Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

Discours du Président de la République Démocratique du Congo, Joseph  Kabila Kabange à la 61ème Session Ordinaire de l'Assemblée Générale des Nations Unies    

New-York, mercredi 20 septembre 2006

Monsieur le Président,

Avant de commencer mon propos de ce jour, Je voudrais, vous demander de bien vouloir transmettre à Madame SHEIKHA HAYA RASHED AL KHALIFA, Mes très vives et chaleureuses félicitations pour sa brillante élection à la présidence de cette 61ème Session Ordinaire de l'Assemblée Générale des Nations Unies. Mes félicitations s'adressent également à tous les membres de votre bureau qui, j'en suis sûr, vous aideront à accomplir avec brio votre exaltante et délicate mission à la présidence de la présente Session Ordinaire. Je saisis aussi cette opportunité pour rendre un hommage mérité à votre prédécesseur, Monsieur Jan ELIASSON, Président de la 60ème Session Ordinaire, pour la qualité appréciable du travail abattu au cours de son mandat, dans un environnement international difficile.

Je ne peux poursuivre cette communication sans exprimer toute Ma reconnaissance ainsi que les remerciements de l'ensemble du peuple congolais à l'endroit de Monsieur KOFI ANNAN, Secrétaire Général de l'Organisation des Nations Unies, dont le mandat prend fin cette année sur une note de satisfaction de tous. Grâce au Leadership remarquable de ce digne fils de l'Afrique, les Etats membres de notre Organisation ont bénéficié d'une décennie de diplomatie intense et active qui a permis le règlement de bon nombre des conflits dans le monde. Il y a lieu de citer notamment la situation des pays de la Région des Grands Lacs et particulièrement celle de la République Démocratique du Congo.

Monsieur le Président, Au moment où se déroule cette 61ème Session Ordinaire de l'Assemblée Générale des Nations Unies, Mon pays, la République Démocratique du Congo, vit et traverse une période particulière de son histoire politique. La période de transition débutée depuis 1990 va bientôt prendre fin avec la mise en place des nouvelles
institutions du pays. En effet, le 30 juillet dernier, il s'est tenu dans la paix et la transparence, sur l'ensemble du territoire national, les premières élections pluralistes réellement démocratiques depuis une quarantaine d' années. La réussite de ce pari constitue une grande œuvre commune du peuple congolais et des partenaires tant
bilatéraux que multilatéraux de la République Démocratique du Congo. Et c'est ici l'occasion de remercier du haut de cette tribune tous ces partenaires. S'agissant des événements malheureux survenus à Kinshasa du 20 au 22 Août 2006, après la proclamation des résultats provisoires du premier tour de l'élection présidentielle par la Commission Électorale Indépendante, toutes les dispositions ont été prises pour que de tels incidents ne se reproduisent plus. Le processus électoral va se poursuivre dans un climat apaisé et de concorde nationale.

Monsieur le Président,

Les avancées obtenues quotidiennement parfois au prix de beaucoup de sacrifices sont l'aboutissement d'un processus politique laborieux initié comme vous le savez après un long conflit armé interne et externe. Ces conséquences
humanitaires sont l'une des tragédies les plus importantes que l'humanité ait connues. Cependant, il demeure de nombreux problèmes multisectoriels auxquels le prochain gouvernement devra faire face au regard des attentes urgentes et légitimes du peuple congolais. En effet, ce gouvernement devra parachever l'œuvre de l'intégration et de
la reforme de l'Armée pour assurer la paix et la sécurité à notre peuple. Il devra se mettre au travail pour améliorer les conditions de vie de nos populations. En d'autres termes, il devra tout mettre en œuvre pour répondre aux besoins fondamentaux de celles-ci, notamment, la santé, l'éducation, l'autosuffisance alimentaire, les infrastructures de base, l'électricité et l'eau potable pour tous, sans oublier évidemment la lutte contre le
paludisme et le VIH/SIDA ainsi que la lutte contre la pauvreté.

Pour y arriver, le nouveau gouvernement devra entre autres renforcer la bonne gouvernance par la lutte contre la corruption et garantir la sécurité juridique et judiciaire dans le cadre de la réforme du système judiciaire en cours. La réalisation de cette vision n'est possible que par la mobilisation des énergies de tout le monde, à travers une participation active et inclusive de tous les fils et filles de notre pays quelles que soient leurs tendances politiques, idéologiques ou confessionnelles.

A ce propos, nous saluons la configuration de notre futur parlement qui reflète déjà la richesse et la diversité politique de notre peuple et dont le rôle de contrôle sera fondamental pour le fonctionnement de l' Etat. C'est pourquoi, une fois de plus, Je réaffirme Ma foi dans le concept de la « consolidation de la paix » et lance un appel pressant à la Communauté Internationale afin de poursuivre le partenariat avec la République Démocratique du Congo après la mise en place des nouvelles Institutions.

Monsieur le Président,

En observant la scène internationale, il se dégage plusieurs fléaux récurrents notamment, la persistance des tensions et des conflits armés dans plusieurs régions du monde, la dégradation des conditions de vie des populations dans les pays en voie de développement, particulièrement en Afrique, la montée de l'immigration clandestine, les ravages causés par les différentes pandémies, la croissance de la criminalité et des actes de terrorisme, les atteintes à la préservation et à la protection de l'environnement.

Face à ces menaces, la session précédente de l'Assemblée générale avait organisé, en marge de ses travaux, le Sommet mondial des Chefs d'Etat et de Gouvernement consacré à l'évaluation des Objectifs du Millénaire pour le Développement et autres engagements issus des Grandes Conférences et Réunions Internationales. C'est suite à cette évaluation que plusieurs décisions ont été prises notamment, la création de la
Commission de Consolidation de la Paix et du Conseil des Droits de l'Homme, deux structures fondamentales, dont nous ne pouvons que nous féliciter de la mise en place effective. La réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement est une priorité pour bon nombre des pays, particulièrement les plus démunis. C'est pourquoi, l'élan dans l'application des recommandations pertinentes issues du Sommet du Millénaire ne devrait pas se relâcher. Et c'est dans cette optique que nous souhaitons voir s'inscrire les présentes assises.

Outre les fléaux précités, d'autres questions préoccupent encore nos pays notamment la réforme du Conseil de Sécurité des Nations Unies, l'effacement total de la dette des pays en voie de développement, l'augmentation de l'aide publique au développement, la
conclusion d'une Convention générale relative au Terrorisme international et la stratégie mondiale de lutte contre ce phénomène, les conflits armés, la sécurité collective, l'adoption d'un traité international sur les disparitions forcées. Toutes ces questions constituent autant de défis posés à la marche harmonieuse de la Communauté des Nations et à l'avenir même des générations futures. Pour y répondre efficacement, tous les pays du monde doivent être solidaires les uns vis-à-vis des autres dans un élan de coopération sincère et de justice humaniste.

Concernant les crises dans le monde, que ce soit au Moyen Orient, en Afrique ou ailleurs, la République Démocratique du Congo recommande, plus que jamais, leur règlement par la voie pacifique, dans le respect de la Charte des Nations Unies et des résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité.

Monsieur le Président,

En guise de conclusion, puisse cette auguste assemblée partager avec moi ma conviction en la renaissance de la République Démocratique du Congo avec l' avènement des nouvelles institutions appelées à ouvrir une nouvelle ère de paix, de stabilité et de développement, non seulement dans mon pays mais aussi en Afrique Centrale et dans toute la Région des Grands Lacs.

Malgré les défis que notre organisation se doit de relever au jour le jour, c'est sur une note d'espoir, de solidarité entre les nations, et de synergies dans leurs actions pour un avenir meilleur des générations actuelles et futures que je termine mon propos. Je souhaite plein succès à nos travaux.

Je vous remercie.

Joseph KABILA

Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.