Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

KABILA, LE MAILLON FAIBLE ?

« Le marié Joseph Kabila Kabange, né à Héwa Bora, dans le Sud-Kivu, le 4 juin 1971, est originaire du village d'Ankoro, secteur Kamalondo, dans le nord du Katanga. Il est du clan des Bavumbu et descendant de Laurent-Désiré Kabila, lui-même fils de Désiré Taratibu, lui-même fils de Kabila Makolo, lui-même fils de Kisinda Kya Mwehu, lui-même fils de Mwehu wa Kaluba, qui est, lui, fils de Kaluba ». Ce sont là les mots de l'Ambassadeur Mugalu pour présenter M. Joseph Kabila, président de la R.D.Congo.

Cette présentation biographique ainsi que l'article paru dans le journal Le Soft : Kabila : on en sait plus sur son arbre généalogique officiel , (quand on sait qu'il en existe d'officieux) appelle quelques précisions et réflexions.

D'abord, l'auteur de l'article, dans le souci de mieux encenser le Président et son Ambassadeur, se permet quelques imprécisions qu'il faut souligner. Il écrit « dans son annonce, l'Ambassadeur avait les mots les plus élevés et les plus solennels pour ce qui va être les « noces de diamant ». A ma connaissance, l'expression « noces de diamant » n'est utilisée que pour les couples qui célèbrent les soixante ans (60 ans) d'anniversaire de leur mariage (civil ou religieux). Vouloir l'appliquer au futur couple présidentiel qui n'a même pas un an d'anniversaire de mariage est simplement démagogique et malsain. Vouloir l'utiliser pour dire un mariage de valeur, d'une grande importance au regard du métal précieux, c'est galvauder le sens des mots, des expressions et tomber aussi dans des considérations sociales et psychologiques aliénantes où il y a aurait d'un côté les couples riches ou les mieux placés sociologiquement qui vivraient des véritables noces et de l'autre les couples pauvres avec toutes les conséquences. Une telle vision apparaît clairement lorsque l'auteur parle du « premier couple r-dcongolais ». N'avait-il pas raison, L. D. Kabila qui disait « si la mienne est la première et la vôtre ? », répondant ainsi à un journaliste sur la première dame du Congo. Ce qui fait la valeur d'un mariage c'est uniquement l'amour que les couples se donnent. Nous, congolais n'avons pas encore pris conscience qu'est révolu le culte de la personnalité avec la chute de la dictature. Nous sommes dans un état démocratique où tous les citoyens sont égaux et sont appelés à vivre du respect mutuel. Nous continuons encore à faire du « copier coller » en prenant les termes utilisés autrefois au Maréchal Mobutu dans un but démagogique pour simplement l'appliquer aux autres chefs de l'état.

Commentant cette présentation, l'auteur précité écrit aussi : « l'Ambassadeur Mugalu a donné un luxe d'éléments précis de la biographie officiel du Chef de l'Etat et de sa future épouse et ce, non sans raison ».

La manière dont il évoque la généalogie Kabila me pousse à faire quelques considérations :

D'abord, la différence dans le traitement des termes utilisés pour montrer la filiation. Sous la signature de Yw. B., Lapsus ou acte volontaire , l'auteur fait une analyse sur les mots « descendant » utilisé uniquement pour J. Kabila et « fils de » pour tous les autres. (Consulter le site de Congo-vision). Animé du souci de réserver un terme spécial à Joseph Kabila, le Chef de la maison civile à utiliser un terme spécifique. « Au président exceptionnel terme exceptionnel ». C'est justement le non-dit de ce terme qui attire l'attention. Psychologiquement et psychanalytiquement, un tel traitement pose plus de question qu'il ne résout. Ce terme spécifique fait apparaître le Président comme le « maillon faible » et au regard de son statut de Président de la république, le « maillon le plus faible » de la lignée des Kabila. L'évocation de la lignée de L.D. Kabila n'a jamais posé problème. Ce qui pose problème, c'est la filiation directe de Joseph Kabila. Le terme « descendant » me paraît suis generis plus englobante y compris le sens d'adoption par rapport à celui de « fils de » qui est sans équivoque. En présentant ainsi Joseph Kabila, le Directeur met un cheveu dans la soupe et conforte ceux qui affirment que J. Kabila n'est pas le fils de son père. Un autre argument pour montrer l'inutilité d'une telle généalogie pour prouver la filiation de J. Kabila, c'est le nombre de degré de ses soit disant ancêtres. Monsieur Mugalu remonte jusqu'à la septième génération alors que pour la fiancée Olive, il se limite à la troisième. L'on peut me dire que J. Kabila est chef de l'Etat mais la vraie question est celle de savoir l'objectif d'une telle présentation. Si c'est pour répondre à la question sur la filiation directe de J. Kabila, c'est raté. En herméneutique ou exégétique du langage il est un principe que quand on est à la recherche du texte originel devant un éventail des textes, le texte le plus court a la probabilité d'être le texte original. Dans les textes les plus longs, l'auteur a tendance a des explications en s'éloignant parfois de l'objectif premier. Ceci dit pour prouver cette filiation, on n'a pas besoin de remonter jusqu'à la unième génération. Une telle démarche voudrait simplement déplacer l'intérêt de la population vers les ancêtres. Ceci dit la question de la filiation de J. Kabila reste encore posée faute d'autres preuves indiscutables. L'évocation de la longue lignée remontera un jour à l'affirmation que J. Kabila est le sauveur, le libérateur, pourquoi pas le messie ! Il est né de la cuisse de Jupiter ou pour être plus près de nous, étant jumeau dans L'Epopée Nsong'a Liandja , il est sorti comme Liandja de la cuisse de sa mère et donc un être exceptionnel. La vérité est têtue. Il faut simplement lui laisser le temps pour confondre ceux qui veulent l'étouffer.

Albert MOKILIPASI.
amokilipasi@yahoo.fr


Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.