Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

Chronique d'une candidature annoncée.

I. POURQUOI JOSEPH KABILA EST-IL CANDIDAT ?


Depuis longtemps, on le savait candidat à sa propre succession, mais le Président Joseph Kabila dont l'une des qualités est la patience a choisi de faire les choses proprement, dans l'ordre et sans précipitation inconsidérée. « Chaque chose à son temps. Pour le moment, j'ai d'autres préoccupations, des choses importantes et urgentes à faire, notamment la gestion au quotidien de l'Etat, que l'annonce de ma candidature », répondait-il chaque fois aux journalistes qui lui posaient l'éternelle question de sa candidature à l'élection présidentielle.

Le suspense a duré jusqu'au bout, jusqu'au dernier jour. Le moment étant venu, le Chef de l'Etat a fait connaître sa position au cours d'un point de presse qu'il a tenu au Palais de la Nation le 22 mars 2006. Le lendemain, il déposait son dossier de candidature au bureau de représentation provinciale de la CEI/Kinshasa, avenue Colonel Lukusa à la Gombe.

Les Romains disaient : « vox populi vox Dei ». La voix du peuple c'est la voix de Dieu. Le Président de la République Joseph Kabila a répondu favorablement au voeu de la population qui souhaitait qu'il soit son candidat à l'élection présidentielle. Beaucoup de formations politiques dont le PPRD ont fait également pression en faveur de sa candidature. Des personnalités étrangères aussi.

Joseph Kabila est candidat à sa propre succession par amour pour son peuple et par devoir de loyauté. En effet, en plus des autres qualités qu'on lui reconnaît, Joseph Kabila est un homme loyal qui ne fait rien à moitié. « Je n'ai pas encore achevé ma tâche qui est de consolider définitivement la paix dans le cadre d'un pays réunifié. Et puis, d'après ce que je sais et ce que je sens, les Congolais souhaitent que Kabila soit leur candidat », a-t-il dit au cours d'une interview exclusive accordée à François Soudan de Jeune Afrique qui lui demandait les raisons de sa candidature.

Après avoir réunifié, pacifié le pays, stabilisé la situation politique, économique du pays, le principal objectif de la mission que le Chef de l'Etat s'est assigné, conformément aux engagements pris devant Dieu et devant la Nation lors de son investiture à la magistrature suprême le 26 janvier 2001, demeure la reconstruction du pays, tâche à laquelle s'attelle le Président Joseph Kabila.

Les thèmes de campagne de Joseph Kabila seront la paix, la stabilité, la sécurité : trois acquis de sa présidence dont dépend tout le reste, à commencer par le décollage économique du pays, acquis que le Chef de l'Etat entend parfaire et consolider après les élections.

Dans la course à la présidence de la République, Joseph Kabila a un avantage certain par rapport à tous les autres concurrents. Il est le seul des candidats à la magistrature suprême à avoir une expérience avérée pour le poste. Il a exercé pendant 5 ans ces hautes charges de l'Etat dans un environnement particulièrement difficile caractérisé par un régime politique unique au monde mis en place dans notre pays avec un président et quatre vice-présidents de la République. Il est donc le seul candidat qui a un bilan à présenter.

De plus, Joseph Kabila appartient à cette nouvelle génération d'hommes politiques congolais dont le pays a besoin pour la refondation de l'Etat congolais et de la Nation. Le soutien populaire réel dont il jouit à travers le pays, sa popularité auprès des jeunes, sont autant d'atouts majeurs à sa candidature.

La population congolaise est majoritairement constituée des jeunes. Cette catégorie de la population en proie à des incertitudes quant à son avenir a foi en Joseph Kabila qui incarne l'espoir du peuple congolais. Ces jeunes espèrent qu'avec l'élection de Joseph Kabila ils trouveront des réponses positives à leurs attentes.

A l'élection présidentielle, Joseph Kabila est le candidat idéal, l'homme capable de piloter la normalisation de la vie politique en République Démocratique du Congo. Car, le plus difficile à gérer dans ce pays, ça sera l'après-élections. Un gouvernement d'ouverture s'imposera afin d'éviter les frictions et les frustrations après les élections.

Nous sommes en Afrique, les mauvais perdants cela ne manque pas. Mais le Président Joseph Kabila ne veut pas envisager l'hypothèse de la contestation des résultats des élections. La maturité de notre peuple y ferait barrage.

Joseph Kabila est l'homme le mieux indiqué pour garantir les intérêts des minorités politiques qui se dégageront des urnes, l'homme capable de piloter une grande coalition gouvernementale de toutes les forces politiques, en les associant à la gestion d'un pouvoir qu'il aura conquis démocratiquement au terme du présent scrutin. Mais, comme le Président Joseph Kabila l'a dit lui-même, « Il ne s'agira évidemment pas de répéter l'expérience bancale et paralysante de 4+1, mais de coopter différentes sensibilités politiques autour d'un programme clair ».

Fait à Kinshasa, le 2 mai 2006.

 Marcel Nzazi Mabidi
(Bureau du Porte-parole du président), © mai 2006


Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.