Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

Pourquoi Jean Pierre Bemba ment-il toujours ?               

Par Kudura Kasongo

Le 20 Août dernier, Jean-Pierre bemba a tenté de s'emparer du pouvoir par la force. Et cela tout le monde le sait. Des policiers, des militaires, ont été blessés, violentés et tués par la milice de Bemba afin que l'accès au pouvoir lui soit assuré par la terreur. La télévision a montré les images de la terreur imposée par Bemba en cette journée de dimanche 20 Août 2006. Personne, y compris Bemba, n'a nié les faits. Plus tard, l'escorte de l'Ambassadeur Swing passant sur le boulevard du 30 juin essuie les tirs nourris de la milice de Bemba au niveau du cimetière de la Gombe, en face de sa résidence privée. Cela tout le monde le sait aussi. Mais personne ne le dit. Aucun journal ne le mentionne. Aucune radio ne le rapporte. Même pas Radio Okapi ! Et pourtant le véhicule de l'Ambassadeur Swing a bien l'impact des balles. Le lundi 21 Août 06, le Palais de la Nation où travaille le Chef de l'Etat et ses collaborateurs, a été attaqué. Tout le monde le sait également. Mais personne ne le dit ! Bemba, lui, dit que Joseph Kabila veut sa peau tout. Et pourtant la violence qui a secoué Kinshasa le jour de la proclamation par la commission électorale indépendante des résultats du 1° tour de la présidentielle et les jours qui ont suivi ainsi que les conséquences qui en ont résulté ont bel et bien été préméditées..

Les affrontements violents qu'à connu la ville de Kinshasa du dimanche 20 août à mardi 22 août 2006 sont présentés dans les médias, particulièrement la RFI et quelques Sites Internet, comme ayant été l'initiative de la Police Nationale Congolaise et de la Garde Républicaine, donc du camp du Chef de l'Etat.
Cette situation devrait être corrigée, également dans les médias, car en réalité ces affrontements n'ont été que le résultat des préparatifs et de l'exécution des actes de violence dans la ville de Kinshasa par le Mlc de Jean-Pierre Bemba.

DES PRÉPARATIFS

Pendant la campagne électorale, Bemba et ses proches n'avaient cessé d'affirmés que la guerre civile éclaterait en Rdc au cas où le Mlc perdait les élections.
Cfr. Meeting de Bemba lui-même à Tshikapa dans le Kasaï-Occidental le 08 juillet 2006. Propos relayé par Radio Okapi dans son édition de 7 heures du matin, heure de Kinshasa, du 09 juillet 2006.
Cfr. Manifestation du Mlc le 27 juillet 2006 à l'occasion de laquelle des actes de barbarie ci-après ont été perpétrés par la milice et les sympathisants du Mlc :
- 4 Policiers tués et brûlés vifs ;
- Pillage des sièges de la Haute Autorité des Médias (HAM) et de l'Observatoire National des Droits de l'Homme ;
- Une femme mariée travaillant à la HAM brutalisée et violée ;
- Les églises des Pasteurs NGALASI et SONY KAFUTA pillées et brûlées ;
- Le lieu de répétition du groupe Musical « Wenge –Musica Maison Mère » mis à sac.
Cfr. Meeting du Mlc au Stade Tata Raphaël à Kinshasa le même 27 juillet 2006 au cours duquel M. François MWAMBA, Secrétaire Général du Mlc, avait lancé que si on osait priver Bemba de la victoire aux élections, on verrait.
Cfr. Plusieurs déclarations des partisans du Mlc et alliés sur Canal Kin Tv, CCTV, et sur Radio Liberté proférant les mêmes menaces à l'encontre :
- du processus électoral ;
- de la CEI ;
- de la personne de l'Abbé Apollinaire Malu Malu ;
- de la paix en Rdc ;
- de l'union Européenne et de la Communauté Internationale, jugées à priori par les partisans du Mlc comme favorables au Chef de l'Etat ;
- et de la personne du Chef de l'Etat lui-même,
Injurié sans retenues à longueur des journées.
Après les élections, les mêmes menaces ont continué de façon virulente dans les médias proches du Mlc.
Avant la publication des résultats, le dimanche 20 août 2006, Radio Liberté annonçait à partir de 11 heures, heure de Kinshasa, que : « les résultats attendus allaient consacrer la victoire du Candidat des Occidentaux, celui avec lequel les Occidentaux entendaient signer des Contrats léonins sur les dos du peuple congolais, en privant Bemba de sa victoire ». La même Radio demandait au Peuple congolais de se tenir prêt aux sacrifices.
Pour leurs parts, CCTV et Canal Kin ne cessaient de surchauffer les esprits dans le même sens en s'en prenant cette fois-ci par des injures de tout genre à la personne du Chef de l'Etat.
C'est dans cette foulée et suite à la répétition de ces dérapages que Radio Liberté a été fermée.
Personne n'a donc été surprise de constater, à partir de 12 heures le dimanche 20 août, le déploiement massif des éléments de la milice du Mlc devant le Building ex-Comcel et le long de l'avenue du Port, du Boulevard du 30 Juin jusqu'au Rond Point Forescom, qui empêchaient à tout élément de la Police et de l'Armée Nationale de fréquenter les lieux ainsi investi.

DE L'EXÉCUTION DES ACTES DE VIOLENCE :  Le samedi 19 août 2006-09-12

Enlèvement et séquestration jusqu'à ce jour du chef de Bureau M. NSEY NTIAR, Matriculé 92-01917 par la milice du Mlc à hauteur du Building de la RECONSTRUCTION (cfr. Rond Point Forscom) au motif qu'il serait espion parce qu'étant Agent de l'ANR, Service dont pourtant le numéro 2, M. Alain MUNANGA, Administrateur général adjoint, est issu du Mlc.
Le dimanche 20 août 2006
Empêchement de la publication des résultats des élections à 21 heures précises comme prévu à Sainte Anne à la Gombe, par des tirs lointains des éléments du Mlc non loin du siège de la CEI, ce qui a occasionné un retard de deux heures.
Arrestations brutales de trois éléments non armés de la Police spéciale de roulage à 18 heures 10' et de plusieurs autres Policiers qui gardaient les installations situées dans les périmètres du Building ex-Comcel et amenés au siège national du Mlc dans le même Building.
Attaque instantanée et non justifiée des Jeeps de la PIR dont les éléments venaient s'enquérir de la situation qui prévalaient sur l'avenue du Port. A cette occasion, une Jeep de la Police a été saisie par la milice du Mlc. Plusieurs Policiers ont été grièvement blessés.
Un mini-bus « RAM de couleur bleue, marque « DODGE » de la PIR emportée jusqu'à ce jour par cette milice.
Ainsi, le débordement de la Police a justifié, aux environs de 19 heures, l'intervention musclée et dissuasive d'une branche de l'Armée Nationale, la Garde Républicaine.

Le lundi 21 août 2006

Enlèvement, aux environs de 14 heures, de deux éléments de la Garde républicaine par la milice du Mlc à bord d'un mini bus de transport en commun qu'elle a amené et séquestré à la Résidence officielle du Vice-président Bemba sise Boulevard du 30 juin en face du Cimetière de la Gome.
Tirs nourris, aux environs de 16 heures, des éléments du Mlc en direction du Palais de la Nation, à partir de la Place CADECO, pendant que leur chef Bemba était en réunion avec le CIAT à sa résidence privée au bord du fleuve.
Agression armée de la milice du Mlc par deux tirs à la roquette aux environs de 17 heures 15', d'une Jeep de marque TOYOTA N° 007 de la PIR qui est tombée dans le caniveau sur le Boulevard du 30 juin à hauteur du Building TATA, et qui était encore visible à l'endroit de l'attaque au soir du mardi 22 août 2006.
Une Jeep TOYOTA HILUX, couleur blanche n°001 de la l'Inspection Provinciale de la Police Kinshasa emportée par cette milice et récupérée encore par la Police.
Tous ces incidents ont amplement justifié l'intervention musclée de la Garde Républicaine en direction du lieu d'où venaient les tirs vers le Palais de la Nation, où étaient séquestrés les deux éléments de la Garde Républicaine, ainsi qu'en direction de la Résidence privée du Vice-président Bemba, d'où manifestement venaient les ordres d'agression.
Tirs sur le convoi du Représentant spécial du Secrétaire général, l'Ambassadeur William Lacy Swing à hauteur du Cimetière de la Gombe par les éléments du Mlc commis la protection de la résidence de Bemba.

Le mardi 22 août 2006

Pillage ciblé des Services et propriétés suivants :
- Les installations de l'Institut de Sécurité Sociale, INSS en sigle ;
- Pillage de l'ONG PAREC du Pasteur Daniel NGOY MULUNDA ;
- Domicile du Français PHILIPE JAUREY sis Boulevard du 30 juin ;
- Domicile du Français MICHEL BOURGEOIS, sis avenue Comité Urbain n°19, commune de la Gombe. 2 Jeeps dont une Mercedes ML et une SUZUKI VITARA sont emportées ;
- Au petit matin du même jour, les six (6) éléments de la Police commis à la protection de la Cour Suprême de Justice située au croisement des avenues LEMERA et Justice sont froidement abattus par la milice du Mlc ;
- Tentative d'attaque de la Résidence du Général Jhon NUMBI, sise avenue des Orangers, commune de la Gombe, tentative ayant soldé par un mort, un élément de la Force aérienne ;
- Ces pillages ciblés des propriétés des Expatriés sont l'expression d'une haine distillée par le Mlc contre les proches du Président de la République, ainsi qu'à l'encontre des Occidentaux accusés à tort de soutenir le Chef de l'Etat.

Le jeudi 24 août 2006

Entretien et alimentation de deux foyers de tension, par Bemba et sa milice, notamment devant le Building ex-Comcel et devant la résidence située en face du Cimetière de la Gombe.
Devant le Building Comcel, s'est déployé un Peleton d'éléments armés dont la majorité en tenue civile qui incitait un groupe de badauds aux pillages de Résidences préalablement ciblées.
A l'arrivée de deux véhicules blindés de l'EUFOR, accompagnés de la Police Nationale des coups de feu, dont l'origine est à déterminer, ont retenti créant ansi la panique au Centre ville jusqu'au grand marché.
Le même scénario s'est répété mutatis mutandis devant la Résidence de Bemba située en face du Cimetière de la Gombe où les badauds entourant les miliciens de Bemba sont restés de 11 heures00' à 15 heures00' sous prétexte d'attendre la tenue de la conférence de presse du chef du Mlc.

FALSIFICATION DES FAITS DANS LES MÉDIAS

Il convient de souligner qu'à ce jour, il a été relevé que les éléments de la Police Nationale Congolaise et de la Garde Républicaine n'ont ni tué, nie pillé un seul Congolais civil parce qu'étant proche du Mlc encore moins un seul Expatrié.
Les préparatifs et l'exécution des actes de violence par le Mlc dont description ci-dessus semblent curieusement être ignorés par RFI et les autres médias.
L'incitation sur la place publique à la haine ethnique contre les swahiliphones, au meurtre contre la personne de l'Abbé Malu Malu, aux troubles et à la révolte, ainsi que l'outrage au Chef de l'Etat devenue quotidien, par des injures à répétition sur CCTV, Canal Kin et Radio Liberté, ne sont évoqués par personnes.
Le bilan de 11 Policiers sur 16 tués par cette milice du Mlc atteste à suffisance le caractère prémédité de cet assaut.
Contre toute attente, et malgré la véracité de tout ce qui précède, les médias ont présenté les partisans du Chef de l'Etat comme ayant initié les affrontements

Et donc, après avoir allumé le feu, Bemba se dit victime de son succès électoral. Dans le dernier numéro de Paris Match, sous le titre « Élection présidentielle au Congo Kinshasa »JP Bemba affirme que les ambassadeurs venus chez lui le lundi 21 août 06 ont souhaité s'entretenir avec lui de « l'incident de la veille… » Mais que diable! De quel incident s'agit-il ? On sait que la veille, le dimanche 20 Août 06, des policiers en uniforme et en service ont été grièvement blessés, d'autres tués par sa milice. Ces faits graves se sont déroulés non loin de son Quartier général abritant aussi les locaux de sa chaîne de télévision jouxtant presque les bureaux de la police chargée de la circulation routière. Bemba le sait. Autre chose, dans la même interview accordée à Paris Match, Bemba reconnaît que Joseph Kabila est fils de Laurent Désiré Kabila. Et pourtant, dans ses media de la haine rappelant le 3° Reich de Goebbels, Bemba traite sans vergogne JKK (Joseph Kabila Kabange) d'étranger. Ah! si le mensonge pouvait tuer…

KUDURA KASONGO
Porte-parole du Chef de l'Etat

Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.