Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

QUELS CANDIDATS PRESIDENTIABLES POUR LE SPRINT FINAL DE CE 30 JUILLET 2006 EN R.D.CONGO?

Les Congolais sont décidés à aller aux élections ce 30 juillet 2006 ! Ils ont pour ce faire, un défi à relever car depuis plus de 40 ans, ils n'ont pas eu droit à des élections libres, transparentes et démocratiques. Les Congolais, du Nord au Sud, de l'Ouest à l'Est,  sont déterminés à gagner les paris des élections et à démontrer à la face du monde qu'ils sont capables de changer le cours des événements dans leur pays. Ce changement est en rapport avec le pouvoir qu'ils ont reçu avec la promulgation de la nouvelle constitution et tous les garde-fous institués par la Commission Electorale Indépendante dirigée des mains de maître par l'Abbé Apollinaire MALU MALU.

Le peuple congolais a le pouvoir de choisir ses dirigeants de demain. Il sait pour qui voter et en qui placer sa confiance pour diriger la troisième République.
Que dire alors de tous ces candidats qui se bousculent au portillon de la troisième République et quels discours présentent-ils à la population pour solliciter son suffrage ?

Joseph KABILA KABANGE : un choix judicieux pour le peuple congolais.

A 35 ans, il passe pour le candidat le plus sérieux et le plus aimé par le peuple. Arrivé au pouvoir par la volonté des forces vives nationales après l'assassinat de son père, Mzee Laurent Désiré KABILA le 16 janvier 2001, il a su conquérir les cours des Congolais fatigués par les nombreuses années de guerre d'agression. Joseph KABILA a marqué la transition congolaise par son calme et son intelligence. Il a su gagner la confiance des partenaires extérieurs et user d'une sagesse exemplaire pour ramener la paix au Congo. C'est lui qui a privilégié le dialogue, la négociation aux coups de canons. Il a su renverser la vapeur en allant dire la vérité aux ennemis du Congo. Il a confondu les agresseurs de la RDC et tous leurs laquais en les poussant à jouer son jeu, le jeu de la raison. Il a accepté de partager son pouvoir afin de sauver le pays du naufrage et a fini par pousser ses adversaires à ôter leurs masques d'emprunt. En effet, en entraînant le Rwanda et l'Ouganda sur la vo!
ie des négociations à Pretoria et à Luanda, Kabila a réussi à confondre les laquais qui leur servaient de couvertures. En effet, les pays agresseurs de la RDC faisaient valoir la thèse de l'existence des mouvements de rébellion en lutte contre le gouvernement de la République pour masquer leur engagement dans la guerre d'agression qu'ils menaient contre le peuple congolais.
Les Bemba, Ruberwa, Z'ahidi, Tshisekedi et autres pantins des agresseurs de la RDC, ont été désarçonnés par les démarches diplomatiques et intelligentes du jeune Président qui a su manier l'arme de la Raison divine.

Obligés de négocier l'accord global et inclusif, cette blanchisserie qui leur a permis de se tailler des places au soleil à Kinshasa, les rebelles et leurs alliés de l'opposition politique non armée n'ont pas su résister aux charmes du pouvoir. Ils se sont mis à se gaver en croyant que la vie s'arrêtait aux fastes du pouvoir ponctuel qu'ils venaient d'obtenir grâce à la magie des accords issus du fameux dialogue inter congolais. Ils ont oublié que les jours passaient comme du vent et que la transition avait une fin. Ils ont oublié de se rapprocher davantage du souverain primaire, celui-là même qui devait leur permettre de se retrouver dans les institutions de la troisième République.

Ayant constaté qu'ils se sont adonnés aux délices de la vie kinoise en oubliant de préparer les élections, la seule clé pour ouvrir les portes de la troisième République, ils vont se mettre à chercher la bête noire là où elle n'était pas et à monter des stratégies diaboliques dans l'espoir qu'ils pouvaient tenter un coup d'Etat constitutionnel qui leur permettraient d'arracher et de rester encore au pouvoir ! C'est là, le sens des négociations et autres conciliabules que ces apprentis démocrates continuent à réclamer jusqu'à la veille des élections afin de gagner le temps et embrouiller inutilement le peuple congolais. Aussi, le Président Kabila est-il devenu la cible de tous ceux qui se sont portés candidats dans la précipitation sans avoir analysé les enjeux du moment et qui ont cru comme ils se le disaient, qu'ils se retrouveraient seuls dans le cas où  ils réussiraient à éliminer Kabila de la course par des moyens tronqués.

C'est ainsi qu'ayant constaté que les choses prenaient une autre tournure avec la validation de la candidature du Raïsi par la Cour Suprême de Justice, tous ces candidats de circonstances vont se jeter dans une nouvelle bataille, celle visant à vilipender le candidat du peuple et à oser même attenter à sa vie !

Dans cette nouvelle guerre, ils n'ont comme seules armes, le mensonge et la médisance ! Ils excellent dans des attaques puériles contre la personne du Chef de l'Etat et ils n'ont que ces armes des lâches et des traîtres comme messages d'intoxication à transmettre à la population.. En effet, le discours enfantin des adversaires de Kabila les disqualifie auprès de la population qui veut voir chez les candidats, ce souci de défendre leurs projets de société au lieu de s'investir dans les injures à l'endroit d'un adversaire qui les fait trembler !    

Jean Pierre BEMBA, Azarias RUBERWA et Pierre PAYPAY : Une disqualification avant le dernier coup de sifflet !

La dernière semaine avant les élections aura été riche en événements comme l'a été du reste, l'avant dernière ayant conduit presque tous les gros calibres de la politique congolaise à se lancer dans la conquête des provinces de l'Est.
On a vu Bemba, Ruberwa et Paypay en suiveurs paranoïaques, se lancer dans la campagne dans la Province Orientale, au Kivu et au Katanga. Partout, la population a eu à leur cracher la vérité. Ils ont été tous ridiculisés et sont rentrés à Kinshasa les queues entre les pattes comme pour dire, « le peuple congolais a déjà fait son choix et il est inutile de chercher à l'énerver par des discours au rabais, des propos bas traduisant l'essoufflement et le découragement devant la montée fulgurante du Candidat du peuple.

A Bukavu, la population a rappelé à Bemba ses exploits avec ses hommes dans le territoire de Mambasa en Ituri, en Equateur et dans le Nord-Kivu où ils ont excellé dans le cannibalisme, le vol, le viol et les assassinats. Les Kivutiens ont tenu à répondre aux provocations de Bemba qui dans ses discours de campagne au Kasaï et en Ituri, a menacé de mettre le Congo à feu et à sang si jamais il n'était pas élu ! La population a tenu à lui prouver qu'elle était déjà vacciné contre les menaces désobligeantes des ex-rebelles congolais et qu'elle était prête à barrer la route à quiconque pourrait croire qu'il peut encore prendre le pouvoir par les armes !

S'adressant à Paypay qui voulait tirer sur la corde tribale en rappelant ses origines kivutiennes pour se faire accepter dans la région, la population a refusé de tomber dans ce piège de paille en demandant à l'argentier de Mobutu, d'expliquer aux enfants du Kivu, où il était quand ils étaient malmenés par les agresseurs rwandais et ougandais. Ils lui ont bonnement dit de ne pas se tromper d'adresse car le Kivu avait choisi de voter pour Kabila, le symbole de l'unité au Congo, l'Artisan de la paix et  l'homme qui a partagé leurs préoccupations pendant les moments difficiles !

Ruberwa n'a pas eu le courage de s'adresser publiquement aux habitants de Bukavu après les humiliations qu'il a subies à Bunia et à Goma. Il a préféré entrer en catimini dans la ville où il s'est adressé à une dizaine de journalistes à qui il a raconté sa vie et ses déboires. Il s'est envolé par la suite vers le Burundi où il espère toujours monter sa rébellion pour perturber les élections. C'est fort dommage pour l'homme de Kigali qui aura déçu ses protecteurs en se lançant aussi par imitation aveugle, dans les injures contre Kabila. Ruberwa n'est pas allé à Minembwe où il situe pourtant ses origines ! Il a préféré se lancer dans le suivisme kinois en croyant que l'UDPS allait lui garantir une certaine ascension à travers les négociations qu'il s'est empressé de convoquer le 30 juin 2006, dans l'espoir qu'il réussirait avec la complicité de Bemba, de Z'ahidi, de Tshisekedi et des autres opposants « pouvoiristes », la neutralisation de Joseph Kabila.

Les autres candidats aux élections présidentielles ne sont que de menus fretins qui ont cru partir du dépôt de leurs candidatures pour tirer des dividendes politiques et financières avant comme après les élections. Certains ayant trouvé la porte de Kabila barricadée après qu'ils aient transmis des états de besoins bien salés à régler, se sont décidés à se jeter vaille que vaille, dans les bras de Bemba et de sa plate forme, le RENACO, montée uniquement pour s'attaquer au seul candidat valable du pays, le seul à détenir un projet de société qu'il défend avec brio. L'on constatera alors que tous les 30 candidats ont choisi de n'affûter leurs armes que contre Joseph KABILA.

Les deux autres candidats, MBUSA NYAMWISA du RCD/KML et le patriarche Antoine GIZENGA du Parti Lumumbiste Unifié (PALU),  ont choisi, eux, la voie de la raison. Mbusa s'est prononcé pour un soutien total à la candidature du « Raïsi » et a ainsi rejoint le camp de la majorité présidentielle. Le patriarche Gizenga se dit proche de Kabila qu'il pourra soutenir au deuxième tour si jamais les équations se compliquaient ce 30 juillet. Cependant, il a laissé le choix à ses fidèles et à tous les « ngwashi » de laisser vibrer leurs cours et de ne voir dans ces élections que l'intérêt supérieur de la nation.


Les pronostics à la veille des élections


La lecture des sondages effectués par différentes maisons spécialisées à la veille des élections en RDC, permet de constater que Joseph KABILA a pris de sérieuses avances sur ses adversaires dans toutes les provinces. Tout porte à croire que le « Raïsi » pourra l'emporter par plus de 75% au premier tour. Sa famille politique, le PPRD pourra aussi avec le soutien des partis, associations et autres individualités membres de l'Alliance pour la Majorité Présidentielle, rafler 90% des sièges à l'Assemblée Nationale.

C'est déjà la panique dans les états- majors des autres candidats à Kinshasa où l'on se presse à toquer aux portes des chancelleries occidentales pour des ouvertures probables ! Il s'agit des avances que les fameux opposants à Kabila prennent pour amener ces chancelleries à soutenir l'idée de la formation d'un gouvernement d'union nationale au sein duquel ils se retrouveraient.

On va très loin jusqu'à dire qu'il faut pour le vainqueur des élections, éviter tout triomphalisme et privilégier la réconciliation nationale en s'ouvrant même aux perdants. C'est cela qui explique toutes ces gesticulations de la part de ces candidats qui méditent sur leur triste sort surtout qu'ils cherchent à faire les yeux doux à l'homme qu'ils ont traité de tous les maux et qu'ils voulaient abattre!

De toutes les façons du côté de l'AMP, les gens sont sereins et ne spéculent pas autour de ce qui se passera après le 30 juillet. L'on se dit qu'il faut rester calme et attendre le verdict des urnes. C'est le peuple congolais qui décidera du choix des hommes qui seront appelés à siéger au sein du gouvernement. Il faut laisser le temps agir et se dire que la Divine Providence saura récompenser les justes et châtier les mauvais !

Bwana MUSEMA KWELI     
wakongokenya@yahoo.com


Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.