Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

Mes reflexions sur les propos de Ngbanda, et le mal Congolais

DES CONSOMMATEURS PAR CHOIX QUI REFUSENT DE DEVENIR  PRODUCTEURS - VOILA LE MAL CONGOLAIS


J'ai suivi les débats sur la situation au Congo, les discours des hommes politiques, et les réactions des Congolais moyens sur la crise actuelle. Il me semble que les questions qui nous intéressent plus sont celles du « pouvoir » de ceux qui doivent gouverner le pays. Nous sommes également intéresses  au problème de l'agression militaire du Congo par le Rwanda et l'Ouganda (et les autres forces étrangères).  Il n' y a absolument rien sur ---les faits économiques qui préoccupent 80% de nos compatriotes. Les vraies questions devant nous préoccuper sont celles de la maîtrise des notions universelles d'une bonne gouvernance. Etant qu'une société des 'consommateurs », nous ignorons les règles de la production, de la créativité, et des inventions. Avons-nous maîtrise la notion du rationalisme économique ayant été à la base de l'essor économique en Occident?  J'ai des doutes.

  46 ans depuis l'indépendance, les Congolais croient que les difficultés socio-économiques font parti d'une conspiration internationale (ou régionale) qui empêche le développement du pays. Parmi ces hommes, il s'agit de Monsieur Honore Ngbanda, l'ancien Conseiller du Président Mobutu. Comment imaginer un pays dote des richesses naturelles, bénéficiant des emprunts et des capitaux étrangers, et ayant reçu des expatries pour assister a son développement, soit aussi pauvre que la Bengladesh ? Pourtant le Singapour qui n'a ni rivière, ni terre pour planter, et ni sous sol pour exploiter les minerais est devenu un centre financier international a la diapason de la France, l'Angleterre, et du Japon.   Les fossoyeurs du Congo sont des gens comme Ngbanda. 

Ngbanda doit répondre à une question qui me tracasse beaucoup.

Dans l'affaire Rwandaise, s'agit-il de l'agression du Congo par le Rwanda ou l'agression du Rwanda par le Congo ?

Ce que nous oublions dans l'affaire de Rwanda est que les gens comme Ngbanda avaient pousse Mobutu à s'enfoncer dans les conflits internes du Rwanda sans pour autant penser sérieusement aux répercussions militaires en cas d'échec. Ils parlent plus des troupes qui sont rentres au Congo pour faire la « revanche » sans toutefois mentionner les troupes qu'ils avaient envoye pour soutenir Habyarimana et neutraliser les forces militaires de Kagame. Sa théorie d'une conspiration internationale contre le Congo étonne ? Est-il le résultat de l'isolement et de l'abandon de leur gouvernement ? Nbganda devait savoir que  ses amis de l'Occident l'avaient une fois demandé de lâcher Mobutu ? Il doit nous expliquer sa réaction avant de s'acharner contre Kabila.

Le problème de la présence des troupes de l'armée congolaise au Rwanda avait été soulevé au niveau du parlement à Kinshasa. Les membres du parlement avaient interpelles certains généraux sur les rapports dans la presse internationale faisant allusions aux hommes de la « morphologie bantoue » (---pour dire Congolais) se trouvant parmi les troupes d'Habyarimana. Mobutu l'avait nie. Les journalistes étrangers parlaient même des véhicules militaires de l'Armée Congolaise traversant la frontière de Rwanda, et retournant en fuite avec le butin de guerre - des hélicoptères et des matériels de combat de l'armée rwandaise. Avant l'intervention de Kabila, Kigali et Kinshasa ne s'étaient jamais mis d'accord sur le retour de ces matériels. Kengo wa Dondo et Mobutu connaissaient bien ce dossier. Il sera difficile d'imaginer Ngbanda ignorer ces doléances de Kagame et du Rwanda.

Ngbanda en tant que conseiller du Président de la République était au courant de la présence de nos troupes au Rwanda et des équipements militaires de l'armée Rwandaise au Congo. Il doit d'abord éclairer l'opinion congolaise sur ces deux points avant de nous distraire avec son opposition aux Kabilas.  Comment ne pas admettre que des gens comme lui sont derrière les dérapages de Monsieur Mobutu ? Comment des hommes rationnels qui savaient que l'armée nationale avait été remplacée par la « garde présidentielle » mal formée pourrait se permettre de convaincre Mobutu de s'engager militairement dans le conflit  de Rwanda?  Ces erreurs de jugement au niveau de l'armée ne cachent pas les erreurs  qui ont conduit le Congo dans les portes de l'enfer.

Laurent Kabila n'avait fait que le devoir patriotique que Ngbanda et ses compères avaient refusé d'entreprendre. Ses « amis de l'Occident » lui avaient demande  de retirer le soutien a Mobutu afin d'éviter l'enfer aux Congolais, et de choisir sagement un « dauphin » pour reconstruire le Congo. A Ngbanda de nous dire sa réaction. Est-il en colère du fait que l'Occident l'avait lâché au profit de Kabila ? Mais qui est vraiment le héro ? Est-ce Ngbanda qui avait tombe avec Mobutu ou Kabila qui les avait fait tous partir ? Doit-on glorifier des gens comme Tshisedi qui avaient choisi de mourir dans l'opposition pour garder sa dignité ou quelqu'un comme Ngbanda qui était prépare de mourir avec son maître ?

Son entrée dans la scène politique du Congo est un geste de mauvais goût. Dans les systèmes politiques dignes, il devait être tradui en justice pour répondre aux bévues de leur gouvernement, des bevues qui ont coûtes la vie a nos parents. 

Les Congolais « parlent » de tout et de rien sans aborder les vrais problèmes économiques ?

Il est difficile de voir les Congolais - intellectuels et illettrés - parler de tout et de rien sans tracer une ligne de conduite a suivre pour sortir le Congo de ses impasses économiques. Puisque tout le monde croit qu'une conspiration internationale a contribue à l'invasion du territoire national, et à l'appauvrissement du Congo, ils ne parviennent pas à saisir les erreurs des hommes politiques de Kinshasa. Il ne s'agit pas seulement des hommes de la Deuxième République, mais également des politiciens qui cherchent le US$ 50.000 à la hâte pour devenir chef de l'Etat. Il faut simplement parcourir le programme des partis politiques pour comprendre la valeur qu'ils accordent à l'idéologie politique, a la gestion des finances publiques, a la reforme de la fonction publique, et au développement économique. Il est triste de constater que depuis le 24 Novembre 1965, les Congolais, et particulièrement les hommes politiques, n'ont jamais maîtrisé la notion élémentaire d'une bonne g!
ouvernance.

Comment accepter des Kinois qui vivent près du fleuve Congo et dans un plateau aussi fertile que celui de Bateke de mourir de faim ? Faut-il le plan Marshal des américains pour créer des plantations des fruits et legumes?  Ceux de nous qui ont vécu longtemps dans certains pays sont conscient des problèmes d'eau potable en rapport avec le rendement de la production agricole. Les fermiers dans beaucoup de pays ont recours à des méthodes scientifiques pour augmenter leur rendement. Si vous leur parlez  des rivières au Congo et des terres fertiles, ils croient que la crise des Congolais est une affaire des fous.

Personne à Kinshasa ne parle du code d'investissement, particulièrement en ce qui concerne la reforme du secteur minier. Faut-il vraiment des experts de la banque mondiale pour savoir que dans l'exploitation des diamants et de l'or, il n'y ni production ni un investissement lourd?  Il fallait tout simplement créer des centres de formation de traitement des diamants et de l'or et financer les Congolais pour les voir creuser, couper les diamants, fabriquer des bijoux et exporter. Il faut vraiment un grand effort pour encourager les Congolais a puiser l'eau du fleuve, le mettre dans les bouteilles et exporter l'eau minérale ? Faut-il toute une science pour prendre le sable blanc du fleuve, chauffer dans une fournaise et fabriquer des porcelaines, des verres et des ampoules ?

Pourquoi sommes nous dans cette crise ? C'est simplement parce que nous manquons le sens de « curiosité »,  de «créativité », de «production » et d' « inventions ». Nous sommes des consommateurs qui croient que c'est par la magie blanche que l'occident s'était enrichi. Il faut visiter la Corée du  Sud, le Singapore, la Malaisie, l'Indonésie et d'autres petits pays de l'Asie pour comprendre nos erreurs. Nos intellectuels et nos hommes politiques sont à l'aise dans leur rôle des « consommateurs ». Ils s'intéressent  beaucoup plus aux produits de luxe que les méthodes de production a la base dequelles ces produits ont ete frabriques. Nous manquons de curiosité. Les Congolais buvaient Laurent Perrier sans savoir que les fermiers Congolais pouvaient le fabriquer.

Les intellectuels Congolais comme Ngbanda comprennent les théories économiques ayant contribuées à l'essor industriel de l'occident, mais n'ont jamais maîtrise les méthodes de production. 

Il s'agit bientôt de la conspiration des intellectuels  et des hommes politiques contre le Congo.

Boke Landu Nkoy
Un Congolais de la Diaspora

nkoyboke@yahoo.com.au



Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.