Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

BULLETIN SPECIAL SUR LA SECURITE AU CONGO (R.D.C): Un rapport publié par Grands-Lacs Confidentiel

GRANDS-LACS CONFIDENTIEL
Fondé le 13 janvier, 1999
Année 2007, Numéro 13
Edition du 14 juin 2007

Kisangani, RDC, le 12 juin 2007 (GLAC) - Peu après la réunion qui regroupait les trois pays envahisseurs de la République démocratique du Congo (RDC) avec les représentants du gouvernement congolais à Lubumbashi (du 5 au 7 juin 2007) pour parler de la sécurité, Paul Kagame le président rwandais, a appelé Laurent Nkundabatware pour le rassurer de son appui inconditionnel à la cause de conquérir l'Est du Congo. « Vous avez mon soutien à 100% » a-t-il rassuré dans un appel téléphonique avant de continuer : « La réunion que nous avons tenue au Katanga n'était qu'une formalité politique pour faire passer le temps ». Laurent Nkundabatware ne s'est pas gêné pour partager cette information avec ses hommes et les rassurer que la guerre continue.

Le lendemain, Laurent Nkundabatware commençait un acte de provocation en faisant collecter des taxes sur le territoire où il s'est imposé. Son homologue Patrick Masunzu basé dans les hauts plateaux d'Uvira, va même l'assurer de lui rendre service pour soutenir les efforts de guerre. Ainsi, Patrick Masunzu a promis à Laurent Nkundabatware de lui donner un coup de main pour faire incorporer dans l'armée congolaise tous les mercenaires qu'il a recrutés. C'est ainsi que Masunzu va recevoir ces mercenaires dans ses troupes et les faire reconnaître comme des militaires rwandophones des FARDC qui opèrent sous son commandement.

Par ailleurs, les sources de Grands-Lacs Confidentiel au Sud-Kivu précisent que depuis vendredi le 8 juin 2007, des combats violents ont éclaté dans la circonscription montagneuse de Rubuga (à l'Ouest de Lemera) en zone d'Uvira. Des populations civiles se seraient déplacées pour fuir les tirs des armes automatiques qui retentissaient dans les montagnes. Les combats opposeraient les forces armées congolaises et les mercenaires rwandais.

Selon les sources de Grands-Lacs Confidentiel, Swing, le représentant de l'Onu au Congo est impliqué à un très haut niveau dans le coup de relancer la guerre. Ses dernières apparitions musclées à la presse sont en fait une stratégie de diversion du peuple congolais pour qu'il se laisse entraîner dans les mains de l'ennemi.

Les mêmes sources précisent que 9 grandes personnalités du gouvernement congolais actuel travaillent pour faire tomber le régime. Ils sont aussi chargés de coordonner les infiltrations des mercenaires en provenance du Rwanda et de l'Ouganda dans la capitale congolaise. Cette opération se prépare lentement. En effet, les organisateurs privilégient d'infiltrer les mercenaires de morphologie bantoue parce que les tutsis vont éveiller les soupçons.  

Dans une réunion tenue au « Golfe » à Goma, le CNDP (Congrès National de la Défense du Congo), parti de Nkundabatware, et le FLC (Front de Libération des Congolais) n'ont pas de peine à étaler ouvertement les appuis internationaux qu'ils ont déjà acquis pour leur cause de conquérir le Congo. Parmi les pays occidentaux, on cite le Royaume-Uni, le Canada, les États-Unis, le Portugal, la France, la Belgique, la Hollande et l'Uruguay. Le revirement de la France du coté de ceux qui en veulent au Congo ne devrait pas surprendre. Parmi les pays africains, les pays suivants ont été nommés : le Soudan, l'Ethiopie, le Rwanda, l'Uganda, la Zambie, le Congo Brazzaville et l'Angola.

Par ailleurs, le mercredi 6 juin, le général Baramoto a quitté Kampala où il était en visite pour passer en revue de ses troupes.

Les sources de Grands-Lacs Confidentiel à Bukavu précisent que les autochtones congolais dans cette région sont de plus en plus déterminés à défendre leur province alors que le gouvernement du président Joseph Kabila a choisi de laisser pourrir la situation sécuritaire de cette région.

Au cours de la semaine passée, les étudiants et les membres de la police ont mené conjointement une opération pour fouiller les résidences de certaines personnalités jugées suspectes :

- Madame Gulamali Khulsum: cette grande trafiquante d'armes qui ont endeuillé le Congo a des ramifications qui remontent jusqu'auprès du criminel rwandais Paul Kagame et de plusieurs groupes qui terrorisent la population du Kivu. Madame Gulamali a eu le temps de s'évader et de fuir la ville de Bukavu.

- Patient Mwendanga: Ancien gouverneur de Région pendant la transition et porte-parole de Nkundabatware.

- Xavier Chirimwami : Ex-Gouverneur

- Mazambi: Dans la résidence de cet ancien vice gouverneur, on aurait retrouvé un grand stock de munitions. Il a été directement arrêté.

On ne le dira jamais assez, étant donné que le gouvernement de Kinshasa délaisse l'électorat qui lui a donné le pouvoir, le peuple du Congo oriental doit s'organiser en une force d'autodéfense populaire pour se préparer à défendre l'Est du Congo.

Agissez! N'attendez pas demain!

Esdras MASAN

Rédacteur en chef

Grands-Lacs Confidentiel

E-mail: glac_editor@yahoo.com

© Congo Vision


Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.