Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

A propos de l'Article " Qui va gagner les élections en RDC" ?

 

Mesdames et Messieurs de la Rédaction,

Je viens par la présente solliciter le droit de réponse à l'Article de Monsieur Kapayo Alimasi, dont titre ci-haut mentionné, paru sur votre site en date du 15.05.2006. Je tiens à vous remercier d'avance de l'opportunité que vous m'offrez en publiant fidèlement ce droit de réponse, conformément à la pratique en la matière.

QUI VA GAGNER LES ÉLECTIONS EN RDC ?

Cher Monsieur Kapayo, Après avoir pris connaissance de votre réflexion telle que développée dans votre article, je suis vraiment choqué de constater des manquements et des lacunes graves qui sont le fondement même de votre analyse. Sans vouloir faire trop de discours, permettez-moi de vous faire remarquer que le peuple congolais a le droit de connaître l'identitée véritable de celui ou celle qui veut conduire sa destinée. Ceci vaut pour tout le monde et principalement pour Monsieur Joseph Kabila, dont la note biographique parue sur le site présidentiel comporte des zones d'ombre troublantes qui méritent d'être élucider. L'avez-vous lue ? Trouvez-vous insensé que beaucoup de nos compatriotes, du paysan jusqu'aux personalités religieuses de la taille du Cardinal Etsou et Mgr Monsengo, posent cette question pertinente ?  Est-il concevable pour un peuple qui se respecte de fermer les yeux sur l'origine exacte de ceux qui prétendent le conduire vers des lendemains meilleurs ? Je suis de ceux qui pensent que l'identité du futur Président de la République démocratique du Congo doit être clairement établie et ne devrait être en aucune manière considérée comme sujet-tabou, de telle sorte que le peuple congolais ne puisse un jour se reveiller et de constater qu'il avait confié son avenir à un "oiseau". Pour votre information, un adage congolais dit ceci : " Il vaut mieux composer avec une poule plutôt qu'avec un oiseau. Lorsque la tempête s'annoncera, l'oiseau s'en volera chercher refuge ailleurs. Mais la poule, regagne toujours le poulayer de son maître".

Et concernant votre analyse, je tiens à vous dire, Monsieur Kapayo, qu'un référendum ne se substitue pas au recensement d'une population, surtout dans un pays comme le Congo, où aucun recensement n'a eu lieu depuis des décennies. Dieu seul sait ce que représente réellement le fameux référendum organisé par Papa Louis Michel et Co., et auquel vous faites allusion. Ajouter à cela la problématique des nombreux étrangers, des miliciens de tout bord vivant ou opérant sur le territoire nationale; sans oublier tout recemment le scandale de la fraude à grande échelle constatée dans les opérations d'enrôlement.  Pour toute personne de bon sens, les données que vous utilisez ne constituent nullement une référence fiable pour établir des estimations, du reste fantaisistes.

Ensuite, spéculer sur l'issue des élections en prenant en compte le"poids de la langue" comme facteur, est un raisonnement non seulement ridicule mais dangereux dans une démocratie.  Autrement dit, selon votre raisonnement, le Congo sera pour toujours dirigé par un compatriote de l'Est parlant le Swahili, et ceci tant que le Swahili sera la langue la plus parlée au Congo ! Quelle abérration ! Et que dites-vous des dirigeants des pays voisins qui proviennent des minaurités de leurs populations respectives ? Doit-on choisir les dirigeants de demain pour ce qu'ils valent, ou en fonction de la langue qu'ils maîtrisent ? Et une fois de plus, il convient de savoir que le taux de participation au référendum ne représente absolument pas le comportement des citoyens lors d'une élection. Il traduirait à mon avis le rejet d'un texte totalement méconnu et imposé au peuple de manière cavalière et expéditive. Avez-vous la ferme conviction cher compatriote, en âme et conscience, que dans les régions où le référendum a été massivement "approuvé", la majorité de nos concitoyens ont compris ne fût-ce que 30% de ce à quoi ils étaient appelés à accepter ?  Et de plus, le fameux texte n'était pas écrit en Swahili !!

A moins que le référendum soit le logo des candidats Swahili, je considère que prétendre que ceux qui ont approuvé le référendum ( de la manière que l'on sait ) ne peuvent pas élire des candidats du Bandundu ou du Kasai, serait faire preuve d'immaturité en politique, et n'est ni plus ni moins, qu'une plaisanterie de mauvais goût. Enfin, comme si cela ne suffisait pas, vous concluez votre "vision" du futur gouvernement du Congo, en imaginant que le futur premier ministre viendrait de la minaurité parlementaire, c'est-à-dire (selon vous ) du Kasai.

Au nom de quel principe démocratique peut-on affirmer que le Premier Ministre devrait sortir en dehors d'une majorité parlementaire issue des élections ?

Je termine en disant que le moment est venu pour nous, peuple congolais, de sortir du domaine de la médiocrité, de réfuser les plans imposés de l'extérieur, de parler le langage de la vérité, de promouvoir l'amour de la patrie et du prochain, de consolider l'unité nationale, et de faire en sorte que notre Congo soit dirigé par un Congolais digne, ( quelle que soit sa région d'origine),compétent, ayant un sens élevé de l'amour de son pays et qui peut sacrifier sa vie pour le bonheur de son peuple et non le contraire. C'est possible, si nous le voulons. Ne dit-on pas qu'un peuple a les dirigeants qu'il mérite !

Donatien Beya
Hamburg, Allemagne.
nodet_beya@yahoo.de


Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.