Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

4ème Lettre ouverte aux compatriotes du Grand Kivu

Chers Compatriotes,

La fréquence des lettres destinées aux compatriotes du grand Kivu, peut faire croire à la poursuite par son auteur d'un but inavoué. Dès le premier abord, cette hypothèse affiche une apparence de vraisemblance mais au fond, il peut s'expliquer par le principe d''association et d'affinité qui fait que ceux qui se ressemblent s'assemblent. Cette affinité qui l'associe au Grand peuple du Grand Kivu, n'est rien d'autre qu'une solide camaraderie de foi au nationalisme professé par Lumumba et une similitude d'opinion et d'idéologie patriotiques qui constitue l'inaltérable héritage politique que notre héros national légua à tout son peuple. 

En effet, le soussigné est le ressortissant d'un peuple qui a beaucoup de traits communs avec le grand peuple du grand kivu d'abord parce que son peuple a été martyrisé durant toute la durée de la colonisation sous les faux prétextes de l'ingouvernabilité, de non-conformité aux normes régulatrices de la société et de l'insoumission à l'ordre juridique et administratif établi par le régime colonial

Ce martyre s'est prolongé dès l'aube de l'indépendance jusqu'à la chute du régime de l'arbitraire infernale qui a muselé la légalité mise en place par le souverain théorique.

De son côté le grand Kivu a été martyrisé maintes fois à cause d'abord de la guerre menée par les redoutables Simba sous la conduite de Pierre Mulele pour la restauration du droit du peuple de se gouverner par ceux qu'il a agrée de mandater et foulé aux pieds par les usurpateurs du sinistre groupe de Binza. Le deuxième martyr du Grand peuple du Grand Kivu a été occasionné par la guerre du mercenaire belge Jean Schramm et enfin, le martyr dû à l'hécatombe initiée par nos voisins de l'Est où succombèrent plus de 5 millions d'âmes.

Dans sa première correspondance adressée au vaillant peuple du Grand Kivu, le soussigné a mis en exergue le caractère transcendantal du grand Kivu dans l'histoire de notre pays, Il a aussi souligné à juste titre d'ailleurs que le grand kivu est le porte étendard du nationalisme, le flambeau du Lumumbisme et le bastion du congo contre les convoitises internationales, les mendicités économiques et les brigandages de nos voisins de l'Est.

Le comble de paradoxe est que tous ceux qui se réclament et se proclament aujourd'hui nationalistes et patriotiques comme Ngbanda Ko Atumba et Mbemba alias mwana-mboka ne peuvent jamais tant dans leurs discours que dans leurs programmes politiques évoquer le nom qu'ils n'ont pas réussi de profaner, le nom si noble et si patriotique, nom dont le porteur n'a même ménagé le don sacré de la vie que le créateur a mis dans chacun de nous. Je défie tous les disciples de Ngbando-bembistes de nous dire quand et où ils ont entendu ne fut-ce que passage ces nouveaux nationalistes faire allusion au sacrifice suprême de Lumumba, son Amour pour son peuple et son patriotisme. J-A-M-A-I-S !

Pourquoi ne le peuvent-ils pas??? Peut-être par oublie ou inattention, de fois par incapacité à prononcé ce nom complexe et compliqué de Lumumba.

Si Mobutu ne l'a pas fait comment et pourquoi le feront-ils??? Lumumba sera toujours l'ennemi qui à tout moment s'oppose et s'opposera au mobutisme et tous ses rejetons idéologiques. Pour eux, évoquer Lumumba les conduiraient à dire du bien de lui or , au moins mourir que de demander à un mobutiste comme Ngbanda et Bemba de vanter le martyr enduré par Lumumba et ses compagnons. 

Le tout dernier discours sur le nationalisme prononcé, le nationaliste et mwana-mboka eu lieu le 23 septembre mais aucune allusion faite au père du nationalisme congolais qui a dit dans une dernière lettre adressée à son épouse: « ... Ce n'est pas ma personne qui compte mais c'est le congo...»

Il est connu de tous que bien qu'il soit originaire du Katanga au Sud du pays, si le grand patriote Laurent Kabila n'a été pas défait malgré le puissant arsenal militaire de Mobutu, c'est grâce à l'hospitalité idéologique et nationaliste du Grand peuple du Grand Kivu auprès de qui et avec qui il a réussi à ériger une forteresse dans le relief fracturé des montagnes de Fizi dans Hewa bora contre les attaques répétées de la soldatesque de Mobutu. C'est pourquoi, je suis attiré, fasciné et convaincu que grâce à l'exemple du patriotisme du grand peuple du grand Kivu, le triomphe du nationalisme congolais tel que professé par Lumumba est à la portée du peuple et non ce nationalisme dépravé et mal assorti fabriqué dans le laboratoire Ngbando-bembiste.

Pour aujourd'hui en effet, le propos de l'auteur ne consistera qu'à dévoiler les méthodes de la guerre de sens, de la domination mentale, de l'envoûtement politique du peuple dont se servent habilement les spécialistes de manipulation comme Honoré Ko Atumba Ngbanda. En ce sujet, il citerais monsieur Loup Francart dans son livre: « La guerre des sens, les procédés d'action dans les champs psychologiques », publié dans l'édition Economica, du 05 juillet 2000. Dans ce livre précité Loup Francart dit ce qui suit:

« Le stratagème emprunte aux autres types de mystification, mais va plus loin. Il n'est pas basé forcément sur la tromperie, il est avant tout le fruit d'une bonne connaissance de la manière de penser et d'agir de son objectif: adversaire ou ami. Il se sert de l'habitude, de la crainte, de l'orgueil, de la crédulité, de la doctrine....bref de ses sentiments, de sa rationalité, de sa volonté pour conduire son adversaire ou son allié à faire la volonté de l'opérateur du stratagème »

Pour revenir au cas de monsieur Ngbanda, soulignons qu'il est doué d'une grande intelligence mais à cause de ses rêves pour le pouvoir et de son ambition politique détruit par les tombeurs du régime du maréchal, il a perdu toute faculté d'inhibition pour freiner l'expression de la nature inférieure humaine dotée de viles émotions et de bas désirs et par voie de conséquence il n'a d'autres choix que de mettre sa grande intelligence au service du mal, des combines, de ruses et de manipulations de toute sorte, comme en témoignent les truquages des photos pour faire croire à la rwandité de Joseph Kabila, les démarches et procédures subtiles suivies par les tentatives fébriles d'occultation de sa congolité, la fable mise en place en faisant la  substitution de personnage par l'usage du nom d'Eric Lenge, lettre ouverte comme outil de domination mentale et sentimental par suggestion au Cardinal Etsou pour tenter de l'empêcher à célébrer le mariage de Kibala avec sa charmante épouse.

Enfin pour épater les naïfs et les faibles d'esprit parmis les congolais, il écrit cette merveilleuse lettre adressée au président américain Georges Bush, lettre qu'il n'a jamais expédiée et même s'il l'a envoyée c'est tout simplement comme manoeuvres de récupération de faveurs politiques perdues auprès des américains en touchant les fibres hypersensibles de l'actuelle administration de la maison Blanche comme le terrorisme et la vente par Joseph Kabila de l'uranium congolais aux Iraniens qualifiés eux comme gérant du terrorisme mondial.

Doté d'une intelligence rare, monsieur Ngbanda a la connaissance approfondie de la manière de penser et d'agir des congolais, il sait comment les manipuler à partir de leur habitude, de leur crainte et préoccupation. Il connaît très bien comment séduire le congolais en éveillant en lui le sentiment d'orgueil national, en jouant sur sa crédulité, sa foi et sa croyance en faisant recours à des références bibliques, comme le diable s'en était servi pour tenter Jésus. Bien sûr Jésus ne pouvait pas à cause de sa nature divine succomber aux appâts du diable, mais comme tout le monde n'est pas Jésus, le congolais est toujours pris dans les pièges et les filets des homélies et des prêches du pasteur Hono.

Dans l'usage de ses méthodes fines de persuasion, pasteur Hono se sert parfaitement des techniques de suggestions dites subliminales couramment utilisées dans le marketing, la publicité et l'art de l'audio-visuel. L'une d'entre elles appelée « La Compression Spatio-temporelle », où l'on peut faire entrer le langage humain manipulateur dans une tranche de temps bien plus courte permettant ainsi aux annonceurs de loger plus d'information dans quelques secondes de publicité pour pousser le client à payer l'article du marché proposé. Avec cette technique de compression spatio-temporelle, l'auditeur, le téléspectateur ou le lecteur ne peut que difficilement se rendre compte du caractère manipulateur du langage utilisé.

Le premier à avoir fait usage de cette méthode, c'est bien sûr Cicéron qui a brillamment réussi à soulever tout le sénat en évoquant le cas d'un complot, d'une trahison contre l'État dont l'auteur se permet d'entrer au sénat malgré son forfait. Là tout le monde était tenu en émoi cherchant à savoir qui a pu se permettre un tel acte de haute trahison, et quand il a cité Catillina en commençant les mots inoubliables suivant: « Quousque tandem Catillina abusere patientia nostra... » que les latins traduisent par: « Jusqu'à quand Catillina abuseras-tu de notre patience » après cette apostrophe on a condamné Catillina sans lui donner la possibilité de se défendre.

Ainsi par la même technique de compression spatio-temporelle Ngbanda, sa suite et leur puissante machine de campagne infernale a réussie par l'emploi des raccourcis elliptiques du genre: « Complot international, trahison, congo sous tutelle, congolité, étranger, mboka eza kokende, mwana mboka, likambo ya mabele, etc... » d'aliéner à leur cause une grande partie de la couche de la population lui dictant par ces brefs mots le type de comportement  à afficher, la conduisant à n'importe quelle sorte des bavures et des manoeuvres sordides de violences, de vandalisme, de pillage et de vol et de viol jusqu'à réussir un coup de maître par l'obtention pour leur candidat d'un crédit électoral de 20%.

Franchement, on doit avoir le courage de reconnaître que la clique Ngbanda-Bemba a littéralement gagné le combat de la compagne électorale de diffamation sur tous les fronts spécialement celui de l'internet. 

Dans cette guerre médiatique sollicitant tous les cinq sens de l'homme, je pense qu'il n'est pas superflu d'établir la liaison entre les Ngbanda-Bemba et leur maître commun Mobutu. Ainsi après avoir dévoré sa proie, Mobutu s'est trouvé en face d'une incontournable réalité où Lumumba sa proie tenait le monopole spirituel, idéologique, morale et même juridique dans les esprits, les coeurs et les âmes de tout le peuple congolais de l'époque et même celui d'aujourd'hui.

Pour s'attirer les faveurs du peuple, Mobutu s'est mis à blanchir et redorer son image d'abord à travers une série d'actes de réhabilitation de Lumumba, ensuite par la suppressions de tout ce qu'évoquerait le souvenir de Lumumba enfin de compléter le meurtre physique par le meurtre spirituel et idéologique de sa victime. Puisque une fois l'assassinat idéologique et spirituel accomplis, il en sera fini de Lumumba et son esprit ne hantera ni obsédera personne au Congo. C'est ainsi que:

1- Il a proclamé Lumumba héros national laissant par mépris ceux 

   qui ont partagé son calvaire et sa mort, j'ai cité Okito et M'polo

2- Il a annoncé la construction du monument de Lumumba à la place de ce qu'est devenu aujourd'hui l'actuel échangeur de limité par manque du Monument promis.

3- Il a imprimé l'effigie de Lumumba dans un billet de vingt makuta qu'il a fait disparaître par la suite en le remplaçant par une pièce de vingt makuta.

4- Au recto d'un billet d'un Zaire, il a fait frappé l'effigie de Lumumba brisant les chaînes du colonialisme, billet qui a disparu aussitôt apparu

5- Il a baptisé un des boulevards du nom de Lumumba moins entretenu que son homologue du 30 juin

Par cette série des actes de réhabilitation qu'il n'a pas tenu, Mobutu a fait preuve d'un courage politique hautement apprécié par toute la population surtout sa couche nationaliste acquise aux thèses patriotiques et indépendantistes de Lumumba.

Chez le Batela, le terroir de Lumumba, Mobutu a réuni tous les chefs coutumiers se confessa devant eux en prétextant qu'il exécutait les ordres en tant que militaire et qu'au moment de son expédition au Katanga, il était dans l'impuissance de sauver celui qu'il appelait à l'époque, Lumumba mon père devant tous les chefs traditionnels de Batetela 

Cette confession a ému tous les chefs de Batetela qui l'ont cru séance tenante, l'ont adopté et l'ont immédiatement soumis aux rites d'initiations occultes du pouvoir puisque dans la conception traditionnelle du pouvoir chez les Batetela, un vrai chef doit gouverner l'invisible et le visible par l'acquisition des pouvoirs temporels et métaphysiques. Après l'initiation, il fut alors couronné par un toque et un ruban de léopard symbole du pouvoir chez les Batetela comme étant leur nouveau chef à la place de Lumumba décédé et à ils lui ont dit qu'il ne quittera le trône du pouvoir que par la mort ou la maladie.

À Kinshasa, il tuera sur une chaise électrique maman ONEMA, le maître, la leader et la grande initiée dans l'usage des forces surnaturelles et du pouvoir occulte tetela appelé « Doka »  afin qu'elle ne donne pas le même pouvoir à quelqu'un d'autre. Malheureusement, comme l'on dit : « L'homme propose mais Dieu dispose », Mobutu n'est pas mort au pouvoir comme prédit malgré tout ce qu'il a acquis auprès des devins tetela.

Cela nous rappelle les démarches du premier roi d'Israel, Saoul qui est allé consulté les devins où apparurent l'esprit du prophète Samuel qui fâché de cette perturbation inopportune de son repos, lui a dit que Dieu lui a retiré son soutient à cause de ses nombreux péchés, malgré tout le pouvoir qu'il obtint des occultistes, le roi Saoul fut tué et remplacé par le roi David: 1Samuel 28:5-20 

Ainsi ayant réussi à redorer son blason auprès de la population, assuré du regain et de la montée sans cesse croissant de sa popularité dans la masse et au sein même de l'intelligentsia, Mobutu amorcera un travail de sape par la suppression de tous les symboles évocateurs de l'image et du nom de Lumumba comme la date de l'anniversaire de sa mort le 17 janvier, celle du 30 juin fête de l'indépendance nationale qu'il remplacera par la date du 24 novembre en prétendant que la première date symbolise la mort de notre peuple tandis que la seconde c'est-à-dire celle de son avènement au pouvoir le 24 Novembre représente la résurrection du pays !

Sous la même enseigne, cette pratique mobutienne de récupération politique peut nous permettre de comparer, de comprendre, de justifier si pas d'expliquer toutes les méthodes que la coalition Bemba-Ngbanda employe pour gagner le peuple en leur cause, le manipuler en leur guise et noircir facilement l'adversaire.

Ayant été formé à l'école du Mobutisme, Ngbanda plus précisément semble le plus conformiste de tous les disciple les plus fidèles à l'enseignement reçu du guide clairvoyant.

En effet,  sachant ce qu'il représente dans le mental collectif congolais, n'ignorant pas ce qu'est son image dans l'esprit et le coeur du peuple congolais, il a cherché tout d'abord à se racheter par la diabolisation de Mobutu lui-même, celui qui a fait de lui ce qu'il est, celui qui a tissé Ngbanda fil par fil comme on peut lire dans son livre : « Ainsi sonne le glas », où Mobutu est présenté sous l'aspect le plus répugnant en étalant en nu toutes ses faiblesses, ses failles et ses bavures. Quant à lui-même il ne s'avoue coupable non pas en tant qu'individu mais en tant qu'élément inclus dans un système dégradé autrement dit, pris individuellement il est innocent mais coupable collectivement pour avoir été membre du système. C'est comme qui dirait quand le bras a failli on puni la tête.

Par ailleurs, connaissant le faible du congolais relatif à son patriotisme, il joue sur cette fibre sensible en faisant appel à son orgueil national, à son amour de la patrie  et en présentant devant la mémoire du collectif national le risque de la perte de son domaine politique: le congo.

Voilà comment Ngbanda a gagné la guerre de sens par l'infaillible méthode « spatio-temporelle » en mettant en contribution les moyens médiatiques de larges diffusions audio-visuelles modernes comme l'internet et autres. Voilà comment Ngbanda a séduit tous les chrétiens en portant le masque d'humilité spirituelle en confessant et en faisant la pénitence sacrificielle publique par un aveu de culpabilité non individuelle mais collective. Ici la question est de savoir si cette confession qui blanchit l'individu par rapport au groupe auquel il a appartenu peut vraiment être crédible ???

Avec sa parfaite connaissance sur le degré élevé de spiritualité du peuple congolais, sachant pertinemment la profondeur de sa christianité, après les avoir subjugué par la confession publique comme le recommande le Christ lui-même, monsieur le terminator s'auto-proclame pastor d'une nouvelle église sans qu'il soit consacré par imposition des mains comme le veut la tradition chrétienne par d'autres pasteurs.

Nous savons selon l'enseignement de la bible que tout ministère pastoral commence par la consécration par les aînés à travers le rituel d'imposition des mains qui est un geste de transmission des pouvoirs et d'autorité spirituels comme en témoignent les cas de: Nombre 27: 18-23 où Dieu ordonna à Moïse d'imposer les mains à Josué qu'il succéda. Il en est de même du cas qui se trouve dans l'Acte 6 : 1-6 où les disciples Etienne, Philipe, Prochore, Nicanor, Timon, Parménas et Nicolas furent consacrés à leur service par imposition des mains des apôtres.

Le cas de Timothée qui a été consacré à son ministère apostolique par l'imposition des mains du collège des anciens et de l'apôtre Paul lui-même est trop connu pour que nous puissions nous attarder mais simplement lisez, 1Timothée 4: 14, 2Tm 1: 6. Avec tous ces cas ci-haut évoqués, vous pouvez réaliser le degré élevé de la supercherie de Ngbanda sur la valeur spirituelle de son apostolat.

Par ailleurs, peut-on savoir dans quelle partie de l'évangile Jésus a demandé aux pasteurs de truquer des photos pour accuser faussement quelqu'un d'étranger ???

Dans quelle partie de la bible où Dieu donne l'autorisation aux pasteurs de contester la paternité ou la maternité des parents à l'endroit de leurs enfants qu'ils ont reconnus et déclarés comme tels et surtout après la mort de papa le chef de la famille ???

Mettons nous dans l'hypothèse où Joseph Kabila est un enfant adoptif et même dans ce cas peut-on savoir dans quelle partie de l'évangile où l'on interdit à un enfant d'adopté d'acquérir la nationalité de son père adoptif ???

Peut-être que sous le régime de Mobutu où il reçut la très haute distinction de l'ordre de léopard de Terminator, la constitution n'autorisait pas aux enfants adoptifs d'acquérir la nationalité de leurs parents après la dissolution de la constitution de Mobutu à laquelle il se réfère.mais qu'il nous dise d'où il tire dans la nouvelle constitution les raisons de contester à un enfant adoptif de se réclamer de la nationalité de celui qui l'a adopté ???

Peut-être que dans certaines dispositions de la nouvelle constitution il existe un interdit qui empêche un enfant adoptif de se prévaloir de la nationalité de son adopteur. Mais que l'on nous dise clairement au lieu d'ergoter sans référence après la mort du père, celui qui a confirmé sa paternité sur son fils. Peut-être que Laurent Désiré lui a confié le secret dès son vivant ou alors lui a révélé après par vision, en rêve ou par apparition la fausseté de sa paternité sur Joseph Kabila.  

Jésus aurait-il permis à un pasteur d'écrire à son homologue d'une autre confession chrétienne lui demandant de ne pas unir devant Dieu, deux coeurs qui s'aiment comme l'a fait pasteur Hono, en écrivant au cardinal Etsou de refuser de célébrer le mariage de Joseph Kabila sans aucune justification valable ???

Peut-être qu'en réservant une fin de non-recevoir à la requête de pasteur Hono Banda, le Cardinal Etsou ira en enfer, pour avoir désobéi à l'ordre que Jésus lui a transmis par l'entremise de son Illuminé, Révérend Hono Ko Atumba.

Peut-être que de par la nature de la nouvelle évangile qu'il a reçu d'en haut, Son Illuminé, le Révérend pasteur Hono est autorisé à faire les coups de théâtre de substitution de personnage comme il s'est substitué au major Eric Lenge en proférant toutes ses infamies au nom de la première dame et son innocente fille afin que le Cardinal Etsou ne puisse pas célébrer le mariage du couple présidentiel.

Chers compatriotes, les élucubrations hallucinatoires de son Illuminé Ko Atumba sont sans nombre pour que nous puissions les énumérer toutes, ce qui est décrit ci-haut l'est fait dans le but particulier de vous donner un aperçu de la mission pastorale de notre bien-aimé frère Ko Atumba. Méfiez-vous de ce grand manipulateur inspiré et clairvoyant.

Tous ses oracles et prophéties ne sont que de grotesques chimères. Il nous a avait révélé que les préparatifs de guerre d'annexion du grand Kivu par le Rwanda sont si avancés qu'il n'y aurait jamais d'élection, et les élections ont eu lieu.

 Il a prétendu à l'organisation des fraudes électorales par l'occident pour nous imposer Joseph Kabila, mais tout le monde sait que malgré les irrégularité inhérentes à tout scrutin, les élections en RDC sont réputées crédibles par tout sauf par la clique Mbemba-Ngbanda qui n'ont même pas eu le courage ne fut-ce que symboliquement de faire recours légal de contestation auprès de qui de droit.

Ces qualités d'un fin dialecticien ont permis à Ngbanda par la magie du verbe d'envoûter mentalement, moralement, sentimentalement et spirituellement la plupart de nos compatriotes, surtout par sa fameuse confession publique. Là encore, ne vous laissez pas séduire puisqu'il ne fait que la réédition des tactiques apprises et maîtrisées à l'école de son initiateur. Combien de confession Mobutu a fait ???

Sa nature profonde, ses méthodes du gouvernement et sa gestion de la chose publique ont elles changé de par ces multiples confessions ???

Tenez, pour sauver les apparences, Mobutu et sa clique ont confessé et dénoncé les dix fléaux qui rongeaient la société nationale sous son règne mais aucune reforme n'eût lieu pour en rectifier.

 Mobute s'est confessé sur l'opération de zairinisation qu'il a initiée pour mieux piller le pays, opération où les acquéreurs ont battu le record jamais inégalé dans les annales de l'histoire du commerce international par l'achat des voitures mercèdes de Luxe qu'ils ont appelé cyniquement « Ndeke ya mabele », malgré ça rien n'a changé, le Zaire/Congo a continué son exécrable descente en enfer.

Comme a fait Mobutu, Ngbanda suit la même tactique de vaines et stériles confessions publiques telle qu'apprise à l'école de son maître à penser. Encore une fois méfiez-vous de la clique Ngbanda-Bemba puisque l'avenir du Congo dépend de vous, gardez votre choix préliminaire, votre candidat et votre tradition patriotiques. Donnez les fleurs de victoire au candidat du peuple et les martyrs de indépendance en auront de plus belles.

Patriotiquement votre.

Djonga Y'Omatete Badibadi
djobdjomath@yahoo.fr


Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.