8 kinds of Smart
Page d'accueil
A propos de nous
Correspondance et Retrouvailles
Interviews
Musique
Forum
Emploi
Notes de lecture
Liens

Fally Ipupa a battu le record de J.P. Mpiana à la salle Docks Eiffel lors de son spectacle de samedi dernier à Paris  

lundi 6 novembre 2006

"Il faudrait désormais compter avec le compositeur de Droit Chemin (...) Fally Ipupa c'est le leader de la cinquième génération (...)"  : tels sont les commentaires que nous avons receuillis à 5 h 41' à la sortie du concert inédit livré par la nouvelle coqueluche des Congolais de Paris. Il est 2 h 00 du matin, samedi 04 novembre 2006, lorsque Fally Ipupa monte sur le podium sous les applaudissements frénétiques du public relativement jeune, l'âge moyen oscillantt entre 15 et 26 ans.

De jeunes filles, dans la majorité, ont porté des tenues de soirée qui laissaient entrevoir leurs cuisses bronzées ou leur poitrine, des jupes courtes et des blouses sexy ; les garçons se sont habillés en pantalons "style Fally", c'est-à-dire, les ceintures en dessous de la normale exhibant leur caleçon, si bien que les pantalons avaient l'air de tomber en marchant. Aussitôt que le spectacle a démarré, par la chanson "Eternellement", l'ambiance était déjà chaude dans la salle.

Dès les premières notes, le public accompagnait le chanteur Fally obligé parfois de tendre son micro sans fil à ses fans qui préfèraient chanter à sa place. La salle étiat élecrisée à chaque pas de danse, à chaque mouvement ou coup de rein de Fally Ipupa qui,à l'occasion a étalé ses talents de grand chanteur et danseur. Devant l'exigeance du public, Fally Ipupa leur demandait de choisir la chanson suivante. "Liputa, Liputa.... " réclamaient les mélomanes. Non pas maintenant,sinon le concert perdra sa saveur,choisissez une autre chanson " répondait la vedette. "Associé" réagissait automatiquement le public. Durant tout le concert, Fally est resté en dialogue permanent avec son public, à tel enseigne que les minutes et les heures ont passées plutôt vite.

Le temps fort de la soirée fut surtout la démonstration de la nouvelle danse de Fally Ipupa qui se joue en s'appuyant sur le pied du micro ou sur son voisin tout en balançant le derrière :une danse aux allures érotiques proche du Mapouka. Les quatre jeunes danseuses blondes l'ont exhibée avec beaucoup de talent, avec un brin de provocation. Un mâle doit avoir les nerfs solides pour resister devant une jeune fille qui exhibe cette danse qui, selon Fally Ipupa, est d'une tribu gabonnaise. Etant, lui-même, un excellent danseur, Fally Ipupa s'est surpassé sur le podium. Le son était impeccable et le spectacle de très bonne qualité. Pour une première production scénique à Paris, Fally Ipupa a mis tout le monde d'accord.

L'autre temps fort fut la montée sur scène des anciens musiciens du Quartier Latin : Jordan Kusa, Junior et d'autres musiciens, animateurs qui ont interpreté, ensemble, une chanson et dansé aux côtés de Fally Ipupa. Alors que durant toute la soirée, Fally s'est réservé de lancer des quolibets à l'endroit de Koffi, Jordan Kusa a été chahuté pour avoir déclaré : "cette nuit, vous apprendrez la nouvelle d'un Vieux d'une crise cardiaque, c'est désormais l'époque de la cinquième génération ( ...)".

A ces propos, le public a plutôt mal réagi en sifflant Jordan Kusa soupçonné d'attaquer Koffi Olomide. Comme quoi, les mélomanes souhaitaient que la soirée soit dénudée de tout propos injurieux à l'égard du Grand Mopao. C'est vers 5h00 du matin que Fally a joué la chanson "Liputa". La soirée s'est terminée à 5h41' par le générique "Droit chemin". Fally a convié le public de le rejoindre à Bruxelles le samedi 24 novembre 2006 où, sous l'égide d'Hermène Kaba, il livrera son deuxième concert en Europe depuis qu'il a opté pour une carrière solo.

Lors d'une interview , le producteur du concert de Fally Ipupa,Claude Musay, visiblement très ému par la qualité du spectacle et par l'affluence a déclaré : "sincèrement, j'avoue que Fally a dépassé le cap de J.P Mpiana dans cette même salle ; aujourd'hyui,j'ai vendu cash 2.500 billets au prix de 25 euros dans une salle qui peut contenir 3.000 personnes(...) ; de mémoire du producteur événementiel que je suis, c'est la première fois que je réalise une telle recette en une soirée ; d'ailleurs je programme un deuxième concert de Fally Ipupa à Paris au courant du mois de décembre 2006." a annoncé le producteur. Ce qui est vrai, c'est que la capacité de la salle Docks Eiffel est la moitié de celle du Zenith de Paris. Très ému, Fally Ipupa ne cessait , pour sa part de scander au micro : " Bor' oyo etondi eee..." traduisez, "cette salle est pleine à craquer !"

Lors du spectacle, Fally a , en outre, entonné une chanson de son prochain album intitulé "Cadenas". En plein hiver, il faisait - 3 °C samedi la nuit à Paris. Dès que le public est sorti de la salle Docks Eiffel, les brouilards d'hiver empêchait de voir de loin. La seule mauvaise note lors de ce spectacle est le fait qu'il y a eu trop de fans sur le podium et Fally Ipupa prenait trop de temps entre deux chansons en citant trop de noms ( dédicaces). Le son posait parfois problème au point d'énerver Maïka Mounan, le directeur artistique de Fally Ipupa, de le mettre en colère contre les techniciens affectés à cette tâche. En résumé, pour un coup d'essai, Fally Ipupa a plutôt réussi un coup de maître.|

Jean-Willy Bonjala, Envoyé spécial (AEM) à Paris .

© Congo Vision


Lors de la conférence débat à la salle Gymnase Marie Belle: Bagarre entre Sonima et Badive en présence de Koffi Olomide vendredi dernier à Paris

A la veille du concert de Fally Ipupa, Koffi Olomide a tenu,vendredi dernier,une conférence débat, presse-public sur le boulevard Bonne Noiuvelle, métro Strasbourg-Saint Denis à Paris.

"C'est depuis deux mois que j'ai programmé cette conférence débat" s'est défendu le grand Mopao en répondant à notre question de l'opportunité de cette rencontre juste la veille du concert de Fally Ipupa à Docks Eiffel. La réponse de Koffi n'a pas réussi à dissiper les soupçons sur le bien fondé de cette conférence débat.

Le Grand Mopao est certainement mis au parfum de la façon dont les mélomanes parisiens ne cessent de le couper en petits morceaux suite au départ de Fally Ipupa de Quartier Latin et du succès de l'album "Droit Chemin". La réaction épidermique de Koffi et des propos durs qu'il tient à la presse à l'égard de Fally Ipupa ont fait monter la côte de popularité de ce dernier à Paris et à Bruxelles.

C'est peut être une des raisons du public venu nombreux lors du spectacle de Fally Ipupa à Docks Eiffel le samedi dernier. L'histoire se répète: lors du départ de Emeneya et consorts de Viva La Musica, Victoria Eleison est devenu populaire entre autre raison suite aux propos injurieux de Papa Wemba à la presse à l'égard de ses anciens musiciens. Koffi commetrait les mêmes erreurs que Papa Wemba en 1983. "Ce n'est pas la première fois que des musiciens quittent le Quartier Latin" commentait le Grand Mopao pour minimiser le départ de Fally, Ferre et les autres.

Lors de ce débat presse public,Koffi a répondu à toutes les questions mais il donnait aussi des réponses évasives à d'autres comme à une question sur les déclarations d'une des anciennes danseuses aujourd'hui chez Werra: "si moi j'ai le sida, Koffi aussi en est atteint...."a déclaré la danseuse récemment lors d'un reportage filmé en vente libre dans les milieux chauds à Paris et à Bruxelles. "Moi je n'entretiens jamais des relations intimes avec mes danseuses car j'ai une belle femme chez moi à la maison,je ne suis pas un robot sexuel.

Et d'ajouter: "cette danseuse a fait ces déclarations certainement  influencée par son actuel patron d'Orchestre que je ne cite pas le nom"(Ndlr:Werrason). Accusé d'enfermer ses danseuses chaque fois en tournée à Paris,Koffi a réagit:"je les enferme pour les protéger car avant de venir à Paris, elle ne connaissent pas comment on prend le métro de la Gare du Nord à la porte de Clignacourt ou à Château Rouge à Paris; en plus, leurs parents me les confient aussi pour veiller à leur sécurité pendant toute la durée de la tournée européenne;que me diriez-vous le jour où une de mes danseuses, membre de la délégation  du Quartier Latin se serait retrouvée un jour violée ou assassinée  à Paris ? En tant que patron de Quartier Latin, j'ai le droit et la lourde responsabilité de prendre certaines dispositions internes pour un bon fonctionnement de mon groupe".

Soupçonné d'avoir perçu 50.000 USD d'un candidat présidentiel et de fuir Kinshasa chaque fois qu'il y a vote en Rdc, Koffi s'est déchaîné: "montrez les preuves qui prouvent que j'ai perçues cet argent; moi je m'arrange toujours d'être payé loin des regards des gens; et toi Bondjala qui me pose cette question,étais-tu à Kinshasa pour voter ?As-tu déjà vu tous les américains restés aux Etats Unis rien que pour voter ? Ton collègue Marc Tabu ici présent,son père est vice-gouverneur de la ville de Kinshasa,pourquoi n'as-tu pas voyagé à Kin pour voter ?".

A certaines questions, Koffi répondait par ironie.Comme celle du producteur Badive qui lui reprochait de confier ses albums qu'aux producteurs étrangers alors ses compatriotes  congolais sont disposés à le faire."Il n'y a rien,c'est l'homme qui a peur...."a-t-il réondu au producteur qui du reste, a financé cette conférence débat.

A ce sujet, Somina a été contraint de quitter la salle après une bagarre verbale avec Badive.Les discussions entre Sonima et Badive ont failli se dégénerer, Koffi était obligé d'arrêter pour quelques minutes la conférence pour calmer les deux parties dehors au balcon de la salle Gymnase Marie Belle. Le spectacle Badive-Sonima-Koffi au balcon était beau à voir et à filmer.

Le public présent estimé à trois cent personnes a posé des questions diverses et le Grand Mopao,connu pour ses lèvres bien pendues,répondait et se défendait mËme là où il aurait mérité de reconnaître ses erreurs.

Le débat a duré presque deux heures  et chacun des intervenants a posé des questions qui lui tenait à coeur. Les linges sales se lavent en famille, tel semble être l'objectif caché de cette rencontre entre Koffi et ses fans de Paris.Ces derniers temps, des mauvaises nouvelles circulent sur Koffi à PAris, à Bruxelles et à Londres suite aux "affaires" Fally, Ferré, Buya Moyola.....

Le grand Mopao a plaidé son inoncence."Je suis souvent mal compris du public" a déclaré le grand Mopao qui,à l'occasion, a annoncé que son prochain album n'aura pas un nom."mon prochain album sera comme un appel téléphonique masqué,sans nom. Mais je lance un singer avec une chançon publicitaire de mon sponsor et les clips de "Danger de mort" seront sur le marché dans deux semaines."

Pour une fois, Koffi Olomide a pris en charge les frais de séjour des journalistes invités de Bruxelles: Marc Tabu(Raga) ,jean Willy Bondjala (Mirador Tv et Visa), Babi Balukuna (Canal Kin). Les images de cette conférence débat seront diffusées sur Mirador Tv.

JEAN WILLY BONDJALA BO SISIMI

© Congo Vision



 

 
 
Copyright © 2005 Congo Vision. Tous droits réservés.