Pour une culture du dialogue
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum, savoir dialoguer est une vertue
Emploi
Notes de lecture
Liens

ASADHO/KATANGA

Association Africaine de Défense des Droits de l'Homme African Association for the defence of Human Rights

COMMUNIQUE DE PRESSE N° 004/2006

« Gédéon Kyungu Kasongo Mutanga et consorts dans une unité de brassage ? »

L'Association africaine de défense des Droits de l'Homme, représentation du Katanga, ASADHO/Katanga en sigle est vivement préoccupée par des informations qui lui parviennent sur la situation du seigneur de guerre Gédéon Kyungu Kasongo Mutanga et sa suite.

En effet, du recoupement des informations et des sources dignes de foi, il nous revient que le Chef d'Etat Major des Forces Armées de la République Démocratique du Congo aurait émis une note circulaire non encore rendue public fixant le sort de « Gédéon ». Il y serait dit que Monsieur Gédéon Mutanga et sa suite seraient transférés dans un centre de brassage pour leur intégration dans l'armée et qu'une fonction de commandement lui serait confiée dans une unité des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC).

Si l'ASADHO/Katanga a salué sa réédition auprès de la Monuc , elle trouve cependant incompréhensible, voire irresponsable de la part du Gouvernement de la République que Gédéon et sa suite continuent à bénéficier des faveurs qui ne peuvent être accordées à une personne qui s'est illustrée par des actes d'une extrême cruauté : atteinte à la vie humaine, mutilations des organes, cannibalisme, pillage des biens, incendies des villages, déplacements forcés des populations, .

Elle note, par ailleurs, que le Président de la République , à qui revient la mission première de mettre fin à l'impunité en RDC, n'a jamais pris position clairement, ni démontrer la volonté de son Gouvernement à faire poursuivre cet homme qui a endeuillé plusieurs familles dans le Nord Katanga. Ce qui contraste avec l'affaire Thomas Lubanga dans laquelle il avait lui-même saisi le Procureur près la CPI.

En guise de rappel, Gédéon Mutanga fut l'un des seigneurs de guerre les plus redoutables opérant dans le Nord Katanga. Après plusieurs combats contre les FARDC et les troupes onusiennes, il proposera de déposer les armes et se rendra aux forces de la Monuc le 12 mai 2006 . Depuis, il est logé au mess des officiers sans qu'aucune procédure d'incrimination ne commence contre lui.

Eu égard à cette complaisance manifeste du gouvernement et de l'Auditorat Militaire Supérieur et face à la persistance des informations tendant à faire bénéficier de l'impunité à Gédéon et sa suite, l'ASADHO/Katanga recommande :

Ø A la Communauté Internationale  :

De maintenir la pression sur le Gouvernement de la RDC afin que Gédéon soit jugé pour les crimes mis à sa charge.

Ø Au Gouvernement de la République

De cesser de poser tout acte de nature à compromettre l'indépendance de la justice militaire dans l'affaire Gédéon MUTANGA et consorts ;

De mettre à la disposition de l'Auditorat Militaire Supérieur des moyens pouvant lui permettre de bien mener ses investigations et de juger « Gédéon » et consorts.

Ø A l'Auditorat Militaire Supérieur :

De diligenter sans délai une enquête sur les actes qui sont reprochés à Monsieur Gédéon et sa suite et de les poursuivre toute affaire cessante

Ø Au Procureur de la Cour Pénale Internationale :

De se saisir, en toute urgence, de l'affaire Gédéon MUTANGA et consorts qui du reste, est de sa compétence et demander son transfert à la Cour Pénale Internationale afin d'y être poursuivi.

Fait à Lubumbashi, le 24 juillet 2006

Asadho/Katanga
asadhokat@ic-lubum.cd

Congo Vision


Participez au forum


 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.