Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

LETTRE OUVERTE

Par Jacques Matanda ma-Mboyo Kudia-Kubanza
Combattant de la liberté et militant de base de l'UDPS


A   VOUS   TOUS   ET  A   CHACUN   D'ENTRE  VOUS   MES   CHERS  COMPTRIOTES ,
  COMBATTANTS  DE  LA  LIBERTE  ET   MEMBRES   DE   NOTRE   PARTI  DU  PEUPLE,
L' UNION  POUR  LA   DEMOCRATIE  ET  LE  PROGRES   SOCIAL,- U.D.P. S.

(A  LIRE  EN  PAGES  2,  3   ET  4)

Washington DC, USA, le 28, aout, 2006

Mes chers Compagnons de la lutte pour l'Union, pour la Démocratie et pour le Progrès Social,
Chers Collègues Combattants de la liberté contre le terrorisme criminel et esclavagiste
en République Démocratique du Congo,

CONCERNE : NOTRE PARTI, L'UDPS  FACE A LA PROBLEMATIQUE DU TERRORISME CRIMINEL ET ESCLAVAGISTE  ETRANGER  EN  RDC ET AUSSI  FACE A LA NULLITE ABSOLUE DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES ET LEGISLATIVES 30 JUILLET 2006 ;

Avant d'aborder le point retenu en marge du présent Mémorandum, je voudrais rendre gloire à notre Dieu Puissant et Miséricordieux. Je voudrais marquer ma pleine gratitude à l'éternel Roi des Rois pour les intarissables ressources dont il n'a de  cesse de combler son peuple engagé de très longues décennies durant, dans une lutte martyre et dans la résistance contre le système politique terroriste, criminel et esclavagiste en place en République Démocratique du Congo. Par cette prière, je voudrais aussi recommander à Dieu le leadership politique et l'autorité morale de notre Président national, M. Etienne Tshisekedi wa Mulumba : le peuple de Dieu en République Démocratique du Congo garde et gardera sans cesse à l'esprit les très nombreuses décennies d'oubli de soi, de renoncement et moult autres sacrifices que ne cesse de consentir notre Président national, mû par l'idéal de fidélité aux plus profondes aspirations et attentes du Peuple et à la Nation congolaise.

En guise d'observation préalable au présent Mémorandum, j'aimerais relever l'extrême gravité de la situation politique et diplomatique à laquelle se trouve déjà confrontée notre pays suite à l'implication de l'espace présidentiel et de certains membres du gouvernement en place dans la contrebande internationale de l'uranium congolais qui serait en route pour l'Iran. Il s'agit de l'affaire relative à la saisie d'une très importante quantité d'uranium issu de la gigantesque campagne de pillage des minerais congolais par des groupes d'intérêts occidentaux associés aux dirigeants de certains pays africains qui ont confisqué l'appareil de l'Etat congolais et s'en sont rendus maîtres.

Ces chefs d'Etat africains sont, à ce jour, les véritables commanditaires de la gigantesque contrebande portant sur d'énormes quantités d'uranium congolais vendues à certains réseaux criminels opérant notamment dans le blanchissement d'importantes quantités de narcodollars qui, depuis quelques années, dominent l'activité économique en République Démocratique du Congo : c'est dans ce contexte général qu'il s'impose de placer les nombreuses affirmations qui, à l'époque, plaçait l'espace présidentiel et le gouvernement congolais dans les rangs des alliés, complices et pourvoyeurs de certains réseaux terroristes et criminels internationaux.

Au nombre de ces réseaux terroristes et criminels internationaux se trouve le réseau coréen qui développe d'intenses activités affairistes en République Démocratique du Congo, notamment dans l'injection et la mise en circulation de faux billets de dollars américains. C'est pourquoi, dans un Mémorandum en date du 06 mai 2005 et adressé au Président Georges W. Bush par les Patriotes congolais résidant aux Etats-Unis, l'on pouvait lire ceci : « Comme ils (les réseaux terroristes internationaux spécialisés dans le blanchissement des narcodollars) tirent profit de la déliquescence totale et de la criminalisation de notre gouvernement, les chefs de cette contrebande, plus précisément le réseau terroriste nord coréen a réussi à prendre le contrôle de l'exploitation artisanale de notre uranium extrait au Katanga. Le fait le plus surprenant et troublant dans cette affaire réside dans l'extraordinaire vague migratoire des populations venant du Moyen-Orient pour s'installer et opérer d!
ans la province congolaise du Katanga. »

D'aucuns se poseront la question de savoir pourquoi ce Mémorandum avait repris cette affaire de la contrebande de l'uranium congolais en relation avec les réseaux terroristes et criminels internationaux qui menacent très
gravement la sécurité des Etats-Unis d'Amérique. A cet effet, j'aimerais préciser que l'objectif principal assigné à ce Mémorandum était celui de la clarification sur la grande mystification et autres manipulations dont sont victimes les plus hautes Instances dirigeantes américaines au niveau de la problématique de la République Démocratique du Congo.

Cette clarification visait à mettre à nu les pires hypocrisies et autres mensonges auxquels ont recours les groupes d'intérêts financiers européens et africains alliés qui se servent de Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila comme un masque, un paravent ou tout simplement comme une marionnette faisant office de Chef de l'Etat en République Démocratique du Congo : d'un côté, ces groupes d'intérêts financiers européens et africains entretiennent d'excellentes relations d'affaires avec ces réseaux terroristes et criminels qui sèment la mort et la désolation aux Etats-Unis d'Amérique ; et de l'autre côté, ces dits groupes d'intérêts ont recours à toutes sortes d'artifices, mensonges et manipulations pour obtenir l'aval et parfois le soutien des Etats-Unis d'Amérique pour garantir la réussir  des opérations terroristes anti-américains. Au nombre de ces opérations terroristes se trouve notamment celle relative à la contrebande de l'uranium congolais destine notamment à la Corée du !
nord, à l'Iran et à de nombreux groupes terroristes opérant dans la province congolaise du Katanga, en quête de l'uranium congolais.

Sans craindre d'être valablement contredit,- l'on pourrait dire ceci : du fait leur aval ou caution apporté de bonne foi à ce groupe d'intérêts financiers européens et africains,- les Etats-Unis d'Amérique se retrouvent, d'une certaine maniere, dans le rôle de pourvoyeur de l'uranium congolais à ceux qu'ils considèrent comme parties prenantes au réseau terroriste international. En effet, cet uranium congolais obtenu avec l'aval ou au soutien américain,- ne sert ou ne servira à rien d'autre qu'à semer la terreur, la mort et la désolation aux Etats-Unis d'Amérique ou tout au moins dans l'un ou l'autre pays allies des Etats-Unis. Dans les semaines ou les mois avenirs, cette affaire de la contrebande de l'uranium congolais pourraient avoir de tres malheureuses conséquences quantitativement et qualitativement plus graves que celles ayant résulté des attaques terroristes du 11 septembre 2001. Car, l'affaire de l'uranium congolais a toutes les apparences  d'une entreprise planifiée!
  et organisée par quelques puissants réseaux terroristes internationaux opérant en parfaite intelligence avec l'espace présidentiel et du gouvernement congolais issu de Sun-City en Afrique du sud ! ! !            

De ce qui précède,- nous en arrivons à la conclusion suivante : un jour viendra,- l'Histoire rendra hommage non seulement au sens élevé d'oubli de soi, de renoncement et de sacrifices consentis par M. Etienne Tshisekedi wa Mulumba mais surtout à son extraordinaire clairvoyance et perspicacité. Seules ces qualités exceptionnelles avaient contraint et continue a contraindre notre Président national à s'abstenir à apporter sa caution politique personnelle et celle de notre Parti, l'UDPS, à la parodie d'élections présidentielles et législatives organisées dans notre pays, ce 30 juillet 2006. Mieux que quiconque, le Président Etienne Tshisekedi wa Mulumba savait que cette parodie d'élections était le fait d'un réseau terroriste, criminel et esclavagiste étranger. Lesquelles réseau terroriste n'avait pour seul et unique objectif l'usurpation des attributs de la légitimité et de la souveraineté nationale congolaises. 

Mieux : ce refus du President Etienne Tshisekedi wa Mulumba était l'expression de la volonté de légitimité de la plus large majorité des 60 millions des populations civiles, militaires et religieuses congolaises adhérant au leadership politique et a l'autorite morale de Mr. Etienne Tshisekedi wa Mulumba : il s'agit de ces hommes, ces femmes et ces enfants congolais qui, durant des dizaines d'années, ont été pris en otage. Ont été soumis à un régime de terreur. Ont été contraints de vivre dans le dénuement total, dans l'ignorance et dans la pire des misères matérielles et financières. Ont été victimes de toutes sortes d'humiliations et sont morts dans l'oubli et dans l'abandon total, victimes d'une gigantesque campagne d'extermination massive des populations.

Fort nombreux sont ces Congolais et Congolaises qui n'ont pas compris que la participation de M. Etienne Tshisekedi wa Mulumba à la mascarade d'élections présidentielles du 30 juillet, aurait eu pour conséquence principale la énième ré-édition des réflexes de solidarité des architectes et artisans du système politique terroriste, criminel et esclavagiste en place dans notre pays depuis plus de cent ans. Fort nombreux sont ces Congolais et ces Congolaises qui n'ont pas compris que ce refus du Président national de l'UDPS a eu l'extraordinaire effet d'imposer l'éclatement des traditionnels réflexes de solidarité des architectes et artisans des quatre décennies du règne post-colonial du système politique terroriste, criminel et esclavagiste en République Démocratique du Congo.

Pour rappel : ces traditionnels réflexes de solidarité avaient prévalu en 2002, lors des concertations politiques, diplomatiques et militaires de Sun-City, en Afrique du sud où ces architectes et artisans du système terroriste, criminel et esclavagiste avaient constitué leur « Union sacrée » pour exclure et tenir M. Etienne Tshisekedi wa Mulumba en dehors de leur espace présidentiel et de leur gouvernement. Cette exclusion fut le fait le plus important et le plus déterminant des assises de Sun-City et du processus électoral consacré par lesdites concertations politiques, diplomatiques et militaires.

Aussi paradoxal que cela ait pu paraître, Sun-City avait été le lieu où les ailes dissidentes, ennemies et belligérantes de la défunte multinationale AFDL avaient exprimé, de la meilleure manière qui soit, leur volonté de re-constituer leur ancienne « Alliance » fondée sur la volonté commune d'ériger en République Démocratique du Congo un Etat fondé sur un système politique terroriste, criminel et esclavagiste. Sun-City n'a jamais été le lieu de prédilection pour mettre fin à quatre années de la guerre fratricide extrêmement meurtrière ayant occasionné plus de quatre millions de morts. Sun-City n'a jamais fait l'apologie de la paix civile,   de la réconciliation inter-congolaise ni de la démocratie. Jamais. Il en a été de même durant ces trois dernières années de règne de l'espace présidentiel et du gouvernement issu de Sun-City. De même pour les élections présidentielles et législatives du 30 juillet 2006 consacrées par les prétendues concertations de Sun-City. 

A Sun-City, le principal objectif poursuivi par les maîtres de ces ailes dissidentes, ennemies et belligérantes de la défunte multinationale AFDL, était celle d'évoluer vers une union ayant un seul et unique objectif, à savoir : la marginalisation du leadership politique du Président Etienne Tshisekedi wa Mulumba et, plus tard, son exclusion pure et simple de la gestion de la transition pré-électorale. Au delà de votre leadership politique, il s'agissait de marginaliser et d'exclure le Peuple et la Nation congolaise toute entière.

Longtemps avant l'entrée en scène de l'AFDL dans la vie politique congolaise, d'autres architectes et artisans du système politique terroriste, criminel et esclavagiste avaient eux aussi  recouru, plus d'une fois, à ce type de stratégie de marginalisation et d'exclusion du Président Etienne Tshisekedi wa Mulumba et du peuple congolais : ce fut le cas notamment au Palais de Marbre en 1991 et au Palais du Peuple 1994, quand le système politique terroriste, criminel et esclavagiste de l'époque avait réussi, in extremis, à assurer sa survie. 

A l'époque de ces vastes escroqueries politiques de 1991 et 1993, la stratégie et l'objectif poursuivis par les anciens architectes et artisans du système politique terroriste, criminel et esclavagiste congolais (zaïrois) étaient les mêmes que ceux ayant prévalu d'abord à Sun-City et ensuite durant toute la durée de la transition pré-électorale issue de Sun-City. Les nouveaux architectes et artisans du système politique terroriste, criminel et esclavagiste issus de Sun-City,- n'étaient pas meilleurs que ceux des années 1991-1993. Sur de nombreux aspects, ceux de Sun-City étaient pires.

Aussi, en 2002, à Sun-City, les maîtres des ailes dissidentes, ennemies et belligérantes de la défunte multinationale AFDL ne pouvaient que poser les bases de la ré-édition des stratégies et objectifs politiques ayant prévalu en 1991 et 1993 : plus tard, ces stratégies et objectifs retenus à Sun-City avaient débouché sur la mise en place d'un « pouvoir de transition » qui, par essence, faisait prévaloir la perpétuation du règne du terrorisme criminel et esclavagiste dans notre pays. Et ce, avant et après les élections du 30 juillet 2006.

Pourquoi dès lors certains ont la mémoire si courte qu'ils ne peuvent s'empêcher de considérer que le Président Etienne Tshisekedi wa Mulumba et notre Parti, l'UDPS, auraient dû s'impliquer en acceptant d'être réduits au rangs de simples outils et instruments dociles soumis à l'édification et à la perpétuation du système politique terroriste, criminel et esclavagiste dans notre pays ?

Pour prévenir et aussi pour éviter d'évoluer vers des élections donnant naissance à un pouvoir terroriste, criminel et esclavagiste, les parties prenantes aux dites élections auraient dû s'investir dans la tenue des concertations politiques préalables destinées à mettre en place un cadre politique consensuel devant présider à la tenue des dites élections. Ces concertations auraient permis de marquer la rupture entre d'une part, les volontés terroristes, criminelles et esclavagistes issues de Sun-City et, d'autre part, les volontés patriotiques congolaises visant à l'émergence d'un Etat congolais fondé sur la volonté de réconciliation nationale inter-congolaise, de l'Union, de la Démocratie et du Progrès social : telles furent les exigences préalables formulées par M. le Président. Et, plus tard, cette exigence avait été, en vain, formulée par la Conférence épiscopale de l'Eglise catholique romaine et par de très nombreuses personnalités éminentes et organisations politiques,!
  religieuses et culturelles.

Mis à part quelques déclarations démagogiques dénonçant de très nombreux et très importants vices de forme et de fond mettant en péril l'acte juridique que constituaient les élections présidentielles et législatives du 30 juillet 2006, les maîtres des ailes dissidentes, ennemies et belligérantes de la défunte multinationale AFDL avaient, à l'unanimité, fait le choix de participer à cette mascarade d'élections. Lesquelles élections excluaient toute perspective de réconciliation inter-congolaise. Un scrutin électoral non inclusif, non libre, non démocratique et non transparent caractérisé notamment par l'injection et l'utilisation de plus de 10 millions de bulletins de vote excédentaires sur les 25 millions des bulletins nécessaires pour les seules élections présidentielles.

Pire : tout au long de la tenue de ces élections, il est apparu que ces 10 millions de bulletins excédentaires ont servi à remplir les urnes d'un candidat, à savoir : le jeune Rwandais, Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila, qui pourtant, venait d'être reconnu comme étant le principal agent d'exécution des cinq dernières années de la contrebande de l'uranium congolais. De source digne de foi l'on affirme que Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila aurait dû être proclamé vainqueur de ces élections présidentielles résultant de l'injection des 10 millions de bulletins de vote excédentaires sur le compte de ce dernier. Aux dires de ces sources, la proclamation de Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila aurait été frappe du veto américain et anglais consécutivement aux nombreux indices attestant des collusions de ce dernier et de ses maîtres avec les réseaux terroristes et criminels internationaux.    

Prenant en compte l'ensemble des faits délictueux ayant dominé et déterminé la tenue de ces élections présidentielles du 30 juillet 2006, de nombreux patriotes congolais avaient quant à eux établi le constat de la nullité absolue des dites élections présidentielles. Ayant valeur de postulat, cette nullité absolue est  motivée par le fait que la somme des près de 25 millions de volontés de légitimité et de souveraineté nationales congolaises exprimées étaient tenues en échec par les 10 millions de bulletins issus des tricheries ayant prévalu au cours de ces élections.    
Deux démarches devraient aider a remédier à la crise de légitimité extrêmement grave créée au niveau politique et institutionnel par la nullité absolue des élections présidentielles du 30 juillet 2006 : la première démarche concerne exclusivement les parties prenantes à ces prétendues élections. Lesquelles élections se veulent être régies par la Cour Suprême de Justice reconnue par ces parties prenantes comme seule autorité habilitée à établir de manière formelle cette nullité absolue. La deuxième démarche concerne chacune des populations civiles, militaires et religieuses congolaises qui n'ont rien d'autre à faire que de se revendiquer de la lettre et de l'esprit général des très nombreuses dispositions constitutionnelles congolaises consacrant, de manière constante, le droit et le devoir de résistance à toute personne ou groupe de personnes qui menacerait la vie ou l'émergence des institutions démocratiques en République Démocratique du Congo.     

C'est dans ce contexte politique national dominé par la nullité absolue de ces élections présidentielles que, la Direction politique de notre Parti et chacun d'entre nous, membres des instances de base de l'UDPS, devront, à court et moyen terme, nous déterminer par rapport aux types d'actions à mettre en ouvre pour mettre fin au règne du système politique terroriste, criminel et esclavagiste qui d'une part, sème la mort et la désolation à très grande échelle à l'intérieur des frontières nationales congolaises et d'autre part, distribue à de très nombreux réseaux terroristes internationaux l'arme de destruction massive que constitue l'uranium congolais.

Face à cette donne nouvelle et inédite et au terme de près de trente années d'une lutte martyre pour la restauration de l'Union, de la Démocratie et du Progrès social dans notre pays, les patriotes congolais, membres de l'UDPS devraient considérer que la vie du Parti se trouve désormais à la croisée des chemins : aussi, le Parti se doit de faire un choix conséquent, responsable et déterminant pour l'avenir de la Nation.

Au delà de l'UDPS, notre Parti, l'impérieuse nécessité de faire ce choix est et sera l'affaire de chacun des 60 millions des populations civiles, militaires et religieuses congolaises. Un choix de chacun des partis politiques, de chacune des organisations de la société civile congolaise et surtout de chacun des fils biologiques de la République Démocratique du Congo : c'est dire que l'essentiel ne réside pas dans le choix de négocier  quelconque alliance ou participation à l'un ou l'autre pouvoir issu de pseudo-élections qui sont la négation de l'expression de la volonté de la légitimité du peuple congolais. Expression de la volonté de la souveraineté nationale congolaise.

Négocier les accommodements à la négation de l'expression de volonté de la légitimité et de la souveraineté nationale congolaises,- serait consacrer la plus haute trahison par rapport a la nation congolaise et par rapport au  sacrifice suprême consenti par des dizaines de millions de fils et filles de notre pays dont plusieurs millions de membres de l'UDPS morts martyrs de la cause nationale : une telle approche consacrerait l'échec de toute l'ouvre de pres trente années de la lutte et de la résistance de l'UDPS.

A ce jour, notre Parti devrait se préparer à aller à la Convention nationale convoquée par le Président national et l'ensemble des instances dirigeantes de l'UDPS. Au terme de débats et délibérations de la Convention nationale, le Parti lèvera des options nouvelles et conséquentes prenant en compte les termes de référence de la lutte politique contre le terrorisme criminel et esclavagiste. Une lutte ayant l'extraordinaire particularité d'être faite de deux dimensions interdépendantes qui sont d'une part la dimension intérieure congolaise et d'autre part la dimension internationale  !  

La dimension intérieure congolaise rappelle celle de l'Europe les années 1940-1945, à l'époque ou Adolph Hitler et ses forces nazi avaient transforme l'Europe en un vaste camp de concentration et d'extermination massive des populations europeennes. Ce fut l'époque notamment des concentration et d'extermination massive de Auschwitz, Buchenvald,  Dachau, Birkeneau, Maidenek . Aujourd'hui, notre mere patrie, la République Démocratique du Congo est transformée en autre Auschwitz, Buchenvald,  Dachau, Birkeneau, Maidenek . : ceci est l'ouvre d'un  groupe d'intérêts financiers euro-africains partenaire commercial et allié stratégique au réseau terrorisme criminel qui se prepare à se servir de l'uranium congolais pour semer la mort et la désolation aux Etats-Unis d'Amérique. 

Comme en 1940-1945 en Europe,- le Patriotes congolais doivent s'interdire de verser dans la résignation. Ils doivent radicaliser la lutte de résistance contre ce système politique terroriste et criminel en place dans notre pays. En effet, il existe des stratégies de lutte capable de conduire à la réussite. Il appartient a l'UDPS de les mettre en ouvre.  

Parfaite considération.

Que Dieu bénisse et protège son Peuple en République Démocratique du Congo
Qu'il fasse aboutir la marche du Peuple congolais vers la Réconciliation nationale.

Jacques Matanda ma-Mboyo Kudia-Kubanza
Combattant de la liberté et militant de base de l'UDPS

Transmis par TOP AFRICA MAGAZINE
topafricamag@yahoo.fr


Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.