Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

Lettre ouverte aux 33 présidentiables en RDC

Chers tous,

Au jour J-3 des premières élections libres et démocratiques depuis l'accession du pays à l'indépendance, je me permets à travers ces quelques lignes, de m'adresser à vous qui êtes candidats à la magistrature suprême de la 3 ème république en RDC.

De quel droit est-ce que je me prévaux, lorsque je prétends m'engager sur le terrain des mots ?

Quels diplômes convient-il de posséder avant de détenir le droit d'exprimer une opinion qui se refuse à relever du lieu commun, d'un prétendu réalisme ou d'une hypothétique sagesse ?

Certains héritent d'origines gavées de jambon blanc. D'autres ont l'hérédité chargée de représailles. Il est de règle que les premiers s'expriment au nom de tous, et que les seconds se taisent au nom du bon sens.

Je m'insurge contre le jambon blanc et autant contre un « bon sens » de ce genre. Je sais trop que certains d'entre vous étaient déjà aux commandes de ce beau pays. Qu'en avez-vous fait ?

Les borgnes hier, les aveugles aujourd'hui voient bien où votre médiocrité et votre avidité nous a conduits. Je refuse de souscrire à votre monde de prévaricateurs et de corrompus sans scrupule, par un mutisme de connivence. Je ne saurais être complice volontaire que des principes auxquels je crois.

Certains d'entre vous, n'ayant ni projet de société ni programme d'actions, pourriez-vous me dire par quel miracle comptez-vous redresser la situation sociale des Congolais ?

Sous la dictature Mobutienne, vous avez appartenu à la grande bourgeoisie qui a endetté le Congo jusqu'au cou.

Le Congo se retrouve aujourd'hui avec une dette publique de

10 milliards de dollars dont le peuple n'a tiré aucun profit.

Vous avez été les ténors d'une gestion catastrophique qui s'est caractérisée par un pillage des deniers publics au profit de quelques-uns, sans grand équivalent ailleurs, qui a entraîné une dégradation des conditions socio-économiques et un terrible bond en arrière.

Votre bilan est lourd et les contrastes immenses. D'un côté, un pays potentiellement riche en tous points de vue et de l'autre côté, un pays appauvri, fortement endetté et dont la majorité de la population s'épuise dans la lutte quotidienne pour survivre.

Ce décalage entre les formidables potentialités que recèlent le pays et la réalité découle essentiellement de 30 ans de dictature et d'une gestion prédatrice qui a créé de forts handicaps structurels que la guerre d'agression a contribué à aggraver.

Depuis les années 90, les aspirations de la population à plus de bien-être, plus de démocratie, de justice et de liberté, longtemps étouffées, ont refait surface. Mais, très mal relayées par une opposition déchirée, et atomisée, qui n'offre guère d'alternative. Cette classe politique dont les intérêts sont multiples, voire opposés et qui souffre chacune de fractionnisme aigu, ne trouve à s'exprimer souvent que par la violence et l'usage des armes.

Le peuple congolais devrait avoir la mémoire courte de vous voir revenir en anges de Dieu pour soulager la misère populaire…

Bref, j'estime que mon droit à la parole est entier et qu'il vaut bien le vôtre.

La dernière prière au terme de cette lettre ouverte que j'adresse à vous tous, hommes politiques de tout bord, ce sera d'accepter le verdict des urnes.

Mais puis-je simplement vous demander, puisque la date du 30 juillet 2006 sera grave, d'être courtois, honnêtes, responsables et d'arrêter de tirer à boulets rouges sur d'autres candidats.

Parlez plus de vous-mêmes, de vos projets d'avenir pour le pays plutôt que d'user de menaces, de calomnies et de mensonges en tous genres.

Arrêtez s'il vous plaît d'attaquer la vie privée de vos concurrents, de polémiquer sur leur curriculum vitae ou leur nationalité. Aucun d'entre vous ne peut justifier sa nationalité congolaise à 100%. La vérité sur vos nationalités est consignée dans les registres des ambassades étrangères accréditées à Kinshasa.

Tout le monde le sait, parmi vous il y a des américains, des belges des portugais, des français, des allemands, des italiens, des hollandais, des suisses, des canadiens, etc. Ce qui importe pour le peuple, ce n'est ni votre nationalité ni vos diplômes mais plutôt la capacité et l'intelligence de gérer un pays qui est au bord du gouffre.

La 2 ème république a par contre connu des grands professeurs, des docteurs sortis des grandes universités américaines, canadiennes et européennes… Cet intelligentsia congolais s'est prostitué par intérêts personnels et a oublié sa mission première, celle de servir son peuple.

Au nom du sang de tous mes compatriotes qui a coulé depuis la guerre d'agression, celui qui osera prendre les armes pour contester les résultats des urnes et pour tuer le peuple Congolais , celui-là méritera la colère de nos ancêtres et finira sa vie dans les geôles réservées aux criminels de guerre à la Haye , comme Thomas LUBANGA et autres SADDAM Hussein.

Les efforts considérables de la diplomatie belge pour remettre le Congo sur l'échiquier international sont louables. Toute la Communauté Internationale a les yeux rivés sur ce grand rendez-vous et ne nous pardonnera jamais si nous laissons passer cette dernière chance.

C'est injuste d'accuser à tort le colonialisme d'être responsable du malheur des congolais. Il est vrai, celui-ci a sa part de responsabilités mais ne doit pas porter tout le poids de l'échec et de l'avidité de nos dirigeants.

Vous devez balayer devant votre porte. Vous devez en finir avec l'incroyable gâchis, dilapidation de l'aide internationale et des détournements de deniers publics.

Vous vous moquez constamment de la communauté internationale qui s'est investie pour le retour de la paix et de la sécurité en RDC. Vous vous en mordrez les doigts.

Vous devez regarder les choses en face. Dans votre milieu, toute vérité n'est pas bonne à dire. Posez-vous plutôt les bonnes questions :

- pourquoi les congolais ont-ils faim ?

- pourquoi les congolais n'ont-ils pas droit à l'éducation, à la santé, au logement et au transport public décent ?

- pourquoi le Congo est-il tombé dans la misère et l'anarchie ?

Comme dirait le général BIGEARD, le pays agonise et aura du mal à se remettre des années terribles du règne de Mobutu, responsable de la misère, du sang et des larmes du Congo…

A vous tous Congolais qui ne lirez pas cette lettre ouverte aux 33 candidats, parce que, précisément, je l'ai écrite dans votre intérêt.

Paul-Yves LUSHIKU
Analyste politique
Luxembourg
Pylu@hotmail.com

PS : par conviction personnelle, j'ai toujours écrit sous mon vrai nom, je ne me cache pas comme le font certains hypocrites.

 


Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.