Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

A propos de votre lettre ouverte à E. Tshisekedi: ma réaction.

Messieurs de la Rédaction,

Je vous prie de bien vouloir publier ma réaction ci dessous adressée à M. Dominic Kim Mwambi qui y a déjà réservé une réponse sur votre Site depuis le 28/05/2006 sans que la mienne ne soit publiée et pourtant le même jour j'avais expédié une copie à contact@congovision.com . Merci.


L'Udps est et doit être un parti politique à l'instar des autres partis politiques à travers le monde, c'est-à-dire représentant un projet global de société, et non un simple groupe de pressions, créé pour résoudre des problématiques ciblées.

Comme de nombreux compatriotes, j'ai lu la « Lettre ouverte des 13 Intellectuels du Grand Kasaï à M. Etienne TSHISEKEDI wa MULUMBA, Président National de l'Udps en prévision de l'échéance du 30 juin 2006 ». J'ai lu également une réaction de Monsieur Dominic Kim Mwambi du 15/5/2006 en rapport avec cette lettre.

Cette lettre n'est qu'un rappel des faits historiques depuis l'ouverture du processus de démocratisation dans notre pays. Elle suscite pourtant des réactions épidermiques par le simple fait qu'elle a le caractère d'un sévère réquisitoire dressé contre un acteur politique ayant joué un rôle non négligeable dans la situation politique du Zaïre - RDC.
Monsieur Dominic Kim Mwambi,
Pour des raisons de compréhension, je vous enjoins d'abord votre propre réaction sur le Forum de Congo Vision. La voici :
« Lettre ouverte des 13 intellectuels du Grand Kasai à  Tshisekedi
Mesdames et Messieurs de la Rédaction,

Je vous prie de publier avec urgence ce droit de réponse sur votre site, pour dénoncer ce nième scandale monté de toute pièce pour des raisons évidentes.
En effet, après avoir lu avac attention la lettre ouverte des "prétendus" intellectuels du grand Kasai, nous avons, à travers des organisations des kasaiens basées au pays et à l'étranger, effectué une vaste recherche dans les deux Kasai et à Kinshasa. Quelques heures seulement ont suffi pour que nous puissions dire au peuple congolais qu'une nouvelle bourde, signée PPRD vient d'être mise à nu, à travers cette lettre attribuée abusivement aux kasaiens. Une fois de plsu, comme du temps de Mobutu, à défaut de trouver des personnes vivantes, le pouvoir moribond de Joseph Kanambe n'a hésité à imaginer un truc qui a déjà marché sous la dictature mobutienne, à savoir, dresser les Kasaiens les uns contre les autres, pour les affaiblir. Et au moment où tout le peuple congolais parle lentement et sûrement d'une même voix, et sentant la date fatidique du 30 juin s'approcher, le pouvoir ne pouvait pas trouver mieux !  La recette des 13 intellectuels a subie des tests dans les laboratoi!
res du PPRD. 13 comme 13 parlementaires fondateurs de l'UDPS. Une démarche digne du KGB ! Avec un livre ridicule comme celui de Kamhere consacré à raconter des mensonges grossiers, nous constatons que la désinformation fait partie intégrante de la stratégie du PPRD.

Chers compatriotes, tous les noms des soi-disant intellectuesl kasaiens ne sont qu'une pure invention. Ces Messieurs et dames n'existent pas. Pour preuve, nous demandons à quiconque voudra nous contrédire, de nous donner les titres universitaires de ces intellectuels "universitaires" du Kasai et les universités qu'ils ont fréquentées. Et puisqu'ils s'adressent en tant que citoyens libres, à Etienne Tshisekedi, qui n'a ni armée, ni milices, pourquoi ont-ils peur de dire ou ils habitent et ce qu'ils font dans la vie, où ils travaillent ?
Nous demandons à toutes les organisations politiques, culturelles, religieuses, estudiantines; aux ressortissants des deux Kasai, d'effectuer les mêmes recherches dans le grand Kasai, pour qu'ils constatent avec nous que ces citoyens kasaiens sont une invention géniale d'une figure importante proche du pouvoir et du PPRD, et originaire du Kasai. Nous attendons le moindre démenti pour que nous publions sans hésitation, le nom du "philosophe" du PPRD avec des preuves à l'appui.

Sincères salutations.

Audy Gisanga Musanga.
actuelaudy@yahoo.fr


Dominic Kim Mwambi
Allemagne.
Nodet32@aol.com » Fin de citation
La célérité avec laquelle vous avez réagi pour crier à une cabale qui serait venue du PPRD me semble trop passionnante et suinte un fanatisme béant.  Dans votre réaction, vous dénoncez le caractère fictif des auteurs du document mais le contenu dudit document reste à mon avis intact.  L'opinion n'a surtout pas besoin de l'origine de la lettre, c'est au contenu qu'il sied de s'attaquer pour balayer les cinquante étapes y évoquées.
Parce qu'en fait, posons que cette lettre ait été écrite par 13 ressortissants de Ngudi (ma Collectivité - Secteur d'origine dans le Bandundu), votre réaction se baserait sur quoi ?
A mon avis, l'auteur, quel qu'il soit, le contenu de son document reste ce que beaucoup de compatriotes ont déjà stigmatisé, toujours en français mais avec un autre style.
Pourquoi croire à une cabale à chaque fois que certaines vérités sont rappelées et le responsable pointé du doigt ?
Voici ces 3 autres documents que vous devez déjà avoir lus :
1°)
Date : Wed, 16 Jan 2002 14:53:43 +0000

Demission du Représentant honoraire de l'UDPS au Canada,   Dr Kadari Mwene-Kabyana.
Lettre ouverte a l'honorable Etienne Tshisekedi,  président national de l'UDPS

Monsieur le Président,

Plusieurs combattants de l'UDPS au Canada ne seront pas surpris d'apprendre que j'ai renoncé au statut de Représentant honorifique de l'UDPS auquel j'ai été élevé par vous pour des loyaux services rendus au parti depuis 1984, d'abord comme président de l'UDPS et ensuite comme Representant de la direction politique au Canada pendant  plusieurs annees et quitte effectivement le parti.

L'annee passee, lors de votre sejour ici au Canada, certains militants du parti se sont plaints aupres de vous de l'independance que je prenais en tenant publiquement un discours contraire à celui du Parti, des critiques que je faisais de vos declarations et de celles des collegues Representants.
En effet, contrairement au discours du parti :
. J'ai toujours denonce, a la radio, a la tele, dans les journaux et dans des conferences publiques (y compris dans des assemblees du parti) les pays agresseurs de notre Grand Congo et tenu les compatriotes qui leur ont servi de "Cheval de Troie" co-responsables des crimes economiques, des crimes contre l'humanite et de crimes de guerre commis dans notre pays ;
. Je n'ai jamais accepte que cette guerre d'agression soit reduite seulement a une lutte de pouvoir entre deux factions de l'AFDL et partant, l'UDPS, n'etant pas concerne, devait etre "neutre", une neutralite qui
finalement l'a conduite a devoiler son jeu en nouant des alliances avec le MLC et le RCD;
. Je n'ai jamais accepte le discours voulant que l'UDPS menait le meme combat avec les mouvements rebelles, car les rebelles et leurs parrains ne font pas la guerre pour la democratie au Congo (y en a-t-il chez eux ?);
. Je n'ai jamais tolere le silence que la direction de l'UDPS a toujours garde face aux massacres des populations congolaises perpetres par les armees ougandaises, rebelles et rwandaises (on parle de trois millions de morts et ils continuent a massacrer sous pretexte de combattre les Mai-Mai alors qu'ils sont en train de vider des espaces a coloniser dans le Kivu) ;
. Je n'ai jamais accepte que la direction politique du parti souhaite le maintien des troupes d'agression sur notre territoire sous le pretexte fallacieux d'amener le pouvoir de Kinshasa a se democratiser;
Si je n'ai pas demissionne et quitte le parti jusque-la, c'est parce que nous etions plusieurs cadres dirigeants du parti qui, ne partageant pas les analyses de la direction politique et celle de la Representation du parti en Belgique, nous nous accrochions au projet de tenir une reunion de tous les Representants et leurs adjoints, des Presidents federaux et leurs adjoints autour de vous à Bruxelles au terme de votre tournee l'annee passee.
La rencontre aurait permis a tous les courants de s'exprimer, de debattre, de partager des analyses et d'amener finalement l'UDPS a articuler des positions nationalistes, des positions qui tiennent compte des preoccupations des Congolais, des positions de solidarite et d'engagement a l'endroit de notre Peuple. Malheureusement ce projet, le seul qui aurait permis d'inflechir les positions du parti, quoiqu'accepte par vous au Canada, fut rejete par nos collegues de Belgique. La rencontre, finalement, n'a pas eu lieu et l'UDPS n'a cesse de se fourvoyer.
Monsieur le President,

Face aux seigneurs de guerre, desapprouves tous par notre peuple, l'UDPS n'est plus cette alternative credible qu'elle a ete par le passe. En effet, pour le moment l'espace politique est occupe par, a Kinshasa, un gouvernement qui a demontre son incapacite a mobiliser des ressources humaines et materielles considerables que le Grand Congo possede pour mener et gagner une guerre qui dure deja plus de trois ans.
Paradoxalement, au lieu de lancer des campagnes de recrutement de nouveaux combattants comme cela se fait dans tout pays en guerre, le gouvernement du CPP est entrain de demobiliser des soldats parmi les troupes aguerries au moment ou nos agresseurs, eux, continuent a mobiliser, a renforcer leurs positions et a en conquerir d'autres dans notre pays.

Pourquoi ne penserait-on pas a une connivence au sommet entre Kinshasa, Kigali et Kampala ? Pourquoi ne le penserait-on pas lorsqu'on a a l'esprit le nombre de rencontres au sommet, des rencontres caractérisees par la chaleur des retrouvailles des Presidents et un silence intriguant sur leurs echanges "secrets". Ou a-t-on deja vu des Presidents des pays en guerre se rencontrer gaiement, et a plusieurs reprises, sans que leurs sommets ne soient sanctionnes ni par une conference de presse ni par un communique de presse conjoint ? N'a-t-on pas de compte a rendre a la population ?

Quant aux "gouvernements" rebelles bases a Goma, Gbadolite et ailleurs (Beni-Butembo ou Bunia), on sait dans quels domaines ils excellent : les massacres des populations et les pillages. Que peut-on attendre d'eux à la tete du Congo sinon un regime pire en horreur que ceux du Marechal Mobutu et de Kabila ? Et dire que l'UDPS est leur allie !

Monsieur le President,

L'UDPS a deçu a la mesure des espoirs qui etaient places en lui. Etant completement en desaccord avec les positions et les orientations du parti qui ne font que s'affirmer davantage, et desapprouvant son fonctionnement,
je me trouve dans l'obligation de remettre ma demission comme Representant honoraire et de quitter l'UDPS.

Fait a Montreal, ce lundi 14 janvier 2002,

Dr Kadari Mwene-Kabyana, Politologue
2311 rue Centre, Montreal (Quebec)
Canada H3K 1J6
Tel. (514) 937-2362/ Fax (514) 937-9693
2°)
Lettre Ouverte à Monsieur Etienne Tshisekedi wa Mulumba,  Président National de l'UDPS
J'ai lu avec intérêt votre lettre datée du 23 mai 2003 par laquelle vous appelez le peuple congolais à user de son droit et devoir sacré de faire échec à tout individu ou groupe d'individus qui exercent le pouvoir en violation des dispositions de la Constitution en vigueur dans notre pays.
Vous motivez votre appel par le fait que le pouvoir kabiliste de Kinshasa fait preuve de mauvaise foi et use des manouvres de blocage. J'ai peur que cet appel ne puisse pas obtenir le « feedback » voulu de la part de la majorité de nos combattants qui sont lassés par l'ambiguïté des actes de la direction politique. Quant au message lui-même il signifie un aveu de désespoir et d'impuissance dont vous portez la grande responsabilité.  

Dans ma vie personnelle, je cherche toujours à voir les causes de mes déboires dans moi même avant de culpabiliser les autres. De façon pratique je cherche toujours à découvrir en moi même ce que j'aurais du faire et qui aurait pu m'éviter des déboires ou échecs. C'est par analogie que je fais la même cogitation pour m'expliquer les causes ou origines de certains déboires politiques de l'UDPS.
Qu'est-ce que l'UDPS aurait du faire et qui aurait pu lui éviter certains déboires ? Qu'est-ce que le leadership aurait du faire pour éviter la vice-présidente nous soit chipée ? Selon ma lecture des événements, les déboires actuels de notre parti s'expliquent par votre mauvais entourage, votre immobilisme et manque de sens politique, vos alliances politiques contre-nature et enfin le manque de délicatesse dans le langage. 
1. Mauvais encadrement du leader
Je me demande si seulement vous prenez le temps d'analyser méticuleusement le contenu des écrits que vous proposent ceux des amis qui vous entourent. J'ai personnellement peur que vous soyez prisonnier des « vermines » dont la mission consiste a vous tuer politiquement a petit feu. Apparemment, les vermines ont bien réussi leur mission car vous posez des actes qui dépassent l'entendement de toute combattant de bon sens.   
Au moment où les finances font cruellement défaut au parti, moi, je ne m'explique pas votre séjour prolongé en République Sud-africaine au moment alors que votre présence personnelle à Kinshasa aurait été très bénéfique au parti. En effet, la ville de Kinshasa est le terrain ou se jouent l'essentiel des tractations et autres négociations directes entre acteurs politiques. Vous avez sûrement des raisons qui vous obligent a rester en Afrique du Sud, mais sachez le peuple a droit de connaître la vérité sur les motifs de votre très long séjour a l'étranger ainsi que l'origine des ressources et leurs utilisations. 
En effet, les combattants se s'expliqueront pas que le président national puisse constituer a lui seul le centre des dépenses avec plus de 99% des ressources du parti. Il semble qu'en terre sud-africaine vous vous la coulez douce et que tous nos amis qui vous entourent ont pris de l'embonpoint au point ou vous tous ne voudriez pas entendre parler du retour a Kinshasa avant d'obtenir les postes de vice-président, ministres et conseillers de manière a s'assurer des ressources pour le maintien de l'embonpoint.
Il se raconte aussi que l'opinion du Médiateur Ketumine Masire sur votre personne serait devenue mi-figue mi-raisin et que dans les milieux de ses collaborateurs votre collège pléthorique de conseillers en Afrique du Sud aurait acquis la réputation de « bande de jouisseurs ». Ridicules tous ces racontars obtenus de la part des personnes en provenance de l'Afrique du Sud, mais c'est a vous qu'il appartient  d'éclairer l'opinion sur tous les points sombres.
Encore une fois, j'ai très peur que vous soyez induit en erreur par les amis qui vous encadrent dont certains ont un passé trop controversé. Mais, je me demande si vous etes victime ou bien c'est vous-même qui etes responsable de l'absence du leadership responsable qui est tant décriée.  

2. Immobilisme et manque de sens politique 
Comme j'ai eu à l'écrire plusieurs fois, l'UDPS aurait pu occuper le poste de la vice-présidente qui lui revient de plein droit si notre leadership n'avait commis la maladresse d'un immobilisme incompréhensible. Nombreux membres du parti ne comprennent pas pourquoi vous n'avez pas pris le minimum de contact avec les partenaires politiques avec qui vous avez signé l'accord global et inclusif.
Je sais bien qu'il doit y avoir des taupes dans la composante « Opposition », mais je me demande pourquoi notre parti s'est allié aux agents infiltrés alors que vous aviez réussi à dénoncer et débouter quelques faux opposants que le pouvoir kabiliste avait cherché à infiltrer dans nos rangs au DIC.
Pourriez-vous expliquer à notre base du parti pourquoi vous dénoncez si tardivement la présence d'autres faux  opposants après avoir collaboré avec eux au DIC ? Ne les connaissiez-vous pas avant ? Pour ma part, j'estime que ce réveil tardif relève d'une étourderie inacceptable qui appelle à questionner votre leadership. Jusqu'à quand  allez-vous continuer à faire montre du manque de réflexe politique pour pouvoir anticiper sur les événements?
3. Des alliances politiques contre-nature 
Personnellement, j'ai peur que la conduite des affaires du parti soit guidée par des sentiments passionnels et autres intérêts opportunistes. Comme nombreux membres du parti, je ne me suis jamais expliqué le partenariat que vous aviez conclu avec l'impopulaire et sanguinaire mouvement rebelle RCD.
L'argument justificatif consistant a sauvegarder le DIC (Dialogue Inter-Congolais) ne résiste pas a l'analyse car l'exigence de la tenue du DIC pouvait se faire avec des partenaires crédibles au lieu de ternir l'image du parti par une alliance contre-nature.
Malheureusement, vous aviez pris de manière cavalière et précipitée cette option d'alliance opportuniste sans prendre en compte les aspirations de nos millions de combattants qui aujourd'hui ont du mal a comprendre la conduite des affaires du parti. Si la direction du parti prêtait attention aux aspirations de la majorité de nos combattants, elle aurait su que  l'alliance avec le RCD est une malheureuse aventure qui nous a aliéné des millions de nos compatriotes et refroidi de nombreux combattants.
Le fait que vous continuez a claironner que l'UDPS est un allié du RCD retentit à l'oreille comme une injure à répétition à l'égard des   millions de nos compatriotes se trouvant partout au monde et surtout ceux des territoires sous occupation du très désavoué RCD et ses parrains Rwandais. Comment ne pouviez-vous savoir que l'alliance avec le RCD était impopulaire et qu'elle ne pouvait que nous attirer le discrédit et l'antipathie ? Ne pas voir cela signifie que le parti manque de leadership lucide et visionnaire. 
4. Manque de délicatesse dans les discours
J'ai appris de mes parents que l'humilité et l'amabilité sont des atouts du succès social. J'ai aussi appris que la politique est un art qui exige un minimum de sens de civilité et de noblesse. J'ai les sentiments de fierté personnelle de voir que pendant longtemps l'UDPS a fait preuve de noblesse qui lui a valu la sympathie de la majeure partie du peuple congolais.
Malheureusement, depuis un certain temps une désinvolture caractérise la conduite des hauts cadres et même notre leadership. J'ai eu à dénoncer l'usage du langage ordurier et léger de la part de certains cadres du parti dont votre neveu Mpwila de Bruxelles. Ce denier utilise de manière inappropriée et désinvolte des termes sales tel que « merde » dans des déclarations faites au nom du parti sans qu'il ne soit rappelé a l'ordre. C'est une honte ! (It's a shame !) 
Plus troublant encore est votre langage à l'égard du Comite Internationale de Suivi que vous qualifiez de « complaisante » au moment ou nous attendons tous sa réponse à la requête en annulation ou relecture de la désignation de monsieur Arthur Ngoma en qualité de vice-président.
Je ne voudrais pas prendre en compte votre langage à l'endroit de Joseph Kabila qui est un adversaire politique même si mon éducation personnelle m'interdit de tenir de pareils propos à l'endroit d'une personne avec qui on veut collaborer au sommet de l'Etat.  Par un exploit extraordinaire notre leadership a réussi a s'aliéner la majorité de l'opinion nationale, la majorité des partenaires de la composante « Opposition », le Comite National de Suivi et le Comite International de Suivi.
Comment peut-on se mettre en déphasage de la société en un temps si record ? Où allons-nous ? Votre discours d'appel à la mobilisation du peuple n'a plus de prise sur la majorité de nos combattants qui ne comprennent rien et ne savent plus suivre. Quoique je sois plus loin du pays que vous mais j'ai au moins la certitude d'avoir une correcte appréciation des aspirations de la majorité des congolais et de la base de notre parti.
D'autre part, je me demande  si vous etes vraiment attentif à l'évolution de la logique de la communauté dite « internationale » concernant la situation en RDC. L'on se comporte au sommet du parti comme l'on vivait en vase clos. Le RCD que vous nous collez à la peau est un indésirable lépreux qui voudrait s'afficher en public à nos cotes pour se faire accepter.
Malheureusement, la lèpre du RCD nous est contaminée au point ou nous courrons le risque de devenir a terme aussi impopulaire que le RCD sur son propre territoire ou il n'a aucun impact. Même de nombreux frères et sours Tutsi Congolais commencent a se faire une autre conception de cohabitation pacifique avec les autres communautés dans le long terme en se méfiant de vos gesticulations avec le RCD. Arrêtez donc de nous vendre des illusions ! 
Conclusion
De tout ce qui précède, il apparaît que le temps des jeux de distraction est révolu. Le parti a besoin d'un leadership entreprenant et lucide capable de faire face aux enjeux par le jeu des contacts et négociations comme l'exigent le « Real politics » moderne. La vie du parti est en danger avec sa gestion opaque tant sur le plan des stratégies que celui des ressources.
En conséquence, il s'avère nécessaire et impératif que vous rendiez le tablier. Comme vous n'etes pas sensible au langage de délicatesse je dois être clair en précisant que c'est votre mise a la retraite que nombreux combattants souhaiteraient obtenir car le mal qui ronge le parti c'est vous !  
Moi, je ne vous ferai pas le cadeau de démissionner de l'UDPS car je considère le parti comme une ouvre collective dont je suis un des artisans. Moi, je ne suis pas comme Kadhari  qui avait démissionne du parti par sa solidarité avec sa base du Grand Kivu apres l'acte de trahison pose par vous en affichant votre sympathie a l'égard des assassins de notre peuple. Moi, je ne vous laisserai pas le parti !
Je demande a de nombreux amis combattants qui le disent tout bas de prendre courage pour dénoncer le mal qui ronge qui le parti et exiger un leadership réaliste et compétent.  Pour le grand bien de l'UDPS qui ne vit plus et pour votre honneur personnel, libérez de grâce le parti que vous avez pris en otage ! Autrement, le parti s'effondrera et vous-même finirez dans l'humiliation très bientôt.  
Salutations de Combattant !  
Kalonji Pierre T.
Detroit, MI (USA)
Tue, 27 May 2003

3°)
REUNION DES REPRESENTANTS DE L'UDPS
COMMUNICATION DU REPRESENTANT DES ETATS-UNIS
A. LES PROBLEMES.
I. L'ORGANISATION DU PARTI.

1) Le parti fonctionne avec des organes semblables à celle d'une institution déjà au pouvoir. Conséquence : une lourdeur bureaucratique. Que le Comité National évalue l'efficacité des organes actuels pour voir s'ils répondent aux exigences d'un parti qui cherche à conquérir le pouvoir.

2) La communication est un problème crucial au sein du parti. Si nous sommes mal placés pour la juger sur le plan horizontal, nous constatons souvent un vide complet sur le plan vertical. En effet, entre le sommet et la base, il n'y a pas un système établi de communication permanente.
C'est ainsi que, face aux événements importants, les représentants apprennent la position officielle du parti à travers les déclarations faites à la presse par le Secrétaire Général, le Président du Comité National ou le Conseiller politique du Président National.

II. LE MANQUE DE STRATEGIE COHERENTE POUR ACCEDER AU POUVOIR.
1) L'attentisme face aux événements importants.
Face aux grandes échéances, notre parti compte toujours sur une mobilisation générale de la population pour renverser les dictatures, comme cela se fait en Europe ou en Amérique Latine, alors que nous savons très bien que l'Occident qui soutient nos dictatures ne peut pas le permettre. Par ailleurs, le parti n'établit jamais un plan concret de mobilisation populaire générale. Ce qui s'est passé le 30 juin 2005 illustre clairement une vision naïve de la mobilisation des masses. Fallait-il être un grand stratège pour savoir que le pouvoir en place bouclerait facilement les points chauds, avec l'appui de la surveillance par satellite gracieusement offerte par la « Communauté internationale » ?
2) Le manque d'auto évaluation
Après un quart de siècle de lutte pour l'avènement de la démocratie et de l'Etat de droit au Congo, d'une part, et face à la situation actuelle, d'autre part, ayons le courage de nous poser les quatre questions ci-après et d'y répondre sans passion et sans complaisance.
Première question  : quelles sont les leçons que nous avons tirées du passé, notamment  :
a) l'éjection de la primature par Mobutu, après l'élection du PN à la CNS,
b) b) l'auto-proclamation de Laurent-Désiré Kabila en 1997, alors que c'est nous qui occupions le terrain,
c) le coup d'Etat de Joseph Kabila en 2001, alors qu'il y avait un vide juridique.
d) L'échec au Dialogue Inter-Congolais en 2003, alors que c'est notre parti qui avait sauvé ce dialogue des manouvres Kabila-Bemba,
e) L'immobilisme en juin 2004, après l'attaque de Bukavu par Nkunda et Mutebusi,
f) Le raté du 30 juin 2005, alors que c'était un objectif à ne pas manquer ?
Réponse  : Il y a plusieurs leçons à tirer, mais nous retenons une seule : notre parti a abordé toutes ces échéances comme une ONG caritative ou de droits de l'homme , attendant qu'on nous donne le pouvoir, tandis que tous nos adversaires l'ont toujours arraché et conservé, malgré nos jérémiades.
Pire, nous avons toujours été obligés de les reconnaître malgré nous et de négocier avec eux.
Deuxième question  : Au vu des cas évoqués ci-haut et de la situation actuelle, notre stratégie est-elle efficace pour accéder au pouvoir ?
Réponse : NON, parce que nous demandons aux détenteurs nationaux et internationaux du pouvoir ce qu'ils ne veulent pas nous donner (requalification de la transition, organisation des élections par l'ONU etc.) et nous n'avons pas défini les moyens efficaces de faire échouer le processus que nous décrions.
Troisième question : Avons-nous évalué les résultats de notre boycott des opérations d'enrôlement pour être certains que la majorité de ceux qui se sont enrôlés, vont suivre notre mot d'ordre de boycotter les élections ?
Quatrième question : Que ferons-nous si le peuple vote en masse et donne, par tricherie, la légitimité aux dictateurs actuels, comme cela s'est déjà produit sous d'autres cieux ?
Réponses : il appartient à la direction du parti d'apporter les réponses appropriées à ces deux dernières questions, le plus vite possible.
B. QUELQUES PROPOSITIONS
I. REORGANISER LE FONCTIONNEMENT DU PARTI.
1) Revoir les organes ou les fonctions au sein du parti en fonction de leur apport concret dans la conquête du pouvoir. Sans viser qui que ce soit, on peut se demander à quoi servent les portefeuilles de l'éducation nationale(alors qu'on n'a pas une seule école), de l'information(alors qu'on n'a même pas une petite radio rurale) ou de la défense nationale(alors qu'on n'a pas d'armée) . Ces matières peuvent être traitées à d'autres niveaux.
2) Etablir un système de communication interne efficace(non bureaucratique) entre le sommet et la base, pour éviter des interprétations particulières des positions officielles du parti.
3) Organiser le premier congrès du parti, après un quart de siècle d'existence. De ce congrès sortira impérativement une nouvelle impulsion pour l'avenir du parti.
4) Instaurer un système interne d'évaluation régulière des tous les organes du parti pour en améliorer l'efficacité.
II. DEFINIR DE NOUVELLES STRATEGIES.
1) Définir clairement les objectifs opérationnels(les objectifs généraux sont connus depuis 25 ans) de notre combat et les moyens pour les atteindre.
2) Mettre rapidement en place un nouveau système de communication interne et externe.
a) Cibler, pour la période en cours, jusqu'aux élections, les points essentiels sur lesquels le parti va se focaliser systématiquement pour « se vendre » et « démolir » ses adversaires, en insistant sur sa virginité par rapport aux crimes économiques et aux génocides et en étalant les crimes personnels des tenants du pouvoir, y compris leurs comportements privés immoraux (détournements, CV obscurs etc. )
b) Concevoir, avec l'aide des spécialistes de la communication, des affichettes ou des dépliants attractifs qui reprennent les idées-forces du parti - en français et dans les quatre langues nationales - et en faire une très large diffusion (sur toute l'étendue du pays) au sein de la population, parce que la masse n'a pas le temps de lire un Projet de société dans son entièreté.
c) Concevoir, de la même manière, d'autres affichettes ou dépliants qui montrent les points faibles des adversaires ou de leurs actions. Par exemple la campagne contre le projet de constitution ou le processus électoral.
d) Créer une équipe spéciale de réponse rapide, avec comme mission, de réagir rapidement, par les médias, à toute attaque dirigée contre le PN ou le parti et « d'attaquer » systématiquement les adversaires du parti, en cherchant toujours leurs points faibles.
e) Choisir, au sein de cette équipe spéciale, un porte-parole spécial pour le PN en tant que candidat présidentiel et un autre pour le parti. Il est préférable que ces deux porte-parole, tout en ayant les compétences nécessaires, soient autres que les porte-parole habituels et issus des groupes considérés comme marginalisés (femmes, pygmées, jeunes, personnes handicapées etc.). Cela aura un effet psychologique sur l'opinion, sur le caractère inclusif de notre parti.
f) Créer nos propres médias ou attirer certains d'entre eux dans notre mouvance.
3) Etudier les moyens pour affaiblir et déstabiliser les partis adverses de l'intérieur, par débauchage, en y envoyant méthodiquement des « taupes » et, surtout, en mettant en place un système intégré d'espionnage en leur sein(la nécessité d'un vrai service de renseignements du parti)
Fait à New York, le 11 novembre 2005
Bongua Justin Mayunga,
Représentant
Après un long moment de réflexion, je prends en toute liberté la décision de démissionner en ma qualité de Représentant de l'UDPS aux Etats-Unis et membre de l'UDPS.  
Ma décision n'est pas une remise en cause du bien-fondé du combat que vous menez depuis plusieurs décennies pour l'instauration de la démocratie dans notre pays, mais elle est la conséquence de ma déception suite au manque de réaction aux préoccupations que je vous ai adressées. Ces préoccupations sont contenues dans mon mémorandum et ma dernière lettre du 12 décembre 2005 via votre assistant. 
Je vous en souhaite bonne réception et vous prie d'agréer, Monsieur le Président National, mes salutations distinguées.
Bongua Justin Mayunga,
Représentant
USA
Monsieur Dominic Kim Mwambi,

De ces trois lettres, d'où peut provenir une cabale ?
Nul n'est parfait sur cette terre. Lorsque par nos réactions nous tenons à défendre d'office quelqu'un, cela devient très dangereux pour notre jeune démocratie qui risque d'être un vain slogan. 

Une démocratie ne peut fonctionner sans organisations politiques qui contribuent à structurer l'opinion publique et à articuler les demandes de ses membres. 
L'Udps est une ouvre commune à laquelle plusieurs combattants ont apporté une pierre pour qu'elle devienne ce qu'elle est devenue. Elle n'est pas un FAN CLUB qui doit éternellement laver l'image de son Président Fondateur.

Sincèrement et patriotiquement,

Audy Gisanga Musanga.
actuelaudy@yahoo.fr

Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.