et le gouvernement pour connaître les origines du sinistre ? L'Alliance pour la Majorité Présidentielle avait-elle intérêt à commettre pareille gaffe à la veille des élections du second tour quand elle sait par exemple, qu'elle part favorite avec la majorité des députés qu'elle compte déjà au niveau du parlement élu et toutes les garanties des alliances à tisser avec le PALU, l'UDEMO, et les autres partis politiques et personnalités indépendantes ayant rejoint ses rangs ?    

Est pris qui croyait prendre dit-on ! Le MLC s'est illustré ces derniers temps par un tapage médiatique sur une victimisation de Jean Pierre BEMBA.  Joseph KABILA chercherait à le liquider physiquement et à réduire au silence tous ses moyens de propagande ! Ce parti a voulu se donner une conscience tranquille sur les incidents sanglants du 20 au 23 août 2006 alors que tout prouve que c'est bien BEMBA qui a provoqué les troubles au cours desquels sa milice s'est attaquée à la Police Nationale et aux Forces Armées de la République. Si la garde républicaine a eu à tirer sur son hélicoptère à sa résidence, c'est parce que les obus qui étaient tirés par sa milice en direction du Palais de la Nation , le bureau officiel du Chef de l'Etat, provenaient de sa parcelle. Aussi, la garde républicaine était-elle obligée de réagir à cette attaque et de neutraliser ces forces rebelles qui semaient la pagaille dans ville et qui venaient de tuer plus de 30 personnes.

L'on se souviendra que le 20 août déjà, BEMBA a tenté un forcing au quartier général de la Commission Electorale Indépendante afin de s'auto proclamer vainqueur des élections du premier tour. Il a voulu en réalité, faire un coup d'Etat en croyant que les FARDC n'allaient pas réagir aux provocations de ses hommes. BEMBA a engagé des mercenaires dans cette opération. Il a reçu le soutien de plusieurs sensibilités hostiles à l'ordre qui s'installe en RDC grâce au dynamisme du Président KABILA. Il a voulu précipiter les choses, sentant qu'il partait perdant pour le second tour. Il s'est mis le doigt dans l'oil en croyant qu'il pouvait entraîner la communauté internationale dans ce traquenard. Il a invité Monsieur SWING, le Responsable de la MONUC ainsi que les Ambassadeurs occidentaux du CIAT à sa résidence au moment où il ordonnait les attaques de sa milice contre le Palais de la Nation , pour qu'il leur démontre que c'est KABILA qui est fautif, que c'est lui qui est à l'origine des troubles dans la capitales, que ce sont ses hommes qui attaquent ses troupes etc. !  Au fait, BEMBA a voulu que ces ambassadeurs puissent soutenir la thèse de sa « victimisation » et qu'ils l'aident à faire tomber le courroux de la communauté internationale sur la personne de KABILA. Il a tout simplement voulu que ces ambassadeurs l'accompagnent dans sa tentative de déstabilisation des institutions de la République.

C'était sans compter hélas, avec la vigilance du peuple congolais et la justice divine. BEMBA a été dérouté par la tournure des événements car il n'a pas compris pourquoi personne n'a mordu à cette salade de mensonges. Il a été désillusionné par la prise de position du Chef de l'Etat qui a préféré ramener au bon sentiment, cette brebis égarée en laissant le soin à la Divine Providence de lui assener  quelques fessées  pour le remettre sur les rails.      

BEMBA rumine mal la prise de position du PALU et de l'UDEMO qui ont choisi le camp de la « RAISON » pour le second tour des présidentielles. Il a investi dans la désinformation, l'injure et la division du pays. Il récolte le vent qu'il a semé et il n'a qu'à s'en prendre à lui-même  et à ses lieutenants de l'APARECO et du RENACO comme Honoré NGBANDA, SETI YALE, KENGO Lobitch, OLENGANKOY, MOKONDA BONZA, Pierre PAYPAY, ATUNDU et autres, qui l'ont poussé à la faute jusqu'à lui aliéner la sympathie de toute une nation.  Pouvait-il jouer autre carte de la mort que celle là, lui qui n'a vécu que de la  roublardise, du gangstérisme, du désordre et de l'infamie ? Pouvait-il manquer de rééditer ses prouesses démoniaques de l'ITURI, de la Centrafrique ou du SUD-UBANGI où il a excellé dans le trafic honteux des armes, dans le cannibalisme, le viol, le pillage et les assassinats de toutes sortes ?

Peut-on s'étonner de la tournure de cette autre aventure dans laquelle se fourrent le MLC et l'UDPS avec la création de cette unième plate-forme politique devant l'aider à affronter le Candidat du peuple, Joseph KABILA au second tour des présidentielles ? Le secrétaire général du MLC a annoncé ce 21 septembre 2006 la création de « l'Union pour la nation », un véritable panier à crabes, un « fourre-tout » regroupant les 13 chevaux non partants du premier tour, ceux-là mêmes qui s'étaient retirés de la course avant le dernier coup de gong et qui avaient adhéré au RENACO. Il n'y a donc rien de nouveau à part ce changement de nom pour masquer la similitude qu'il y avait entre l'appellation du regroupement des suiveurs de BEMBA et le « RENACO » du groupe de BINZA en 1965. L'histoire étant un perpétuel recommencement, les héritiers de ce conglomérat d'aventuriers politiques ayant mis la RDC à genoux  pendant plus de 3 décennies, se sont rendus compte que les Congolais ont découvert que c'était toujours le « Groupe de BINZA » qui agissait en sous mains dans les rangs du MLC de BEMBA. Il fallait donc essayer de recoller les morceaux en croyant tromper le peuple. Et dans cette jonglerie, François MWAMBA du MLC tire sur la corde tribale en voulant entraîner dans cette aventure périlleuse, son frère de KABEYA KAMWANGA, Etienne TSHISEKEDI, qui aurait promis par ses lieutenants interposés, de donner son quitus pour l'entrée de son parti dans cette bouillabaisse. Mwamba a parlé de l'espoir qu'il y a pour Bemba de voir Tshisekedi appeler l'électorat du Kasaï à voter pour lui. Il a oublié sans doute que la popularité de l'UDPS sur le plan national, était à mettre dans les oubliettes de l'histoire de la RDC car, le ralliement de son président aux agresseurs rwandais en 1999-2002, l'a enterré politiquement. Aussi, ce parti n'est-il resté aujourd'hui que l'ombre de lui-même malgré le peu de succès qu'il peut se prévaloir sur le plan de la mobilisation de quelques membres qui lui restent soumis, par instinct tribal à Mbuji-mayi et à Kinshasa. C'est question de savoir humer le parfum de la « REAL-POLITIK » !

Et que dire de cette autre aventure du MLC qui a oublié de faire soigner même le DG. KITUTU pourtant brûlé au second degré et interné à l'hôpital général de Kinshasa ? La famille de ce haut cadre de la presse congolaise se plaint de l'insouciance et du mépris du MLC alors qu'il a connu cet accident en plein exercice de son travail ! Heureusement pour cet homme, le Père de la Nation a mis de côté les ragots politiciens sur l'incendie de l'immeuble Bemba afin de donner encore une fois, une bonne leçon de civisme et d'humilité à la classe politique congolaise. Il a pris ses responsabilités en tant que « défenseur des intérêts » de tous les Congolais, pour sauver la vie de ce compatriote abandonné à son triste sort.  Le Chef de l'Etat a décidé de l'envoyer en Europe pour des soins appropriés ! Cette décision du Chef de l'Etat, a été rendue publique ce 21 septembre 2006 par le Secrétaire Général du PPRD, Monsieur Vital KAMERHE qui a rendu visite au DG. KITUTU à l'hôpital général !
de référence de Kinshasa.       

Jean Pierre BEMBA a été rejoint par le temps ! Ce qui l'intéresse pour le moment, c'est la conquête du pouvoir par tous les moyens ! Comment comprendre autrement, sa fougue après cet incendie pour ameuter le monde entier sur ce qu'il qualifie de mauvaise foi de Kabila qui veut l'éliminer physiquement et qui saboterait tous ses moyens de propagande ? Comment comprendre qu'une chaîne de télévision comme « CCTV » calciné comme on l'a dit, par un incendie, puisse être remis en service 2 jours après sans qu'il y ait eu des travaux de réfection de l'immeuble et la publication des résultats de l'enquête sur ce sinistre ? Ceci n'est qu'une démonstration de la magouille du MLC qui a inventé cette histoire des studios incendiés pour s'attirer la compassion de la communauté internationale en général et des Congolais en particulier, dans ses stratégies de « victimisation » de son président avant les élections. C'est question pour ce « mouvement politico-militaire » de savoir habiller les protestations qui suivront la déconfiture de BEMBA aux élections du 29 octobre et préparer les esprits pour la guerre et tous les troubles qui suivront. Jean Pierre Bemba n'a-t-il pas dit à l'exemple de son parrain MOBUTU, qu'après lui, c'est le déluge ? Il a même promis de renvoyer les populations de la Province Orientale et de l'Equateur dans la forêt si jamais il perdait les élections ! C'est tout dire n'est-ce pas. !

Jean Pierre BEMBA a oublié certes, qu'il est depuis des années, poursuivi par le signe indien et qu'il doit payer son « carma » ! Il n'est qu'au début de ses peines car il devra demain, se plier aux délibérations de la Cour Pénale Internationale qui n'attend que le moment opportun,  pour l'arrêter afin qu'il réponde de tous les crimes commis contre les peuples de la RDC et de Centrafrique.

« Mûr ou pas mûr, le fruit ne résiste jamais à l'ouragan de l'histoire » ! Le chairman généralissime aura-t-il le temps de faire son « mea culpa » et de demander pardon à toutes les familles qu'il a endeuillées par sa folie de grandeur et sa boulimie ?                  


Bwana MUSEMA KWELI
Observateur politique
wakongokenya@yahoo.com

Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.