Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

La politique de la médisance.

Dans 17 jours voila le premier tour d'élections. Une date historique pleine d'espoirs. Des élections démocratiques, libres et transparentes. Plus la date s'approche et plus la campagne électorale se réchauffe et forge les armes de ses stratégies. Chacun des candidats veut réussir et aller au ballotage. Chacun fait ses promesses aux électeurs et électrices bien sachant que ne les pourra jamais maintenir et réaliser. Chacun fait sa campagne en cherchant de donner ses coups sinistres à ses adversaires, et souvent en cherchant de creuser sa propre route dans la médisance et dans le mensonge. La politique de la médisance semble être à la une dans les rues, les meetings, les débats télévisés, la presse. Ne parlons pas des sites internet, où tout est permis, où la personne humaine ne compte plus rien, dépouillée de sa dignité, est mise à nu dans sa vie privée sans lui épargner les plus horribles coups de diffamation, d'attaques cruels de calomnies, et de caricatures. Sur internet on dit tout, même ce qui est caché. La médisance d'internet. On fait de la politique avec une arme puissante et macabre celle de la médisance.

1. Le problème congolité

Qu'est-ce qu'on dit et on écrit à ce sujet. Des choses effrayantes qui n'honorent personne, mais qui discréditent énormément tous ceux qui ont sur leurs bouches cette parole. Je m'appelle aux historiens du pays la RDC, et je leur demande en toute fraternité : mais qui est vraiment congolais dans ce vaste pays, délimité de par tout par des milliers de kilomètres de frontières ? Le problème congolité c'est un faux problème en ce moment. Le problème congolité semble cacher tout autre chose qu'on ne veut pas exprimer ouvertement mais qui voudrait certainement mettre un frein avant le temps à la course de ce train électoral.

Je lisais sur la Libre Belgique du 10 juillet : «Les partis n'existent pas n'existent pas dans ce pays; il n'y a que des personnes… et personne ne vous parle des problèmes de transport, qui découragent la production agricole ou piscicole, ou de ce qu'on va faire pour la moitié de la population qui a moins de 25 ans ou de comment on va relancer l'économie. Quand les candidats interviennent à la télévision ou à la radio, ils s'insultent ou ne parlent que de procédures électorales ou de congolité».

« Ce thème xénophobe, ajoute la journaliste de la Libre, est destiné à nuire au président Joseph Kabila et au vice-président Azarias Ruberwa, accusés d'être rwandais, mais pourrait toucher aussi le vice-président Jean-Pierre Bemba, fils de métis, le vice-président Yerodia Abdoulaye (non candidat), fils de Sénégalais, et tant d'autres. «Pay Pay, véritable mwana mboka (= enfant du pays), appellation bien contrôlée», n'hésite pas à proclamer le calicot d'un candidat à la présidence, originaire du Kivu, région où Joseph Kabila est le plus populaire parce qu'on l'y considère comme... un rempart contre le Rwanda voisin. »

Mais pourquoi encore en revenir sur cette congolité avec ces mots horribles ? Pourquoi n'avoir eu le courage d'arrêter ces candidatures au moment qu'on aurait du le faire? On nous enseigné qu'on ne prend pas une décision si le doute persiste. La CEI a bien agi en acceptant tous. Et maintenant que les candidats sont là essayons de penser démocratiquement à la reconstruction de la RDC. Il n'y pas des autres sujets, plus urgents et prioritaires, pour alimenter cette campagne électorale ?

Les candidats sont les expressions démocratiques d'un peuple. C'est le peuple qui les choisisse. Et donc les élus sont tenus à respecter le verdict de ce peuple tout entier en répondant aux besoins et aux aspirations de ces électeurs.

Et pourquoi dans cette veille électorale s'écharner brutalement avec toute une série de médisances incongrues et grossières. Pourtant la liste des candidatures est bien connue par tous. Devant tous ces noms voila cette page évangélique qui me se présente pour m'éclairer, mais surtout pour que je puisse voir les choses différemment avec toute autre optique.

2. Que celui d'entre vous qui n'a jamais péché…

Nous tous connaissons bien cette parole. Les non chrétiens aussi connaissent très bien ce passage. Je l'ai entendu aussi sur les bouches d'un musulman et d'un animiste. Nous connaissons aussi son auteur et les circonstances dans lesquelles cette parole à été prononcée. Des hommes, se croyant plus purs, plus honnêtes, plus bons que cette femme jetée dans la poussière et prête à être tué par leurs pierres, car on l'avait trouvé en plein adultère.

Tout homme est faillible, on dit et je pense que les politiciens aussi n'échappent pas du tout de la réalité de ce dicton. Comme hommes et femmes, eux aussi doivent s'accepter comme pécheurs, limité, appauvris par leurs faiblesses morales. Parmi eux il y a de ceux qui ont plus de responsabilités, probablement avec leurs mains baignées de sangs innocents de ces 4 millions de congolais et congolaises morts en ces dernières années de guerre inutile.

Donc «  Que celui d'entre vous qui n'a jamais péché lui jette la première pierre. »

p Le passage 7.53—8.11 ne se trouve pas dans les manuscrits les plus anciens et les versions latine, syriaque, etc. Quelques manuscrits le situent ailleurs, en particulier à la fin de l'évangile.

q Voir Marc 11.1 et la note. Jean 8,7. Autrement c'est la bagarre.

r Voir Lév 20.10 ; Deut 22.22-24.

3. Mwanzo wa chanzo ni chane mbili

Le début d'un tapis, c'est deux bandes de raffia

On me l'a toujours répété dans toute les sauces : tout commencement est très dur… Et c'est vrai. Car on ne peut avoir tout et l'avoir tout de suite. Les élections sont le départ pour une nouvelle génération dans ce Congo misérable et convoité par les innombrables richesses de son sous-sol.

L'objectif final c'est celui d'arriver à un état de droit, capable de se faire respecter et de siéger avec les autres du monde entier sans rien se reprocher.

Tout cela demande encore d'énormes sacrifices que tout congolais et congolaise doit afficher dans son agenda. La démocratie c'est un bien qui se renouvelle jour après jour avec des abnégations et des efforts unanimes de tous : populations et administration ensemble.

La marche d'hier à Kinshasa a tournée mal. Des affrontements ont opposé des policiers et des manifestants qui demandaient la destruction des millions de bulletins de vote supplémentaires imprimés en réserve pour les élections présidentielle et législatives du 30 juillet. Congo Tribune titre sa dépêche : Le régime policier de Kabila réprime dans le sang la manifestation anti-fraude électorale programmée ! L'Avenir de par contre parle de «  L'objectif visé de cette manifestation, c'est de faire des morts afin d'avoir un acte d'accusation contre le pouvoir et de dégâts matériels importants, d'un journaliste allemand blessé et d'un bilan non confirmé qui parle d'un mort ».

La RDC avec ces élections commence à écrire une nouvelle page de son histoire. La RDC doit avoir le courage de pouvoir secouer ce passé malheureux qu'on a sur le dos.

4. Malgré tout savoir donner de l'espoir .

Ce matin quelqu'un de Bukavu me disait : « La campagne électorale continue : des haut-parleurs partout, des photos des candidats à chaque centimètre-carré. Mais aussi des rumeurs dans tous les sens… » qui continuent à alimentent des craintes.

On ne va pas au vote comme on va au stadium pour suivre un match de foot où comme on va dans une salle de théâtre ou de dance. Le vote n'est pas un jeu. Le vote est un acte de responsabilité pour un choix consciencieux, de candidats qui puissent servir la nation et le bien être de ses populations.

Nos populations ont besoin d'espoirs.

Pas d'espoirs limités à une campagne électorale.

Pas d'espoirs limités à des simples promesses.

Pas d'espoirs renfermés dan un t-shirt, où un kilo de riz ou haricots.

Je crois qu'à la place d'aller a la recherche de nouvelles qui servent seulement à alimenter la médisance, tous ces candidats doivent se donner la peine de voir comment pouvoir rendre la VIE quotidienne des congolais et congolaises plus belle, plus vivable, plus humaine (JUSTICE, LIBERTE et EGALITE).

Et alors à bas la politique de médisance.

Vive la République Démocratique du Congo !

Vive les élections !

Placide Bagalwa, BSc (Hons), MSc
Chair
AMIS-BK/UK
+44 7957 128857
plahab@hotmail.com

Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.