Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

M. Valentin Mubake, Président National du Comité National de l'UDPS et toute sa famille vers le Martyre et le sacrifice suprême

Ils sont arrêtés depuis ce matin à Kinshasa par la GSSP, sur ordre personnel de “Joseph Kabila”

Réf . : RBL/UDPS/DE/060/24/05/2006

Elle vient de commencer, en RDCongo, la phase exécutoire du complot diabolique et du plan machiavélique ourdis contre notre Patrie, contre Peuple et contre tous les dignes Représentants de notre Peuple: complot et plan savamment préparés par la Mafia Internationale dont les agents, esclavagistes, prédateurs, géniteurs et parrains politiques des imposteurs, des opportunistes et aventuriers de Kinshasa, instrumentalisent les institutions internationales, manipulent les décideurs internationaux, et télécommandent les pions-robots placés au pouvoir en RDCongo.

Cette phase exécutoire vient de commencer à quelques jours de la date du 30 juin 2006, date qui signera, dans tous les cas de figure (Cfr tous les textes légaux en vigueur en RDCongo et volonté souveraine de notre Peuple), la fin de la Transition et à quelques jours de la tenue des élections supposées libres, inclusives, transparentes et démocratiques.

Un peuple ne peut jouir de son droit fondamental et inaliénable de vote (choix libre des dirigeants et des institutions politiques de son pays) que s'il jouit de toutes les libertés et de tous les droits fondamentaux de la personne humaine. Et les libertés et les droits fondamentaux de la personne humaine, loin d'être des épiphénomènes, des appendices greffés sur notre nature humaine, sont des facultés naturelles de l'homme. Celui qui en prive son prochain refuse de reconnaître le statut d'être humain à la victime.

Depuis ce matin, mercredi 24 mai 2006, plusieurs jeeps des militaires surarmés, vêtus des gillettes anti-balles, parlant tous l'anglais (des tanzaniens très probablement) se sont amassés devant la parcelle de M. Valentin Mubake, Président National de l'UDPS. Les chars des combats ont barricadé toute sa rue.

Le Commandant en Chef de ces troupes a annoncé à M. Valentin Mubake, à son épouse et à leurs enfants qu'il leur est désormais interdit de sortir de leur maison pour n'importe quel motif que ce soit et qu'ils sont tous arrêtés et détenus comme prisonniers dans leur propre maison. L'un de ses enfants voulait sortir pour aller à un office religieux a été violemment pris et brutalement jeté dans la maison.

M. Valentin Mubake a demandé à ce Commandant s'il a un document quelconque à lui transmettre et sur lequel est écrit tout ce qu'il lui a dit verbalement. L'intéressé, qui ne parle que l ' anglais, lui a signifié qu'il ne comprend ni le français ni le lingala et que M. Valentin Mubake ne doit communiquer avec lui qu'en anglais ou en swahili. M. Valentin Mubake s'est alors adressé à lui en anglais. L'intéressé lui a répondu, en anglais, qu'il est de la GSSP ( G arde S péciale pour la S écurité du P résident) qu'il a reçu l'ordre personnel du “Président de la République” et qu'il n'y a aucun document écrit à ce sujet à transmettre à la victime.

A 9 heures, des véhicules chargés de membres de la PIR sont venus en renfort dans la rue afin d'en surveiller les accès. La PIR est la P olice d' I ntervention R apide qui travaille en collaboration étroite avec le CIAT ( C omité I nternational d' A ccompagnement de la T ransition).

Au même moment, la Résidence du Dr Pierre Anatole Matusila, Président du CALCC et la Résidence de M. Roger Lumbala, Président du RCD/N, tous les deux Candidats à l'élection présidentielle, ont été elles aussi encerclées par les soldats de la GSSP pendant que les intéressés sont à Brazzaville pour solliciter l'action nécessaire et urgente de M. Sassou Ngwesso, Président du Congo et Président en exercice de l'Union Africaine en faveur du dialogue réclamé avant les élections par la majorité des Congolais et des Forces politiques, sociales et religieuses représentatives.

L'opinion sait aussi qu'une partie des troupes de l'Union Européenne est déjà présente en RDCongo, surarmées et postées sur des axes et des sites centraux de la Ville de Kinshasa et que l'envoi des autres troupes de l'Union Européennne en RDCongo est imminent pour aller réprimer et massacrer notre Peuple, ses dignes représentants et tous ceux qui réclament la tenue des élections vraiment inclusives, libres, transparentes et démocratiques en RDCongo ou qui oseront contester les résultats des élections truquées en cours.

Devant l'échec flagrant et généralisé de la transition, le désaveu total des animateurs de la Transition par notre Peuple (récents sondages auprès des Congolais vivant à l'intérieur du Pays et ceux de la Diaspora) et les préparatifs en cours pour des élections truquées en vue d'instaurer un pouvoir esclavagiste, terroriste, prédateur et dictatorial et installer au pouvoir les imposteurs, les agents d'affaires des intérêts étrangers, les opportunistes et les aventuriers, voici comment les ennemis de la Patrie et du Peuple Congolais cherchent à réaliser leur complot diabolique et leur plan machiavélique. Leurs méthodes et stratégies sont connues: massacres, des faux coups d'Etats (Cfr Révélations du Major Eric Lenge…), terrorisme d'Etat, insécurité généralisée, arrestations arbitraires, détentions illégations, répression contre les représentants du Peuple…

On arrête les leaders politiques et d'opinion qui représentent une force électorale et un pouvoir de persuasion…; on réduit au silence des journalistes qui posent des questions de fond et dont la voix ne cadre pas avec la position d'un soit-disant gouvernement fantôme que les esclavagistes et prédateurs occidentaux veulent mettre en place et qui aurait “Joseph Kabila “ comme Président de la République et O. Kamitatu comme Premier Ministre: Un choix qui n'émane pas du Peuple Souverain et qui est une moquerie envers un peuple affaibli par plusieurs manœuvres, et qui ne tient pas compte du bilan chaotique de ces deux personnalités. On interdit des débats opposés à ce schéma.


Les pasteurs congolais ont été jadis critiqués par leurs adeptes et le public à cause de leurs complicités et compromissions envers un pouvoir esclavagiste, prédateur et terroriste et de leur léthargie face aux nombreux problèmes qui visent les congolais au point que la réaction de plusieurs ministres de Dieu congolais était de politiser leurs messages afin de les rendre plus réels et concrets. « Le malheur qui consomme le peuple après que l'Afdl et ses héritiers aient passé presque dix ans au pouvoir, c'est-à-dire le1/3 du régime Mobutu, c'est le bilan. Cela est bien clair aujourd'hui. Le retour flamboyant d'un aspect du Mobutisme consisterait-il à revendiquer ne serait- ce que la paix et la bonne vie qui continuent à manquer ? » s'est dernièrement interrogé un journaliste congolais.


Le pasteur Fernando Kutino est rentré de son exil de trois ans il y a seulement une semaine. A peine revenu de sa première prestation publique, il est sanctionné par une arrestation et une perquisition de son domicile qui selon le gouverneur a conduit à une prise d'armes! Il a notamment fait des déclarations qui inciteraient à la haine, d'après ce dernier. La déclaration de l' archibishop stipulant que le pays est vendu aux étrangers est la cause d'une réaction farouche et para-militaire du gouvernement. “Je voudrais bien savoir qui de Joseph Kabila, de Jean-Pierre Bemba, de Ruberwa, de Z'Ahidi ou de Yerodia est étranger ? », s'est interrogé le gouverneur de la ville Kimbembe Mazunga parlant à la Radio okapi. Est-ce à lui de s'interroger, à la place des intéressés quand bien même ils auraient été directement cités et mis en cause, et au lendemain de «l'enlèvement» du pasteur Kutino Fernando lorsque ce dernier était en plein exercice de sa liberté d'expression garantie par la loi ?

Une ONG de défense des droits de l'homme, la Voix des sans voix, a dénoncé cet acte avec vigueur.

L'acte que les analystes qualifient d'«hautement politique» est la réception du pasteur Sony kafuta et consorts, après avoir mis leur collègue aux chênes. C'est l'insécurité et la loi de la division. L'altruisme présidentiel (“Joseph Kabila”, principal auteur du génocide actuel de notre Peuple s'est mis brusquement, à l'approche des élections, à semer à tout vent) est critiqué et critiquable, car très visiblement il n'est pas sincère. Il est destiné à corrompre, à acheter les consciences de ceux qu'il hait au plus profond de lui-même. Il leur demande, à travers des élections truquées, de lui donner la corde avec laquelle il va les pendre; le fusil avec lequel il va les assassiner au lendemain desdites élections.

Nous savons ce qui arrive aux gens qui parlent contre ce régime. La lutte menée contre les clergés démontre que le président “Joseph Kabila”, élevé à l'école de l'AFDL où trônait Laurent Désiré Kabila qui avait des fréquentations musulmanes, ressemble à une véritable croisade et guerre de religion implacable contre les chrétiens et contre leurs leaders. Le Pasteur Lukusa, après avoir été atrocement torturé, a été assassiné par la GSSP à Lubumbashi dans des conditions plus qu'alarmantes. Il y a quelques semaines, le pasteur Théodore Ngoy a été arrêté sans chefs d'accusation; incarcéré pendant longtemps sans le respect des procédures judicaires. Lui a aussi a connu des traitements cruels, inhumains et dégradants, et a fini par s'évader et se réfugier à l'ambassadeur sud- africain. Le prochain chapitre est celui de l'église catholique en la personne du cardinal Etsou, de Mgr Monsengwo et du Dr Pierre Anatole Matisula (Président de CALCC). Ils sont accusés de tous les noms pour avoir simplement questionné la légalité du report des élections et pour exiger des élections vraiment inclusives, libres, transparentes et démocratiques. Car “Joseph Kabila” met en garde quiconque a une analyse contraire à la sienne.

“Divide et impera”, “Deux poids deux mesures”: telle est la politique optée par “Joseph Kabila”. D'une part, il a la presse présidentielle qui à longueur de journées spécule et insulte les autres personnalités et d'autre part, son entourage explose aux moindres critiques émises contre le chef de l'État par les hommes de Dieu, des acteurs politiques et sociaux ou par des journalistes populaires : c'est ça la démocratie ! Et elle est cautionnée par le Ciat et part tout l'Occident démocratique.

La liberté d'expression est un droit sacré, garantie par la charte de l'ONU qui est devenue le point de convergence de toutes les vraies démocraties; elle inspire toutes les lettres des démocraties sincères.

Combien encore faudra-t-il arrêter et massacrer après les 200.000-300.000 morts pendant la campagne “militaire ” de l'AFDL en 1996 et 5000.000 morts victimes de la guerre de 1998-2002? Le sang des fils et des filles du Pays ne cesse de couler avec les flots du fleuve Congo. “Joseph Kabila” ne s'est pas encore suffisamment enivré du sang des Congolais, il en demande encore davantage.

La répressions contre le Peuple Congolais, les acteurs politiques, sociaux et religieux fait partie de la stratégie de “Joseph Kabila” et de ses géniteurs et parrains politiques occidentaux pour mieux “sécuriser” les élections et la période post-électorale.

Nous interpellons la conscience de tous les compatriotes qui se rendent coupables du fait de n'être que des consommatreurs passifs des informations plus qu'alarmantes sur notre Patrie et notre Peuple. Pendant qu'eux se limitent à commenter sur ces informations aux deuils, à des fêtes… , les ennemis de la Patrie et du Peuple travaillent jour et nuit, sont à l ' oeuvre dans les laboratoire et sur le terrain: ils s'apprêtent à nous arracher par tous les moyens et en plein jour notre Patrie et à exterminer notre Peuple.

Où se cahent les vrais Amis du Peuple Congolais et la Vraie Communauté Internationale? Où sont les décideurs des pays démocratiques occidentaux qui ont déclaré qu'ils sont décidés à “répandre la paix, la sécurité, la liberté, la démocratie, le bien-être des populations” et qui se sont engagés à “faire respecter, partout dans le Monde, les libertes et les droits de l'homme”?

Ne vous manifesterez-vous publiquement que pour faire le bilan du génocide et publier des rapports sur le pillage des richesses naturelles de la RDCongo, les violations des libertés et des droits de l'homme en RDCongo et les listes des contrats de vente de notre Pays?

Fait à Bruxelles, le 24 mai 2006.

Pour le Bureau de Représentation de l'UDPS/BELUX

Dr François Tshipamba Mpuila

Représentant:

Contact: GSM: 0485/270.866; 0477/233. 968; E-mail: tshipamba.mpuila@chello.be ; rkashala@pandora.be


Annexe : Récits rocambolesques ressemblant aux mythes et aux légendes de l'histoire antique. Vous les lirez sous la plume des journalistes et dans les journaux connus comme des instruments de propagande obscurantiste et mensongère contre notre Patrie et contre notre Peuple. Vous songerez certainement, en lisant ces récits écrits par des extra-terrestres de L'Avenir, du Soft…aux coups d'Etat montés et manqués dont le Major Eric Lenge a dernièrement révélé la quintescence et dont l ' auteur, le pyromane et le sapeur-pompier est une seule et même personne: “Joseph Kabila”.

Venant d'Irak : 32 mercenaires à Kinshasa, objectif perturber les élections

( L'Avenir Quotidien 24/05/2006)

19 Sud-africains, 10 Nigérians et 3 Américains constituent le lot de 32 mercenaires appréhendés par les services spéciaux de la Police Nationale. * Un groupe était pris dans une villa à Ozone, un autre au Rond-point Socimat et un autre encore dans l'appartement de Magenia à la Gombe. * Ils avaient pour mission de semer des troubles à Kinshasa à partir de la mi-juin 2006. * Ils ont été recrutés par la société Tactic cal intelligency investigations qui les a envoyés à Kinshasa pour le compte de Omega security de Christ ROELESE dont la filiale à Kinshasa est dirigée par Eric Radenayer.

Incroyable mais vrai. Il y a eu beaucoup de frayeur hier à Kinshasa à la présentation de trente-deux mercenaires. Selon les premiers éléments de l'enquête, ces mercenaires ont été mis hors d'état de nuire par les éléments des services spéciaux de la police, après de longues investigations. L'arrestation a eu lieu le vendredi le 19 mai dernier. Société fluide où tout se sait, le bruit avait couru ce jour-là que des hommes en armes avaient été arrêtés. La rumeur avait été renforcée par la coupure générale de l'électricité dans la capitale. A une question insidieuse de la presse au gouverneur Kimbembe lors de son point de presse de samedi, le chef de l'administration urbaine s'est intelligemment refusé d'en parler. L'information a été confirmée hier par le ministre de l ' Intérieur Théophile Mbemba au cours d'une rencontre avec la presse, rencontre au cours de laquelle les 32éléments ont été présentés au public. Ils ont suscité l'attention à partir de leur comportement. Ils changeaient de résidence presque quotidiennement. Leurs chauffeurs congolais étaient soumis à des strictions, notamment tenir leur téléphone fermés, ne jamais téléphoner à qui que ce soit. Garder les portières de leurs véhicules fermées en permanence, ne jamais quitter les véhicules même en leur absence. Ils sont pris en charge par Kabangu Kasongo Dieudonné. Leur mission devrait prendre fin le 30 juin 2006.Mais ils ont déjà des cartes de travail pour deux ans . Leur arrivée à Kinshasa remonte au mois de mars 2006. Selon les premières informations recueillies, il y aurait trois nationalités parmi eux. Soit 19 Sud-africains, 10 Nigérians et trois Américains. Il a été dit que les 32 mercenaires tiennent des propos parfois contradictoires. Pour cette raison, beaucoup d'observateurs avertis prennent avec des pincettes ces nationalités. Il faut donc que l'enquête qui se poursuit livre tout le mystère de cette affaire. La même source renseigne que les trente-deux bandits ont été appréhendés aux trois endroits différents. Un groupe a été pris dans une villa dans le quartier Binza Ozone dans la commune de Ngaliema. Un autre groupe se cachait au niveau du Rond-point Socimat dans la commune de la Gombe. Le dernier groupe dans un appartement de Magenia. Tous ces éléments ont été recrutés par la société « Tactic cal intelligency investigations ». Cette société très peu connue a expédié ces éléments au Congo sous l'enveloppe d'une société de gardiennage dénommée « Omega Security » que gère un Sud-africain au nom de Christ Roelefse. La filiale de cette société en Rd. Congo est dirigée par Eric Rodeneyer qui, rappelons-le, se trouve être le patron d'une compagnie d'aviation bien connue à Kinshasa. Nous avons cité Air-Tropic. Au cours de l'interrogatoire, les 32 éléments ont reconnu tous avoir une formation de militaire de métier. Leur présence à Kinshasa, selon les informations que l'enquête doit confirmer ou infirmer, s ' inscrivait dans le cadre d'un coup fourré à la mi-juin. Pour les analystes politiques, on n'est pas loin de rapprocher ce coup des manifestations prévues par certains politiciens congolais le 30 juin 2006. Théophile Mbemba Fundu, ministre de l'Intérieur, a confirmé l'information selon laquelle, ces mercenaires entrés au pays sous une fausse étiquette avaient pour mission de semer le trouble et de perturber le processus électoral. Il a confirmé également le fait qu'ils sont venus au Congo sous prétexte de travailler dans une société de gardiennage dénommée Omega. Mais ce contrat cachait un autre, celui pour lequel ils ont réellement entrepris le voyage en République démocratique du Congo. Et là, le ministre de l'Intérieur s'est voulu explicite. Pour lui, ces hommes ont débarqué au Congo pour déstabiliser les institutions de la République et bloquer le processus politique en cours. L'enquête qui se poursuit nous renseignera davantage. Que penser de cette affaire aux apparences rocambolesques ? En premier lieu, il faudra s'attendre à ce que ceux qui se sentent morveux n'attendent pas pour se moucher notamment en dénonçant une cabale. Car, pour eux, il faut à tout prix éviter que des gens paient de leurs turpitudes. Enfin, trêve de commentaires en attendant l' issue finale de l'enquête, les inquiétudes exprimées se vérifient. Ceux qui parlaient de l'irakisation ou de l'afghanisation de la Rd. Congo, ne prononçaient pas des paroles en l'air. Tout cela pourquoi ? Eviter les élections à tout prix. Nous y reviendrons. On s'attend à des révélations importantes lors du procès. Les incrédules doivent apprendre à croire à L'Avenir qui a annoncé, il y a 48 heures, l ' imminence d'une guerre à Kinshasa.

L'Avenir

© Copyright L'Avenir Quotidien

Le ministre de l'Intérieur fait état de «32 mercenaires arrêtés à Kinshasa»

( Le Soft 24/05/2006)

Le ministre de l'Intérieur et Décentralisation Théophile Mbemba Fundu a fait état dans la capitale Kinshasa de «l'arrestation de 32 mercenaires étrangers».

Dans une déclaration à la presse, Mbemba a précisé que l'objectif de ces derniers porteurs de passeports américains, sud-africains et nigérians et «dont certains provenaient probablement d'Irak» où ils avaient servi, selon le ministre - était de «renverser les institutions en place et de perturber le processus électoral».

Repérés sur trois sites stratégiques de la capitale r-dcongolaise, selon toujours la déclaration du ministre faite lors d'une cérémonie à l'Inspection provinciale de la police, ils changeaient constamment les appartements où «des documents séditieux ont été retrouvés».

UN PRÉSIDENT AUX CÔTÉS D'ANCIENS CHEFS REBELLES.

«Leur mission devait s'arrêter le 30 juin 2006», a encore affirmé le ministre qui a précisé que c'est le 19 mai dernier que les services spéciaux ont procédé à leur arrestation.

Le ministre a ajouté que les 32 hommes sont entrés en territoire r-dcongolais sous la couverture d'une société de gardiennage Omega établie à Kinshasa, et dont le journal ne savait encore rien à l'heure de l'édition.

Selon des dépêches d'agence, le président de la R-dCongo Joseph Kabila Kabange a fait parvenir tout récemment un message à son homologue angolais Edouardo Dos Santos, l'un de ses alliés militaires de la région, invitant son pays à participer au renforcement de la sécurité en R-dCongo lors des prochaines élections.

Le climat politique en R-dCongo, un pays qui fait partie d'une zone grise, selon la CIA, s ' est soudain sensiblement dégradé à deux mois de la tenue des premières élections démocratiques du pays depuis l'Indépendance, notamment les différentes escortes armées des plus hauts dirigeants du pays tentant dans un spectacle de Western en pleine journée en ville et dans ses faubourgs de se déployer.

Alors qu'un chef religieux Fernando Kuthino a été arrêté à Kinshasa par la police à la suite d ' un prêche dans un stade, l'un des vice-présidents Jean-Pierre Bemba lui a rendu visite dans un centre carcéral pour lui manifester sa solidarité.

Le maire de la Capitale Kimbembe Mazunga a accusé Bemba d'avoir mis des gardes armés et un stock d'armes à la disposition de ce chef religieux qui revenait la veille d'un long exil à l'étranger.

Le Conseil supérieur de la Défense, organe militaire suprême du pays, a décidé, la semaine dernière, de réduire sensiblement le nombre des éléments militaires affectés à la garde des autorités de la transition, et de les faire dépendre directement de l'état-major général des Forces Armées R-dcongolaises.

Il faut rappeler que la R-dCongo est, depuis les accords de Sun City, Afrique du Sud, soumise à un régime dit de 1+4, un Président de la République assisté de 4 Vice-présidents dont deux, l'avocat Azarias Ruberwa Manywa et l'homme d ' affaires Jean-Pierre Bemba Gombo, sont d'anciens chefs rebelles soutenus par le Rwanda et l'Ouganda.

Au bout d'une transition qui s'achève le 30 juin 2006 avec l'organisation d'élections générales, la cohabitation dans l'espace présidentiel aura été loin de tout repos.

ALUNGA MBUWA. lesoftonline.net 24/05/2006


KINSHASA : ENCERCLEMENT DE LA RESIDENCE D'UN CANDIDAT A LA PRESIDENCE

Selon les informations parvenues à la coordination du Congrès Mondial des Congolais Vivant à l'Etranger, la résidence d'un candidat à la présidence de la RD Congo, aurait été encerclée par une trentaine de militaires depuis 2h00 du matin ce mercredi 24 mai 2006.

Il s'agit de la résidence du Docteur MATUSILA Malungeni Ne Kongo Pierre Anatole, sise Avenue Kimwenza numéro 36, au quartier Masanga Mbila, près de l'arrêt Fulu. dans la commune de Mont Ngafula.

Docteur Anatole MATUSILA est un des 32 candidats à la présidence de la République en RD Congo.

Selon un de ses fils, ERIC MATUSILA qui vit en Belgique, les militaires sont arrivés sur les lieux peu après minuit avec comme motif de désarmer les militaires qui assurent la sécurité du domicile du candidat à la présidence. Face au refus de l'épouse du Candidat de voir désarmés les agents commis à la sécurité des siens, les militaires ont décidé d'encercler la maison où vit entre autres, la mère du candidat, très âgée et malade. Personne n'entre, personne ne sort.

Docteur MATUSILA est actuellement en séjour à Brazzaville au Congo voisin. Il est candidat indépendant pour le Conseil de l'apostolat des laïques catholiques du Congo (CALCC) . Cet incident serait-il lié à la campagne électorale qui s'annonce ? S'agirait-il d'une pression des candidats au pouvoir face à un candidat qui pourrait leur faire ombrage?

Cheik FITA
cheikfita@myway.com

Bruxelles, le 24 mai 2006

Congo Vision


Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.